Après les européennes du 26 mai 2019, point sur l’état des forces politiques en Italie.

Les élections européennes du 26 mai 2019 sont déjà passées depuis un mois, et, de fait, leurs conséquences se font sentir sur la politique italienne. Le gouvernement Conte en est ressorti plus brinquebalant que jamais. Une crise de gouvernement est de fait probable au moindre incident de parcours dans la mesure où les élections ont largement confirmé l’inversion  complète du rapport de force entre les deux partis au gouvernement, la Ligue et le M5S. La tendance s’est confirmée dans toutes les élections locales et régionales, et les derniers sondages vont dans la même direction.

Je reprends la grille que j’ai utilisée pour présenter la situation politique à la veille de l’élection européenne. Il faut noter pour mémoire que, contrairement à d’autres pays européens (dont bien sûr la France), la participation a continué de baisser. Elle s’établit à 54,2%, contre 57,2% en 2014.

A. Le désormais ancien camp de la droite berlusconienne.

Comme cela était prévisible au vu des sondages, Silvio Berlusconi himself s’achemine vers le néant politique. Il est déjà dans les livres d’histoire, et il  devrait enfin se résoudre à prendre vraiment sa retraite et à organiser ses obsèques. Son parti ne domine plus du tout son camp. En effet, Forza Italia (PPE)(avec les petits alliés du centre-droit qu’il a intégré) arrive seulement à 8,8% des suffrages valides. C’est vraiment un très médiocre résultat. Ce résultat est tellement médiocre que pour la première fois une des rares personnalités à être resté dans FI va tenter de défier S. Berlusconi dans des élections internes. Il faut ajouter que cet échec se confirme dans les plus récents sondages, plutôt baissiers.

La droite est donc, comme prévu, dominée par la Ligue de Matteo Salvini. Elle enregistre son meilleur score historique avec 34,3% des suffrages. La comparaison avec les précédentes européennes n’a de fait presque pas de sens. En 2014, Matteo Salvini était juste en train de faire prendre à la vieille Ligue du Nord (fondée en 1989-91) son virage nationaliste. En 2019, le virage est achevé, mais, en même temps, la Ligue, si elle s’est nationalisée, reste extrêmement forte dans son berceau lombardo-venète. La stratégie personnelle de Matteo Salvini est donc validée par l’électorat italien de 2019 – même si bien sûr tous les sudistes ne se convertissent pas. Dire du mal des étrangers, de “Bruxelles”, tout en prenant soin de ne pas aller trop loin dans les actes, s’avère payant. L’impact des affaires qui frappent certains de ses proches semble inexistant. Et, depuis l’excellent résultat enregistré le 26 mai 2019, le “Capitaine” continue inexorable sa stratégie de pression sur son partenaire de gouvernement, ne cesse de jouer au jeu du chat et de la souris avec Bruxelles, et ne rate pas l’occasion du moindre fait divers mettant en cause un déchet de la société (selon la vision de son électorat: étrangers, réfugiés, tsiganes, gauchistes, etc.) pour demander du goudron et des plumes, quand ce n’est pas une corde. Comme depuis des années, il est toujours partout et tout le temps.

Il faut noter tout de même que la branche la plus importante des héritiers de la droite post-néo-fasciste réussit à ne pas être occultée par la vague “salviniste”. Frères d’Italie atteint 6,4% des votes valides. Ce résultat, mis en regard de celui de FI, témoigne sans doute d’un reste de réticence dans l’électorat de droite face au style de Matteo Salvini et à son origine tout de même milanaise. (Les héritiers du fascisme qui se méfient tout de même un peu d’un nouveau “Duce”, ce n’est pas sans ironie par ailleurs.)

