Luca Ricolfi, La società signorile di massa.

Luca Ricolfi est un sociologue, né en 1950, assez connu en Italie ces dernières années pour ses prises de position provocatrices dans l’espace public. Il a publié en octobre 2019, La società signorile di massa (Milan : La nave di Teseo editore, 267 p.). Ce livre représente sa dernière tentative en date d’ouvrir une discussion sur l’état de la société italienne. Il s’agit en effet d’une synthèse, toute personnelle à l’auteur, qui entend la décrire sous l’égide du concept qu’il a inventé pour l’occasion de « société nobiliaire de masse », ou ce qui serait moins exact mais plus parlant en français, « société aristocratique de masse ». L’oxymore par rapport à l’usage habituel des mots est évident et provocateur : dans la tradition de réflexion occidentale (depuis Platon et Aristote), la noblesse ou l’aristocratie représentent toujours une minorité (numérique) au sein de la Cité, et la masse (ou son équivalent ancien, la plèbe par exemple), désigne toujours une majorité (numérique) au sein de celle-ci.

Son idée générale pour justifier l’usage de ce concept provocateur par l’oxymore qu’il recèle en son sein est en effet la suivante : l’Italie de 2019 peut se caractériser par une conjonction de trois phénomènes – marginalité du travail parmi les « Italiens de souche », richesse acquise par ces mêmes Italiens et croissance en panne de l’Italie -, qui en font une « société nobiliaire de masse » . Il les décrit d’abord en détail dans son chapitre 1, Che cos’è la società signorile di massa (Qu’est-ce que le société aristocratique de masse?, p. 27-45), à grand renfort de statistiques, comme dans tout le reste de son ouvrage (qui comporte d’ailleurs un Appendice statistique, p. 243-246, pour attester du sérieux des sources utilisées) .

Premièrement, la majorité des Italiens et des Italiennes de plus de 14 ans – non pas toutes les personnes qui vivent en Italie, mais seulement ceux qui vivent en Italie et en ont la nationalité – ne travaille pas, ou plus exactement ne gagne pas directement et immédiatement sa vie à travers un travail rémunéré qu’elle ou il exerce. Il propose ainsi une tripartition fondamentale des résidents en Italie (p. 29) : sur 100 résidents, 52,2% sont des Italiens de nationalité qui ne travaillent pas, 39,9% sont des Italiens de nationalité qui travaillent, et 7,9% sont des étrangers (qui, eux, majoritairement, travaillent). Une majorité d’inactifs de nationalité italienne vit donc aux crochets de ceux qui travaillent, soit à travers le soutien de membres de leur famille (parents ou grands-parents, mari, compagnon), soit à travers la redistribution sociale (retraites) ou à travers les revenus de capitaux (actions, obligations, loyers). Luca Ricolfi, arrive à ce résultat, en s’appuyant sur les données de l’ISTAT, en s’efforçant de sortir les étrangers présents en Italie du tableau, pour arriver à bien cerner l’évolution du statut des « Italiens de souche » face au travail. De ce fait, il rappelle que c’est depuis 1964 que l’inversion entre nombre d’actifs et d’inactifs dans la population italienne s’est effectuée. Si en 1952, 55% des Italiens étaient des actifs et 44% des inactifs, la situation est inversée désormais : en 2018, 43% sont actifs et 57% inactifs.Comparativement, cette situation en 2018, fait, avec la Grèce, le pays de l’OCDE, où le taux d’activité est le plus faible (45%). Cette comparaison, avec les autres pays de l’OCDE, permet de rappeler que cette situation n’est pas une simple conséquence de l’allongement de la durée des études et de la durée de la vie, mais résulte de particularités de la société italienne (largement partagée avec les autres sociétés latines : Espagne, France, Portugal, Chili, de l’OCDE).

