Élections 2018 : les forces en présence.

Le Parlement italien a été dissous officiellement le 28 décembre 2017, et du coup, les élections sont fixées au dimanche 4 mars 2018, avec une nouvelle loi électorale, votée en 2017, le « Rosatellum 2.0 », sur laquelle il me faudra revenir dans un autre post.

A la veille même des élections, les partis et les alliances entre eux sont en pleine redéfinition, tout en s’inscrivant en même temps dans une continuité remontant aux années 1990.

En effet, il existe en Italie deux camps formés au début des années 1990 lors de la transition de la « Première République » à la « Seconde République » : celui des partis et personnalités qui supportent à tous les sens du terme Silvio Berlusconi et celui des partis et personnalités qui s’opposent à lui. Ces deux camps sont nommés le « centre-droit » et le « centre-gauche », même si, en réalité, des héritiers de la gauche historique  ont pu parfois s’inscrire dans le centre-droit (comme longtemps toute une ramification de l’ancien Parti socialiste italien d’avant 1991, surtout lié à la famille Craxi, ou les sociaux-démocrates du PSDI), et inversement (avec le ralliement au centre-gauche d’anciens démocrates-chrétiens parfois bien ancrés dans la tradition « intransigeante » de ce parti d’inspiration catholique).

A ces deux camps, qui alternent aux affaires du pays depuis 1994, s’ajoute un nouveau camp formé à la suite de la délégitimation des deux précédents : celui du Mouvement 5 Etoiles (M5S), formé autour de la personnalité du comique Beppe Grillo en 2007-2009 et qui a connu un extraordinaire succès aux élections de février 2013. Ce troisième camp, n’est pas divisé – même s’il connait des dissidences -, parce qu’il correspond à une vraie rupture avec quelque tradition partisane ou associative que ce soit qui le précèderait. Le M5S constitue un exemple rarissime de parti politique qui n’a pas été précédé par autre chose que lui-même. Il y a certes eu en 2007-09 les « Amis de Beppe Grillo » formé autour du blog de Beppe Grillo lancé en 2005, mais personne n’a réussi à repérer quelque chose avant le blog. C’est là une différence fondamentale avec les deux autres camps, qui eux charrient littéralement avec eux toute l’histoire politique italienne (et aussi européenne) depuis les années 1920 (sic), et ne cessent de la revisiter (avec plus ou moins de succès électoral néanmoins).

A. Les droites réunifiées.

Le camp qui devrait selon toute vraisemblance gagner ces élections est celui du centre-droit. Alors que tout le monde (moi compris) considérait que Silvio Berlusconi ne jouerait plus de rôle politique suite à sa condamnation définitive et à son exclusion de ce fait du Sénat où il avait été élu en 2013, il se trouve qu’il fait donc partie de ces politiciens italiens qui poursuivent leur carrière jusqu’à ce que la mort les rattrape. Il a ainsi réussi à reconstituer une vase alliance des droites autour de lui. Il bénéficie aussi du fait que ce camp est propriétaire de l’enjeu de l’immigration depuis les années 1990, alors qu’avec la crise des migrants l’Italie se sent abandonné par les autres Européens en première ligne, et que la gauche a dominé la Présidence du Conseil depuis 2013. L’alternance est donc en vue.

Son camp est constitué de quatre forces : deux importantes et deux mineures.

Il y a d’abord le parti de Silvio Berlusconi, Forza Italia (FI). Crée en 1993/4, il a repris son nom historique en 2013. Selon les sondages, il plafonne à 15/20% des suffrages au niveau national. Et, fondamentalement, il reste représenté dans les médias par le seul Berlusconi. En effet, toute l’histoire de ce parti depuis sa création en 1993/4 par le dit Silvio B. est l’incapacité à le faire se détacher vraiment de la personne même de son fondateur. C’est définitivement un « parti personnel » qui ne vaut pas grand chose électoralement si ce dernier ne le représente pas. Il faut dire que Silvio B. a empêché l’émergence de leaders alternatifs au sein de la droite modérée, et ces anciens « dauphins », réels ou supposés, sont désormais, soit en retraite politique, soit en dehors de FI.

