La situation politique italienne à la veille de Noël 2017.

Comme le lecteur le sait sans doute, la présente Législature du Parlement italien, commencée en 2013 dans le bruit et la fureur, arrive finalement à son terme légal l’année prochaine: cinq années sont donc passées malgré toutes les indications prévoyant au lendemain des résultats électoraux de 2013 qu’elle serait écourtée. L’absence de dissolution anticipée des Chambres est en soi un fait majeur de la politique italienne contemporaine que personne n’aurait anticipée à la fin du printemps 2013, et, pourtant, la Législature, élue en février 2013, est allée à son terme. Ce fait lui-même demanderait à être expliqué. Maintenant, pour ce qui concerne l’avenir immédiat, tout indique que les deux Chambres seront dissoutes d’ici le Nouvel An – une fois le budget de l’État italien pour 2018 approuvé par les deux Chambres -, et que s’ouvrira alors officiellement la campagne électorale pour une élection générale, à tenir probablement début mars.

En réalité, la campagne électorale est déjà ouverte, puisque l’Italie vit sous le régime de la « campagne permanente » depuis des lustres. De fait, nous en sommes déjà aux discussions sur l’après de ces élections pas encore advenues. (Le spectre des élections redoublées en un délais court qu’on a connu en Grèce ou en  Espagne n’est pas sans jouer sur la définition médiatique de la situation italienne présente.) En effet, la combinaison entre les sondages disponibles (trois coalitions/forces à peu prés égales), les alliances connues (deux coalitions à élargir/un parti [auto-]isolé) et le nouveau mode de scrutin adopté cette année (un mixte inédit proportionnel/majoritaire) mènent presque inévitablement à une majorité introuvable. Du coup, on en vient à parler dans la presse d’une seconde élection « au cas où », et on spécule sur le futur gouvernement de grande coalition à créer après les premières élections – ce qui veut dire continuer la formule inaugurée en 2013.

Tout cela n’est pas très réjouissant à vrai dire, mais ce blog va essayer de rendre compte de cette campagne électorale de 2018 et de ses suites, en la replaçant dans le cadre plus large de la vie politique italienne du dernier quart de siècle. Et du présent (malheureux?) de l’Italie en général.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.