Deuxièmement, contrairement à l’image misérabiliste que l’Italie des années 2010 se donne d’elle-même, il existe bel et bien encore en 2019 une majorité d’Italiens par la nationalité qui bénéficient d’un niveau de consommation tout à fait satisfaisant, voire excellent, leur permettant d’accéder à une vie « aristocratique » de loisirs (repas hors du domicile, vacances fréquentes et lointaines, par exemple). Selon L. Ricolfi, le niveau moyen des revenus des ménages (un peu plus de 50.000 euros annuels) dépasse depuis le début du millénaire trois fois le niveau de subsistance estimé (12.000 euros annuels), et il permet donc l’accès à cette consommation opulente à de très nombreux ménages (p. 35-42). Il entend montrer par ailleurs, que l’aire de la grande pauvreté dans la société italienne voit en son sein une surreprésentation des ménages étrangers, et que les différentes estimations possibles de cette dernière parmi les familles italiennes varient de 3,2% à 5,3% (p. 100). Sans nier bien sûr l’existence de pauvres de nationalité italienne en Italie, il entend rappeler que la majorité des « Italiens de souche » ne sont pas dans cette situation.

Troisièmement, la croissance économique, l’augmentation de la richesse annuelle produite par habitant en Italie, se trouve presque arrêtée depuis deux décennies. Il rappelle les chiffres bien connus à ce sujet. Entre 2008 et 2018, l’Italie connait en effet une stagnation.

L’idée générale de la « société nobiliaire de masse » est donc celle d’une société italienne qui, dans sa majorité, ne participe plus majoritairement au marché du travail, vit pourtant plutôt bien, voire très bien, sur le plan matériel, grâce à ses acquis des années du « Miracle économique » et des années de croissance d’après 1980, mais qui, du coup, semble être comme figée dans son bien-être présent, comme la noblesse du passé vivant de ses acquis et du travail d’autrui.

Pour qu’une telle situation soit possible, il faut toutefois qu’un certain nombre de conditions soient remplies, que Luca Ricolfi décrit en particulier dans le chapitre 2, I pilastri (Les piliers, p. 47-86) et le chapitre 4, La mente signorile (L’état d’esprit nobiliaire, p. 133-180).

Le premier pilier par ordre d’importance est donc l’existence d’une énorme richesse accumulée au profit d’une partie au moins des ménages italiens actuels par l’épargne des générations précédentes au cours de la longue période de croissance économique de l’après Seconde guerre mondiale. Cela correspond à ce qu’on sait par ailleurs sur l’importance du patrimoine des ménages italiens. Luca Ricolfi insiste pour les besoins de sa démonstration plus sur l’existence d’une vaste classe de petits propriétaires immobiliers ou de petits épargnants que sur la répartition tout de même très inégalitaire de cette richesse accumulée (selon les statistiques de l’OCDE disponibles par ailleurs).

Le second pilier est la création (ou la réapparition plutôt) de ce qu’il appelle une « infrastructure para-esclavagiste » (p. 71-86). Il ne nie en effet nullement qu’une partie de la société présente sur le sol italien soit appauvrie, voire miséreuse, mais il fait remarquer qu’une grande partie de ces postes de travail, mal payés, précaires, exploités, formels ou informels, sont occupés désormais par des immigrés. L’existence d’un sous-prolétariat d’origine étrangère en Italie dans les services, l’industrie et l’agriculture est bien connu, car il a donné lieu à de nombreuses enquêtes journalistiques, sociologiques, et parfois judiciaires. Certes des personnes nées de parents italiens en Italie restent coincés dans ces métiers occupés de plus en plus par des immigrés de fraiche date (arrivés après 1990). Luca Ricolfi inclut dans cette partie défavorisée de la société italienne, dont il propose une rapide sociographie : a) les travailleurs saisonniers de l’agriculture; b) les prostituées; c) les personnels de service aux familles (par exemple, les « badante »); d) les travailleurs au noir et/ou ultra-précaires des différents secteurs (agriculture, construction, restauration, etc.); d) les revendeurs de drogue au niveau de la rue; e) les travailleurs de la « gig economy » (par exemple, les livreurs à vélo); f) les personnes travaillant dans des entreprises sous-traitantes offrant un service externalisé pour une autre entreprise (par exemple, femmes de chambre dans un hôtel, ou personnel de nettoyage). En additionnant toutes ces catégories, L. Ricolfi arrive à pas moins de 3,5 millions d’actifs, soit un actif sur 7 en Italie. Mais, au total, cette frange « para-esclavagiste » reste minoritaire au sein de la population italienne en général, ne serait-ce de plus que pour des considérations de pyramide des âges Ce « para-esclavagisme » permet évidemment de diminuer les coûts d’accès à de nombreux services ou biens pour les Italiens de la classe moyenne et de la classe supérieure, ou de rendre encore disponible un service qui ne le serait sans doute plus si seuls les « Italiens de souche » le rendaient (cas des travaux agricoles pénibles ou de la prostitution de rue).