Il y a ensuite le plus ancien allié-compétiteur de FI, la Ligue Nord (LN). Cette dernière, alliée à FI en 1994, puis en 2001-2011, s’est transformé sous la direction de Matteo Salvini en un  parti d’extrême-droite xénophobe et anti-européen à souhait. Il réussit enfin à être populiste! (contrairement à ce que je constatais sur la Ligue du Nord à la fin des années 1990).  A la veille des élections de 2018, M. Salvini a imposé un choix attendu de longue date: la Ligue Nord perd le Nord si j’ose dire, et devient simplement la Ligue (L), tout en gardant toutefois son symbole historique des luttes communales du nord du pays contre le Saint Empire (le guerrier du Moyen-Age Alberto di Giussiano à l’épée levée vers le ciel). L’objectif est de proposer partout en Italie aux électeurs la possibilité de voter pour le discours le plus xénophobe possible, et de dépasser ainsi le caractère régional de la Ligue Nord. Selon les sondages, la Ligue (sans Nord) serait à 15% des voix. En fait, Matteo Salvini se propose comme futur Président du Conseil de l’alliance de centre-droit s’il réussit à mener son parti en tête de l’alliance de centre-droit. Cette possibilité est d’autant plus probable que Silvio B. reste à ce jour inéligible suite à sa condamnation définitive. Il serait tout de même un peu difficile d’avoir un inéligible comme Président du Conseil.

A ces deux gros partis, s’ajoute un vrai parti et un regroupement de circonstance. Le vrai parti, qui s’enracine dans l’histoire politique italienne, c’est Frères d’Italie (Fdi, Fratelli d’Italia). Ce parti, dirigé par un femme, Giorgia Meloni, entend faire vivre la tradition néo-fasciste dans sa version adoucie par l’épisode post-fasciste des années 1994-2013. Il ne dépasse guère les 5% des suffrages attendus. Il tient un discours  moins xénophobe et anti-européen que la Ligue de Salvini, ne serait-ce que parce que personne n’arrive à suivre la logorrhée verbale de ce dernier. Il ne contient pas toute l’extrême-droite héritière du néo-fascisme, mais seulement sa part la plus traditionnellement légaliste et présentable. D’autres petits partis néo-fascistes devraient se présenter. En particulier, les activistes de Casa Pound devraient sans doute tenter leur chance sur le marché électoral national cette année (comme dans la ville d’Ostie récemment).

Enfin, à l’occasion de ces élections, il y une sorte de voiture-balais constitué par tous les politiciens positionnés au centre qui veulent former une liste dans le cadre de l’alliance berlusconienne. Cela devrait correspondre à un machin appelé Nous avec l’Italie (NcI, Noi con l’Italia). S’il y a une tradition politique derrière cela, c’est celle du transformisme de certains politiciens italiens uniquement soucieux d’apporter un appoint à une majorité gouvernementale. Cette liste constitue un peu un musée des horreurs en la matière, et le discours tenu est d’un vide intellectuel qui fait mal aux yeux et aux oreilles. Toutefois son symbole devrait reprendre celui de la Démocratie chrétienne (via la filiation par l’UDC) – bien une manière de faire appel aux (très) vieux électeurs nostalgiques des belles années 1970-1980. Électoralement, cela m’étonnerait que cette nouvelle « baleine blanche » représente grand chose, et ils auront du mal à passer la barre des 3% des voix pour avoir des élus.

Au total, cette alliance des droites – dont on retrouve mutatis mutandis les quatre composantes traditionnelles de 2001- devrait gagner sur un discours classique de droite dans l’Europe contemporaine : diminution promise des impôts, quelques mesures sociales bien ciblées pour séduire des électeurs participationnistes (en particulier sur les personnes âgées), défense de la famille traditionnelle, et enfin un festival de mesures law and order et anti-immigrés. Rien que de très classique, sinon que personne n’a l’air de s’inquiéter dans ce camp de la cohérence budgétaire de tout ce fatras. Par contre, l’anti-européisme des droites italiennes devrait être très mesuré par rapport à ce qu’il fut au plus fort des difficultés économiques de l’Italie après 2011.