Comme prévu, les diverses tentatives de petits entrepreneurs politiques sans aucune renommée de se situer au centre-droit aboutissent à des scores de moins de 0,5% des voix. Il en est de même pour celle d’imposer une offre partisane clairement néo-fasciste: Maison Pound Italie (CPI) atteint 0.3%, Force Nouvelle (FN) est à 0,1%, soit moins de 0,5% des suffrages à eux deux. Il faut encore une fois noter que Matteo Salvini n’est pas néo-fasciste, qu’il ne vient pas de cette tradition, et que, dans cette césure même, réside probablement une bonne part de sa capacité politique à s’imposer sur des thématiques évidemment proches de ce que disent les partis néo-fascistes, autoritaires, par ailleurs. Le vintage fascisant (comme le vintage communiste de l’autre côté) ne parle en réalité à personne en Italie, sauf à des petits segments de l’électorat. il se confirme donc que la fascination de nombreux chercheurs pour le folklore néofasciste constitue un mauvais investissement du point de la recherche pour comprendre ce qui se passe en Italie.

Bref, la droite en Italie, c’est pour l’instant Matteo Salvini. Point barre. Le total des droites (Ligue+FI+FdI) avoisine les 50% des suffrages valides. Cette domination se voit très bien au niveau des élections locales où l’alliance des droites bat nettement l’alliance de centre-gauche et les toujours isolés M5S lors des élections organisées au même moment que les européennes. Cette poussée de la Ligue permet d’envisager en cas d’élections anticipées une majorité de droite dans les deux Chambres, puisque le seuil implicite de 40% pour avoir cette double majorité est dépassé, majorité très probable en cas d’alliance à deux (Ligue+FdI), presque certaine en cas d’alliance à trois (Ligue+FdI+FI).

B. Le désormais ancien camp de la gauche anti-berlusconienne.

Le Parti démocrate (PD)(membre du PSE) s’en sort plutôt bien avec 22,7% des suffrages – même si bien sûr il perd énormément par rapport à son score de 40% en 2014. Il reste le seul acteur important dans son camp. Malheureusement, depuis sa non-défaite, il se perd de nouveau en polémiques internes autour de la personne de Matteo Renzi. Ce dernier ne se résigne visiblement pas à rester en retrait de la vie politique pour les cinquante prochaines années… Il pourrait pourtant former un club avec D. Cameron, T. May et quelques autres jeunes ou moins jeunes premiers s’étant grillé pour le restant de leurs jours.

A la droite du PD, la liste +Europe (liée à l’ALDE) fait 3,1%, ce qui lui interdit de participer à la répartition des sièges alloués à l’Italie, puisque le seuil de 4% des suffrages valides n’est pas dépassé. A sa gauche, toutes les diverses entreprises de reconstruction d’une gauche de gauche s’étiolent : La Gauche (LS) (liée à la GUE), qui regroupait pas mal d’anciens membres de la gauche du PD ou de ce qui fut jadis Refondation communiste (RC), fait 1,8% des suffrages. Le groupusculaire Parti communiste (PC) ultra-orthodoxe lié au KKE grec fait 0,9%. Rappelons qu’en plus Pouvoir au Peuple (PaP), l’allié officiel de France Insoumise en Italie, n’avait même pas réussi à se présenter. Cet échec des partis situés à la gauche du PD se comprend si l’on admet que l’actuel dirigeant du PD (Zingaretti) essaye de donner une image plus sociale à son parti – ce qui n’est pas très difficile vu le legs de l’ère Renzi. Il faut sans doute aussi y voir un effet de l’échec de l’expérience Tsipras en Grèce (en 2014, la liste à la gauche du PD s’appelait “L’autre Europe avec Tsipras”).

La seule surprise dans ce camp de l’anti-berlusconisme n’est autre que le score presque correct des Verts italiens au regard de leur annihilation dans les précédents scrutins. Leur liste Europe Verte (EV)(liée au PVE) atteint en effet les 2,3% des voix. En 2014, ils étaient à 0,9% des suffrages. Ce score de 2,3% peut paraître faible, mais il pourrait indiquer qu’une partie de l’électorat de sensibilité écologiste qui avait été séduit par le M5S depuis 2009 s’en détourne (enfin) et que la marque “écologiste” est (peut-être) encore sauvable en Italie. Cela montre aussi que l’Italie appartient toujours sociologiquement à l’Europe de l’Ouest.