Le troisième pilier qui parcourt en fait tout l’ouvrage est le maintien de relations de dépendance au sein des familles italiennes. En effet, selon L. Ricolfi, deux aspects de la très faible participation au marché du travail des « Italiens de souche » sont liés à cet aspect. D’une part, les jeunes Italiens, par rapport aux années 1950, étudient de plus en plus longtemps, mais, surtout, l’Italie est largement en tête parmi les pays de l’OCDE pour la proportion de NEET (Not in employment, education or training) dans sa population jeune. En effet, de très nombreux jeunes n’ont pas d’emploi, n’en cherchent pas activement, et n’étudient plus. Luca Ricolfi rappelle qu’en 2018, pour les âges compris entre 25 et 29 ans, 30,9% des jeunes italiens s’inscrivent dans cette catégorie, un record européen (avec la Grèce, juste derrière 29,5%) Que font-ils alors? Ils vivent de fait aux crochets de leurs géniteurs, et ces derniers acceptent bon gré mal gré cette condition. D’autre part, les femmes italiennes, mariées ou en couple, participent peu au marché du travail, et, là encore, vivent aux crochets de leur mari ou compagnon. Ricolfi insiste, fort justement à mon sens, sur le caractère extrêmement ambigu de cette condition (p. 131-144): les jeunes et les femmes peuvent se plaindre d’être rejeté du marché du travail, et en même temps, beaucoup d’entre eux et elles accèdent, via les revenus familiaux, à un niveau de consommation élevé et à tous les loisirs, biens et services, que leur offre le temps ainsi libéré du travail rémunéré. Cette importance de la solidarité intra-familiale avait déjà été souligné dans la grande synthèse de l’historien britannique Paul Ginsborg sur la société italienne d’après 1945, publiée en 1990. Mutatis mutandis, cette caractéristique de fond de la société des « Italiens de souche » n’a pas été modifiée fondamentalement.

Le quatrième est l’écroulement de la qualité et de la valeur marchande de l’éducation formelle en Italie. L. Ricolfi insiste beaucoup sur l’inflation des diplômes – ce qui représente une position assez classique au final pour un sociologue libéral-conservateur se voulant provocateur. Mais il va ici très loin dans l’idée que les niveaux d’exigence dans les divers parcours scolaires se sont littéralement écroulés (p. 56-71). Selon lui, les jeunes italiens, d’après 1968, ont de génération en génération eu de plus en plus de facilités à aller loin dans leurs études sans grands efforts. Du coup, la valeur sur le marché d’un diplôme s’est écroulé, car les employeurs savent qu’un diplôme ne signifie plus rien en terme d’intelligence ou de capacités de la personne qui le détient. Cette surestimation entretenue par le laxisme scolaire et universitaire des capacités réelles des jeunes entrainerait du coup la présence excessive de NEET en Italie. Ces derniers correspondraient pour beaucoup à des jeunes qui auraient du mal à accepter leur vraie valeur (faible) sur le marché du travail par rapport à leurs attentes. Cette situation serait accentuée par les attentes (implicites ou explicites) en terme d’héritages de la part de générations peu nombreuses au total. L. Ricolfi décrit ainsi un personnage fictif de jeune (futur) héritier qui se laisse vivre dans l’oisiveté et évite de « prendre ses pertes » sur le marché du travail, et qui attend de profiter des biens laissé par ses géniteurs (p. 141-153, Il ‘giovin signore’ e il subconscio successorio, Le ‘jeune noble’ et le subconscient de l’héritage). Il suppose même que ce mécanisme expliquerait pour partie le poids différent des NEET dans les différents pays européens (p. 152).