B. Les gauches éclatées façon puzzle.

La gauche, qui a dominé la Présidence du Conseil depuis 2013 avec Letta, Renzi et Gentiloni, arrive dans un état de division qui ne lui présage rien de bon.

Le parti principal reste le Parti démocrate (PD), toujours dirigé par Matteo Renzi. Ce dernier n’est plus Président du Conseil depuis décembre 2016, suite à sa lourde défaite au référendum constitutionnel du 4 décembre 2016. Cependant, lors d’une consultation ouverte aux adhérents et sympathisants du PD, il a réussi à garder la tête de son parti. Ce sont plutôt les anciens dirigeants de quelque importance de ce dernier qui ont fini par le quitter. Le potentiel de cet ancien parti (presque) unique de la gauche à sa création, qui regroupe surtout l’héritage de l’aile majoritaire du PCI d’avant 1989 et de l’aile minoritaire de gauche de la DC d’avant 1993, varie selon les sondages entre 20 et 25% des voix. Il garde donc des chances de rester le premier parti italien comme en 2013 (où il l’était de peu sur l’ensemble de l’électorat, circonscriptions étrangères comprises) en assumant simplement son bilan gouvernemental depuis 2013 et en promettant la continuité du redressement économique.

A cause des conflits persistants entre M. Renzi et le reste des dirigeants du centre-gauche, s’est créé à la gauche du PD un regroupement Libres et égaux (LeU, Liberi e eguali) au discours beaucoup plus écologique, humanitaire et social. Il s’agit de plusieurs forces, à la fois formés par des anciens dirigeants dissidents du PD (comme le Mouvement Art. 1-MDP, Possible et Gauche italienne) ou d’anciens alliés traditionnels du PD (le petit parti SEL [Gauche, écologie et liberté]). Selon les sondages, cette liste aurait autour de 5/6% des suffrages. Ce regroupement n’est pas constitué par des personnalités réputées auparavant comme très à gauche dans leur action municipale, gouvernementale ou législative.L’apparition de ce nouveau protagoniste correspond plus à deux faits : d’une part, le PD, sous la direction de Matteo Renzi, s’est complètement rallié à une vision très néo-libérale de l’économie en poussant les feux des « réformes structurelles », comme avec l’important « Job Act » de 2014, et, du coup, une partie du PD et de ses alliés ne peut plus suivre ce choix finalement bien plus thatchérien que blairiste; d’autre part, au fait que Matteo Renzi a importé à gauche depuis 2013-14 en prenant le pouvoir au sein du PD, puis en s’imposant à la Présidence du Conseil, une caractéristique fondamentale de la droite italienne (depuis les années 1920), à savoir le principe de la domination absolue du chef et de ses affidés directs sur le parti, et éventuellement sur le pays. Le nom de Libres et égaux, choisi par ce regroupement pour faire allusion aux grandes valeurs républicaines de la Constitution de 1948, avec beaucoup d’anciens leaders du PD d’origine communiste (comme Massimo d’Alema et Pierluigi Bersani par exemple), constitue aussi une revendication de maintenir une tradition (une valeur?) des partis de gauche italiens, et plus généralement des partis de l’arc constitutionnel de la « Première République » (DC-PSI, PSDI, PRI, PLI, PCI), à savoir le refus du chef omnipotent, du Duce en somme. Le candidat à la Présidence du Conseil de LeU n’est autre que l’actuel Président du Sénat, Piero Grasso. Une personnalité âgée sans grand relief, choisie surtout pour sa capacité à ne pas être un Duce. (On ne devient pas un Duce après 50 ans…)