C. Les non-alignés – le M5S.

Plutôt en retrait par rapport aux sondages, la liste du M5S, arrivée troisième, ne regroupe que 17,1% des suffrages. C’est une belle gamelle. Le M5S d’opposition avait obtenu 21,2% des suffrages aux européennes de 2014, et 32,7% aux élections politiques de 2018. La même situation s’observe dans les élections locales, où le M5S ne gagne presque jamais. Comme pour tout parti arrivé au pouvoir sans grande expérience précédente, les temps sont vraiment durs.

De ce fait, les turbulences internes au sein du M5S dues à ce déclin électoral rapide commencent à se voir. La direction de Luigi di Maio se trouve mise en cause. La question de la survie du M5S lors d’éventuelles élections anticipées se pose sans doute. En effet, comme au niveau local, la dialectique droite/gauche devrait l’emporter de nouveau, d’autant plus qu’elle se double désormais d’une dialectique souverainisme (de droite)/européisme (de gauche). Or, même si le M5S a siégé avec l’UKIP depuis 2014 au sein du même groupe parlementaire au sein de Parlement européen, le M5S n’arrive pas à se situer vraiment d’un côté ou de l’autre de la barrière. C’est aussi sans doute ce qui l’a pénalisé lors de ces élections européennes. La Ligue, FdI et le PD, les gagnants de l’élection européenne, sont clairement d’un côté ou de l’autre. Le M5S hésite. D’ailleurs, il semble avoir de grandes difficultés à se trouver un groupe dans le nouveau Parlement, puisque certes le Brexit Party de N. Farage est là, mais que personne d’autre ne se trouve ainsi dans ce “ni droite ni gauche” se voulant loin de l’extrême droite. (Les quelques élus des Parti Pirate ailleurs en Europe vont siéger dans le groupe du PVE/ALE.)

Logiquement, aucune force n’arrive toutefois à leur disputer ce terrain du tiers exclu: le Parti Pirate fait un glorieux 0,2% des voix, et le Parti animaliste 0,6%.

Pour résumer, le paysage politique italien issus des élections européennes de 2019 confirme celui issu des élections du 4 mars 2018, tout en laissant entrevoir ce que sera celui des années à venir. Après les années 1994-2011 du “pour ou contre Berlusconi”, va-t-on vers des années du “pour ou contre Salvini”?

Par ailleurs, du point de vue strictement européen, ces élections confirment le caractère décalé par rapport au reste de l’Europe de l’ouest continentale  des équilibres partisans en Italie. Les partis liés à un des cinq grands groupes historiques et internationalistes au sein du Parlement (groupe PPE, groupe S&D, groupe ALDE, groupe PVE/ALE, groupe GUE) ne regroupent qu’autour de 40% des suffrages valides. Le reste des suffrages va des forces dont les alliances internationales/européennes ne sont pas constitutives de leur identité historique (Ligue, FdI, M5S, etc.) ou correspondant à des réseaux partisans trans-européens encore à l’état naissant (Parti Pirate, Parti animaliste, etc.).

De fait, en regardant les symboles électoraux, la liaison européenne n’est affichée clairement qu’au centre-gauche (+Europe, Europe Verte et PD) ou à gauche (LS, PC). Inversement,  à droite, tout ceux qui ont eu l’outrecuidance d’afficher le moindre européisme sont défaits.

Finalement, au sortir de ces élections européennes, tout semble se résumer dans l’attention à porter à la stratégie d’un homme, Matteo Salvini. Où veut-il en venir? Quelle est sa stratégie? Il veut sans doute devenir le Viktor Orban d’Italie, mais encore? En tout cas, pour la première fois, il semble être clairement question d’élections anticipées en septembre. Pour des raisons liées à l’établissement du budget de l’État, et aussi par pure tradition, l’Italie n’a jamais voté depuis le retour à la démocratie électorale en 1946 à l’automne. Qu’il en soit très sérieusement question montre à quel point Matteo Salvini peut être tenté de “se faire roi” désormais.  Mais qui sait l’été lui sera peut-être défavorable? A force de refuser à des migrants de trouver refuge dans les ports italiens, peut-être y aura-t-il un drame qui entamera sa popularité?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.