C’est sans doute là l’un des points les plus polémiques du propos – pour ne pas dire carrément faux et insultant à l’égard des jeunes Italiens à la recherche d’un travail. A cet écroulement de l’éducation comme moyen de progresser vraiment dans une carrière, il ajoute une description pour le moins apocalyptique – ou empreint d’un moralisme de boomer totalement passé du côté réac de sa personnalité? – de l’usage que font les Italiens de leur temps libre. Il y consacre la plus grande partie du chapitre 3, La condition signorile (La condition nobiliaire, p. 87-132). En gros, les Italiens, au lieu d’apprendre, de se cultiver, de créer, pendant leur temps libéré du travail comme l’aurait envisagé un Keynes, se sont rués sur tous les loisirs offerts (contre paiement direct ou indirect) par l’inventivité du capitalisme. Il fait (p. 94) une liste non exhaustive de tous ces nouvelles façons de « consommer du temps libre ». Il veut dire par là que toutes ces activités, du yoga au festival du chocolat ou de jambon de pays, en passant par les discothèques et les bars, ne sont évidemment pas gratuites à produire, et donc doivent être achetées d’une façon ou d’une autre. Luca Ricolfi insiste aussi très lourdement sur deux addictions très répandues en Italie : celle aux drogues de toute nature (p. 115-118) et aussi celle aux jeux de hasard (p. 118-125). Selon lui, les Italiens joueraient chaque année 100 milliards d’euros aux jeux de hasard. Ce chiffre de 100 milliards d’euros semble correspondre au calcul fait par l‘Agence des douanes et monopoles pour 2018 de 106,8 milliards, dont un résumé est proposé par le site d’une structure anti-mafia para-publique, Avviso pubblico. De même, il fait remarquer que l’usage d’Internet est essentiellement social et récréatif (p.164-173 sur l’importance du partage sur les réseaux sociaux), sans grande capacité à en faire un usage formateur. Bref, il n’est pas très loin de dire qu’une bonne part des Italiens sont des idiots décérébrés tout juste bon à s’admirer les uns les autres sur les réseaux sociaux, et incapables désormais d’un vrai travail intellectuel ou manuel à la manière de leurs grands parents qui ont sorti le pays de sa pauvreté d’après guerre.

Comme le lecteur s’en doutera sans doute vu les prémisses du raisonnement, Luca Ricolfi ne donne pas très longtemps à vivre à cette « société nobiliaire de masse ». Dans son dernier chapitre, Il futuro della società signorile di massa (Le futur de la société nobiliaire de masse, p. 181-222), il lui prédit un écroulement à l’horizon de 10/20 ans si tout va bien, et si aucune crise majeure ne la mette à mal d’ici là. En effet, malgré l’immense richesse accumulée de 1950 à 1990, et donc transmise aux nouvelles générations (même si les plus âgés commencent eux aussi depuis quelques années à dés-épargner et à profiter de la vie en dépensant sans compter dans des loisirs), elle va se heurter à la difficulté à équilibrer à terme ses échanges extérieurs, car cette société italienne est complètement intégrée aux flux internationaux de marchandises, de services et de capitaux. Elle a donc un besoin vital d’importer, donc il lui faut pouvoir continuer à exporter, ce qui suppose bien sûr d’être compétitif. L. Ricolfi constate alors comme de très nombreux auteurs avant lui que la productivité en Italie n’augmente plus – sans d’ailleurs se rendre compte que la situation de ce point de vue n’est pas si différente ailleurs dans les pays développés (thèse de la stagnation séculaire) -, ce qui rend la situation compétitive de l’Italie compliquée – même si l’on pourrait lui faire remarquer que l’Italie reste à ce jour une puissance exportatrice, avec la seconde industrie de l’Union européenne après l’Allemagne.