A la droite du PD, allié avec ce dernier dans une coalition, on devrait avoir finalement trois voitures-balais, regroupant des forces centristes éparses espérant en faisant front commun atteindre les 3% des suffrages. Une de ses voitures-balais, Civique Populaire (Civica Populare), regroupe principalement autour de l’actuelle Ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin, ce qui reste des anciens berslusconiens passés à gauche en 2013-14 (autour d’Angelino Alfano, ex-dauphin de S. Berlusconi) avec ce qui reste de l’Italie des Valeurs (IdV, Italia dei Valori) (dont des ex-élus M5S) et quelques autres centristes d’ascendance démocrate-chrétienne (comme P. Casini, ex-leader de l’UDC). Vu le nom choisi, ce regroupement vise clairement à récupérer quelques voix du côté des ex-électeurs démocrates-chrétiens, qui auraient encore des réticences à voter pour le PD, trop marqué par son héritage communiste tout de même. L’autre voiture-balais annoncée s’appelle Ensemble (Insieme). Encore moins médiatisée que la précédente, elle regroupe ce qui reste des socialistes (non-berlusconiens), la branche historique de l’écologie politique, et enfin quelques partisans égarés de Romano Prodi – autant de gens qui furent et ne sont plus. Là encore, la ligne des 3% sera bien difficile à atteindre. Enfin, il y a liste « +Europa » dont la personnalité majeure est Emma Bonnino, la leader historique des Radicaux italiens. Plus médiatisé que les précédentes en raison de la présence de cette dernière à sa tête, elle ne vaut sans doute pas non plus grand chose en terme d’électorat mobilisable. En plus, pour ces trois listes, la nouvelle loi électorale (Rosatellum 2.0) indique qu’une liste à moins de 1% des voix n’a pas de représentants, mais même qu’elle ne participe pas au score de sa propre coalition. Cette nouvelle règle explique sans aucun doute la création de ces « vastes » (en nombre de politiciens impliqués à chaque fois) listes voitures-balais à droite et à gauche pour éviter de gâcher des voix.

Enfin,  ce qui reste de l’extrême-gauche communiste, qui avait essayé d’exister sans succès en 2013,  tente de se regrouper dans une liste appelée Pouvoir au peuple (PaP, Potere al Popolo). Les personnes qui font office de porte-parole pour ce groupement sont complètement inconnues du grand public, contrairement à la tentative ratée de 2013. Même si la symbolique d’extrême-gauche reste fort classique, cette liste prend apparemment le plus grand soin de ne pas établir un lien direct avec les petits anciens petits partis communistes maintenus. C’est censé être la base seule qui se mobilise. Le défi pour cette liste serait de passer au dessus de la barre des 3%.

Au total, la gauche au sens large (de tous les « anti-Berlusconi ») est divisée et ne peut guère gagner les élections de 2018 – sauf si, par un coup de théâtre peu probable à ce jour, les leaders de LeU et du PD finissaient par s’entendre pour se coaliser, ou s’il se passait quelque chose de terrible dans le camp de la droite (mort subite de Berlusconi par exemple qui ferait s’évaporer le vote FI).

C. La nouveauté qui n’avance déjà plus : le M5S.

A côté de tous ces grands et petits partis dont l’histoire remonte à fort loin dans le temps, et où les carrières politiques des uns et des autres sont parfois de la durée d’une vie, il y a un parti complètement isolé à tous points de vue, le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, Movimento 5 Stelle). Créé en 2007-2009 à partir de rien, il a réussi à la faveur de la crise économique et du gouvernement Monti d’union nationale à devenir une force électorale notable en 2012-13. Grâce à un loi électorale favorable lors des élections municipales, il a réussi à prendre quelques mairies importantes en 2016 (Turin et Rome), mais il a échoué à conquérir à l’automne dernier la Région Sicile, même s’il a fait un score honorable. Sa gestion de Rome se trouve cependant en permanence sous les feux de l’actualité et donne lieu à polémiques sur polémiques. Certains commentateurs avaient parié dès la prise de Rome par le M5S qu’il s’agirait là d’un piège tendu par ses opposants. Il faut bien dire que c’est au moins un moyen pour la plupart des médias et tous ses opposants de parler en mal du M5S.

