Nouvelles du front…

Le gouvernement italien M5S/Ligue vient donc de présenter son budget pour l’année 2019. Comme cela était prévisible, il  n’est pas en ligne avec ce qu’il devrait être selon les règles européennes. Le conflit se trouve donc ouvert avec la Commission européenne, qui vient de demander au gouvernement italien de revoir sa copie. Pour l’instant, le gouvernement Conte n’entend pas céder. Comme je l’ai précisé dans un entretien en date du 24 octobre 2018 avec FigaroVox, c’est surtout du côté des marchés financiers que les choses risquent de se compliquer, peut-être rapidement.

Du coté de l’opinion publique italienne, le gouvernement part tout de même à la bataille avec des atouts. Les récents sondages, faits après l’approbation par le Conseil des ministres du projet de budget pour 2019, sont certes plutôt contrastés sur le jugement porté sur ce dernier jugé en bloc ou sur certaines de ses mesures (« flat tax » pour les petits indépendants, réforme de la loi Fornero sur les retraites dite « Quota 100 », revenu de citoyenneté). Le résultat n’est d’ailleurs pas toujours le même selon les différents sondages, sauf pour la (contre-)réforme des retraites qui semble recevoir toujours un assentiment majoritaire (à noter que c’est ce point qui révulse le plus les gardiens de l’austérité en Italie). Par contre, il est frappant de voir que tous les sondages disponibles donnent les mêmes ordres de grandeur sur les rapports de force entre partis : la Ligue de M. Salvini est au dessus de 30% (donc bien mieux que le 4 mars 2018), le M5S de Matteo Salvini est passé en dessous de 30% (donc moins bien qu’en mars), les oppositions sont toutes à la peine : à droite, FI de S. Berlusconi est installé autour des 10%, et Fratelli d’Italia (FdI) stagne à son étiage de 3/4%, et, symétriquement à gauche, le Parti démocrate (PD) est durablement sous les 20% et Libres et Egaux (LeU) et Pouvoir au Peuple (PaP) sont dans les eaux de leurs résultats respectifs de mars dernier, 3/4% d’un part et 1/2% de l’autre

Cette situation s’explique, non pas tant par l’excellence perçue des décisions du gouvernement Conte, mais par l’absence de plus en plus évidente au fil des derniers mois de leadership du côté de la critique de ce dernier. S. Berlusconi à droite ne parle plus qu’à son noyau dur de fidèles, il n’a décidément aucun successeur à présenter pour guider son parti à l’avenir.  M. Renzi à gauche se trouve dans la même situation, mais lui n’approche pas de l’âge de la retraite. Dans un univers aussi personnalisé que la politique italienne des dernières années, ne pas avoir de leader populaire (ou plus de leader populaire) constitue vraiment une situation  compliquée pour progresser dans l’opinion publique. De plus, vu que le gouvernement Conte dans ses deux composantes partisanes occupe à plein la position eurosceptique ou anti-européenne, il faut aussi imaginer un leader qui s’affirmerait par contraste pleinement européiste à la manière d’un Emmanuel Macron en 2016-2018. Comme ce leader a déjà existé en Italie, avec Matteo Renzi en 2013-2014, il y a du coup comme une difficulté (euphémisme). Il n’est pas sûr non plus qu’il soit possible d’être populaire en Italie sur une position pro-européenne par les temps qui courent.

En effet, comme l’a montré un récent sondage Eurobaromètre, dans un contexte d’opinon plutôt de plus en plus favorable à l’UE à l’échelle continentale, l’Italie en contre-tendance est désormais le pays où le moins de gens (44%) répondent (en dehors de toute campagne électorale en ce sens) qu’ils voteraient oui à un référendum pour rester dans l’Union européenne (avec 24% de votants pour sortir de l’UE et 32% d’indécis). Il ne faut pas trop s’étonner de cette situation (aussi réfletée dans dans d’autres questions du même sondage, d’où le même peu d’enthousiasme italien pour l’UE ressort par contraste) : l’Italie est aussi la lanterne rouge des pays de l’ouest européen en matière de croissance économique depuis 1999. A mesure que les années passent, la courbe dessinée par l’Italie devient moins encourageante au regard de tous les autres pays comparables (à l’exception de la Grèce). En somme, quand j’entends sur France-Inter, un Pierre Moscovici, Commissaire européen, dire que la situation économique en Europe approche de la « surchauffe », et que toute relance économique est inutile en Italie, j’ai vaguement l’impression que certains à Bruxelles ne veulent rien comprendre à ce qui s’y passe.

Voilà la bataille d’Italie a commencé. Quelle sera son issue? Bis repetita de la Grèce en 2015. Ou autre chose. En mieux ou en pire. Vedremo.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.