De manière complètement étrange par rapport à son propos général sur la décadence éducative de la nation italienne, il se rallie à la thèse (hasardeuse à mon sens) de Giuseppe Schlitzer énoncée en 2015 (p. 209-212) selon laquelle la baisse de productivité serait due à l’introduction du régionalisme en Italie dans les années 1970, puis à toutes les réformes décentralisatrices opérées depuis lors. Toutes ces réformes auraient abouti à multiplier les normes et à rendre impossible la vie des entrepreneurs. C’est là de la part de Luca Ricolfi un discours qui s’inscrit en faux contre celui des sociologues et géographes italiens qui voient dans les districts industriels de la « Troisième Italie » la source de la croissance du pays depuis 1970, et dans la montée en puissance concomitante des autorités locales une aide bienvenue à cette décentralisation productive. En suivant le propre modèle de Luca Ricolfi de la déprise éducative, il serait bien plus cohérent de voir dans cette baisse de la productivité italiennes sur le moyen terme un effet de la baisse de la qualité de l’éducation en Italie et, comme il dit lui-même, une effet de la baisse de la motivation des jeunes Italiens, souvent héritiers de trop de biens pour en vouloir encore plus.

Dans les dernières pages de l’ouvrage, Luca Ricolfi s’essaye à une comparaison avec d’autres pays développés, pour mesurer à quel point l’Italie serait ou non un cas à part, et si son concept de « société nobiliaire de masse » est généralisable à tout ou partie des pays développés. De manière tout à fait classique, le concept est alors décliné en huit indicateurs (p. 183) : le poids élevé des inactifs; le niveau élevé de richesse; la stagnation de l’économie; la proportion élevée de NEET parmi les jeunes; l’inégalité dans l’allocation du travail (sa concentration sur peu de personnes); la part élevé du temps libre au cours de la vie; de nombreuses personnes âgées; un nombre réduit de descendants par femme en âge de procréer. Chaque pays reçoit alors un score en fonction du fait qu’il correspond ou non à cette situation. Sans grande surprise, seule la Grèce partage 7 traits sur 8 de cette caractérisation. Il ne lui manque que le niveau élevé de richesse. La Belgique, la France et la Finlande sont les trois pays qui partagent six caractéristiques. La France et la Belgique se distinguent par le fait de ne pas être en stagnation économique aussi marquée que l’Italie, et par celui de ne pas avoir un nombre aussi réduit d’enfants par femmes en âge de procréer. La Finlande pour sa part n’est pas aussi riche que l’Italie, et connait tout de même un peu de croissance dans les dernières années. Luca Ricolfi met en lumière que, dans son échantillon de pays de l’OCDE, c’est Israël le pays le plus éloigné de la « société nobiliaire de masse » pour n’avoir aucune de ces caractéristiques. Cette comparaison, qui n’est qu’esquissée, semble surtout déboucher sur le rappel d’une opposition très old style en sociologie entre les pays (protestants surtout) privilégiant une « éthique du travail » et ceux (catholiques) ne la privilégiant pas.

Au total, on sortira de ce livre avec un sentiment plutôt mitigé, pour rester ici charitable. Luca Ricolfi décrit certes très bien une certaine Italie (du nord surtout) qui se laisse vivre sur ces acquis. Il essaye d’articuler ce bien-être avec le développement d’un vaste sous-prolétariat, de plus en plus d’origine étrangère. Il est nourri de nombreuses références permettant d’étayer son propos. Le livre se lit de fait facilement, et s’avère très pédagogique par moments (comme avec son petit modèle sur les inégalités économiques engendrées par les jeux de hasard, p. 121-124).