Quoi qu’il en soit, ce parti, qui à la veille des présentes élections tend à normaliser son fonctionnement sur un modèle classique de vie partisane démocratique, représente surtout le refus des deux camps précédents dans toutes leurs composantes. Il essaye de défendre les intérêts de tous les exclus du « système Italie », en pratique prioritairement les jeunes de moins de 45 ans actifs sur le marché du travail ou essayant de l’être. Par ailleurs, il est facile de le qualifier de populiste au sens où ses positions tendent à  suivre les grands mouvements de l’opinion publique italienne. Ainsi, comme la droite, le M5S est tout d’un coup devenu bien moins critique à l’égard de l’Euro à mesure que la situation économique de l’Italie se normalisait et que toute sortie de l’Euro apparaissait de ce fait comme une aventure n’en valant pas la peine.De même, alors que ses premiers militants étaient souvent inspirés par des problématiques écologiques de défense de leur territoire, il se détache nettement de la gauche, surtout celle la plus à gauche, par sa vision très modérée pour ne pas dire plus de l’immigration.  Son actuel candidat à la Présidence du Conseil, Luigi Di Maio, qui n’a que 31 ans et qui a été promu à ce poste par Beppe Grillo, s’est fait ainsi remarquer par quelques déclarations droitières à ce sujet – dans la suite de celles de ce dernier justement. Ce parti, se revendiquant « ni de droite ni de gauche » et aussi acceptant de prendre des bonnes idées « à droite et à gauche », se distingue donc surtout par sa bien réelle grande distance – humaine et idéologique – à la fois au communisme et à la démocratie-chrétienne, ainsi qu’au berlusconisme. Circule dans ce parti un rejet radical du passé italien récent, et il ne séduit d’ailleurs logiquement que des électeurs de moins de 50 ans. Selon les sondages, malgré cet énorme handicap auprès des électeurs âgés dans un pays de gens âgés, il serait encore aujourd’hui entre 25 et 30% des suffrages. Toujours selon les sondages, il a nettement dépassé le PD à l’automne dernier par la chute de ce dernier, mais, comme il reste isolé, et qu’il affronte deux coalitions aux prochaines élections, il est sûr de perdre – ce qui peut démotiver son électorat jeune qui aurait absolument besoin que la situation de l’Italie s’améliore vite. Le M5S s’est  en effet constitué, si j’ose dire, comme le parti des gens qui savent déjà à 40 ans que leur vie va être totalement ratée économiquement et socialement suite à la grande détresse de l’insertion des jeunes (pas de travail stable, pas de retraites assurées, pas la possibilité de se marier et d’avoir des enfants). Il est bien possible qu’en 2018 une bonne partie de ses électeurs de 2013 aient trouvé à se sauver en s’expatriant… ou qu’ils rejoignent en votant les extrêmes des deux camps historiques.

En dehors de son isolement et aussi des incessantes polémiques qui l’entoure, ce parti ne dispose pas en plus d’une stratégie économique et sociale de relance de l’Italie bien claire. Il n’est en effet pas inspiré par une partie du monde universitaire – contrairement par exemple à Podemos en Espagne.

Quel paysage désolant… me direz-vous…

De fait, pour un observateur de longue date de la politique italienne comme j’ai fini par l’être, le plus frappant en ce début de campagne électorale 2018 me parait être l’absence de nouvelles idées en matière de politiques publiques. 2013 me paraissait plus innovant, avec à la fois la présence du M5S pour la première fois, le choix de Mario Monti de se présenter au nom de l’Europe et la présence d’une liste montée par des économistes libéraux (voire libertariens), Faire. Visiblement il n’y a plus personne pour proposer un schéma un peu cohérent de relance du « système Italie ». Il y a surtout des réflexes idéologiques  de part et d’autre. La structure des liens avec la question européenne est en plus toujours la même : plus on va vers le centre, plus l’Europe sert à coder la défense du statu quo en matière de politiques publiques, et, inversement, plus on s’en éloigne. La courbe en U inversé est parfaite de ce point de vue.

On verra toutefois si la campagne électorale permet de faire émerger des thèmes de politiques publiques un peu neufs. Mais, en même temps, qu’espérer d’un pays où un Berlusconi peut oser revenir sur le devant la scène?….

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.