Andrea Giardina (dir.), Storia mondiale dell’Italia.

Sur le modèle de l’Histoire mondiale de la France dirigée par Patrick Boucheron, une petite équipe d’historiens italiens dirigée par Andrea Giardina a souhaité proposer aux lecteurs italiens une histoire mondiale de l’Italie, organisée comme l’ouvrage français autour d’une sélection de dates, traitées à chaque fois sous forme d’une courte notice de trois-quatre pages par un historien différent. Cette Storia Mondiale dell’Italia est parue en novembre 2017 chez Laterza, le grand éditeur intellectuel de Bari. Cet ouvrage de près de 850 pages d’un épais papier comporte  un texte de Patrick Boucheron (Invito al viaggio, p. XXVII-XXX), et il mobilise quelques historiens français spécialistes de l’Italie (Gilles Pécout par ex.). A en croire les propos liminaires d’Andrea Giardina (Introduzione, p. XIII-XXVI), l’ouvrage est lui aussi appelé au jour par la tendance d’une partie des Italiens à vouloir se refermer à toute force sur eux-mêmes pour affronter les difficultés du présent (p. XXIV), et en particulier celles liées à l’immigration. Au total, il s’agit alors de rappeler la nécessité de la politique pour  maîtriser ce présent si difficile (p. XXV). En revanche, au delà de cette parenté civique,  le directeur de l’ouvrage signale bien que le projet italien présente des spécificités historiographiques par rapport au projet français, ne serait-ce que parce que la péninsule italienne héberge le siège d’une institution à prétentions universelles, l’Église catholique et que parce que la question de l’identité des Italiens reste une question ouverte.  De fait, les nombreuses notices, qui vont de -3000 à 2015 permettent de se rendre compte de la richesse historiographique liée au territoire géographique de l’Italie, des Alpes à Lampedusa comme le dit A. Giardina.

Pour ma part, je me concentrerai  exclusivement ici sur les quelques notices consacrées à la période immédiatement contemporaine. La dernière partie de l’ouvrage s’intitule « Senza il Muro », et commence en 1989. Les notices y sont dans l’ordre:

1989, Gramsci nel mondo, par Paolo Capuzzo. L’auteur y décrit la montée en puissance depuis les années 1950 d’un « Gramsci mondial » acté par la création en 1989 d’une International Gramsci Society. Ce choix illustre bien l’art du contrepied dans la mesure où je doute en effet qu’aucun italien ordinaire en ait entendu parler à l’époque. Parler du triomphe tardif du théoricien Gramsci parait presque ironique quand on connait le virage à droite de l’Italie dans ces années d’après la chute du Mur.

1994, La discesa in campo, par Paolo Pombeni. Cet historien des idées y disserte très cavalièrement si j’ose dire du destin politique de Silvio Berlusconi. De manière étonnante, le sujet est traité exclusivement sur le plan italien. Cette notice apparaît en réalité bien médiocre, puisqu’un simple lecteur italien n’y apprendra sans doute pas grand chose. Surtout la notice ne remplit pas du tout le contrat internationaliste/globaliste compris dans le titre de l’ouvrage. C’est d’autant plus décevant que S. Berlusconi apparait de plus en plus avec le recul comme le premier exemplaire d’une série de nouveaux démagogues qui se sont emparés de la politique contemporaine en Occident et ailleurs, et aussi comme s’inscrivant dans le droit fil d’une histoire de la démagogie à reconstituer.

2001, Genova G8, par Luigi Manconi et Federica Graziani, Les auteurs reviennent sur les événements pour tout dire tragiques qui eurent lieu lors des manifestations altermondialistes contre le sommet du G8 à Gênes. C’est un texte très militant qui s’égare à la fin dans des considérations normatives, mais qui possède au moins le mérite de renseigner le lecteur sur les grandes lignes de l’événement.

2002, Il Cantiere dell’Euro, par Marcello Messori. L’auteur, un économiste, propose lui aussi un texte plus militant qu’historique. Après avoir souligné que la perception par les Italiens d’une vague d’inflation en 2002 lors du passage à l’Euro physique ne trouvait aucune validation dans les statistiques officielles disponibles et qu’elle ne correspondait au total qu’à l’absence de confiance des Italiens envers leurs dirigeants,  M. Messori se livre à un appel à une adaptation de l’Italie aux contraintes de l’Euro. A l’en croire, le mauvais état de l’économie italienne ne repose que sur l’absence de réformes toutes internes à l’Italie. C’est là aller bien vite en besogne : il n’est pas sûr que l’Italie ne soit pas un des pays européens qui ait connu le plus de « réformes » depuis le début des années 1990.

2012, Il Dragone italiano, di Elisabetta Merlo. L’autrice nous narre un défilé de mode en 2012 à Pékin par la firme Armani, pour illustrer la globalisation ambigüe de la mode italienne.

2014, Fiat Chrysler Automobiles, par Giuseppe Berta.  Cet historien bien connu de l’industrie italienne y raconte les déboires de la première firme industrielle d’Italie, la Fiat, qui l’ont conduit à devenir la « Fiat Chrysler ».  Il donne là un texte très clair, qui ne laisse cependant rien présager de très favorable pour l’industrie automobile italienne.

2015, Lampedusa, par Ignazio Masulli. Et l’on termine sur le destin de cette île italienne de Méditerranée devenue l’un des symboles des migrations contemporaines.

Au total, ces quelques notices m’ont paru de valeur inégale. Je me demande d’ailleurs ce que peut en retirer un lecteur italien – sauf à partager les choix normatifs de certains auteurs. Il est certes sans doute difficile de choisir des événements aussi rapprochés dans le temps, mais, tout de même, pour bien connaître la période, le choix me parait discutable. Je m’étonne ainsi que la signature à Rome du « Traité constitutionnel européen » en 2004 n’ait pas été choisi, ou bien l’anniversaire de 2007 du Traité de Rome. Cela aurait permis de parler de l’Union européenne, et de la continuité européiste des gouvernants italiens. On aurait pu penser à inclure dans le choix proposé le succès mondial d’édition de La Rabbia e l’Orgoglio d’A. Fallaci après les attentats du 11/09/2001. Ce pamphlet est sans doute l’un des premiers objets culturels « anti-musulmans » du XXIème siècle. Et 2012, c’est tout de même la date à laquelle un italien, Mario Draghi, sauve l’Euro! (enfin jusqu’à nouvel ordre).

Cependant, sur le fond des choses, et sans surprise aucune, il ressort de ces quelques notices, une tonalité plutôt négative sur le présent de l’Italie. Il aurait été d’ailleurs été difficile de faire autrement, et l’introduction d’Andrea Giardina se trouve elle aussi marquée par cette période sombre que vit le pays depuis 2008. C’est là une donnée de base à ne pas oublier quand on parle d’Italie contemporaine: une perception négative du présent, y compris par le monde intellectuel.

Il est vrai que les toutes dernières années (après 2015?) marquées par le retour de l’enjeu de l’immigration au premier plan de l’espace public italien  ont pu être perçues comme favorables à la montée en puissance d’une xénophobie généralisée, montée en puissance bien apte à déprimer quelque intellectuel de gauche que ce soit.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.