En même temps, il néglige le fait que ce même nord de l’Italie, qu’il présente comme le cœur de cette situation, reste une des zones les plus industrielles du monde, avec des spécialités de pointe (comme les machine-outils). Plus généralement, ses explications reposent presque entièrement sur des considérations portant sur les comportements individuels, par exemple sur l’épargne élevé des générations du « Miracle économique », sur les choix d’offre de travail de la part des jeunes Italiens actuels, sur les choix de loisir facile, etc. Ce sociologue (même s’il cite Pierre Bourdieu, Max Weber, T. Veblen et tant d’autres) semble totalement hermétique aux considérations plus liées à des choix stratégiques des dirigeants, ou à des considérations plus structurelles qui dépassent les seuls choix des individus. Il ne voit par exemple dans l’endettement des années 1980 que le fruit d’une demande sociale de vivre au dessus de ses moyens de la part de la population italienne. Il se plaint des élites politiques des 20 dernières années qui n’ont rien su décider de bon pour l’Italie selon lui, mais, en même temps, il rejette la faute de la situation actuelle surtout sur les comportements des Italiens eux-mêmes.

Cette individualisme méthodologique extrême se retrouve dans les entretiens donnés à l’occasion de la sortie de l’ouvrage, comme celui donné à Gabriele Ferraresi. Sur le fond, certains voient dans son propos une véritable mystification, par manipulation erronée des chiffres et par moralisme mal placé. Les Italiens ne veulent pas moins travailler, en fait leur taux d’activité augmente, mais ils ne trouvent tout simplement pas de travail, car, effectivement, l’Italie, comme les autres pays développés, connait un ralentissement de la productivité, et donc de sa croissance. La proportion d’Italiens qui jouissent d’un bon niveau de vie n’est pour d’autre à gauche sans doute pas une majorité parmi les « Italiens de souche », comme le dit Ricolfi, mais de 20/25% au grand maximum, en allant voir plus en détail les indicateurs choisi par Ricolfi lui-même. D’autres toujours à gauche repèrent sa tendance à blâmer les victimes. Par contre, un boomer aussi libéral que Ricolfi apprécie beaucoup son ouvrage et suggère en conséquence de relever les taxes sur l’héritage pour motiver les « jeunes nobles » à se remettre dur à l’ouvrage comme leurs grands parents. En parcourant les recensions disponibles sur Internet, force est de constater le caractère très clivant de la réception de cet ouvrage en Italie, en lien bien sûr avec l’intention ouvertement polémique de son auteur. C’est en somme mutatis mutandis du Baverez, La France qui tombe, en version italienne.

L’entretien donné par Luca Ricolfi début mai 2020, en pleine crise économique et sociale liée à la pandémie, reprend en fait toutes les obsessions de l’auteur : l’État ne sert à rien d’autre qu’à étouffer les honnêtes (rares) producteurs avec des taxes et de normes, sauf cependant à avoir un leader à la Churchill sachant imposer à tous les sacrifices nécessaires; il faut désormais se retrousser les manches et devenir tous entrepreneurs, et ne rien attendre de l’État. Il parle désormais du risque d’une « société parasitaire de masse », qui vivrait des aides de l’État. Cet entretien traduit bien le décalage de ce libéral-conservateur avec la réalité des nécessités de l’heure, où l’État social, là où il est présent, joue tout son rôle pendant la pandémie. Ces remarques pour le moins intempestives semblent témoigner des difficultés d’adaptation de cet homme d’un autre siècle aux défis actuels, de la solidité de son ancrage idéologique dans un libéralisme à l’ancienne, se voulant rigoureux, mais tout empreint d’un moralisme désuet, voire méprisant, à l’encontre des jeunes générations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.