Matteo Pucciarelli, Anatomia di un populista. La vera storia di Matteo Salvini.

Un journaliste de la Repubblica, Matteo Pucciarelli, a consacré un livre plutôt bien écrit et bien vu au nouveau leader de la Ligue Nord, Matteo Salvini : Anatomia di un populista. La vera storia di Matteo Salvini, Milan : Feltrinelli, 2016.

Comme il suit la Ligue pour son journal, il est en tout cas très bien informé sur l’évolution du parti nordiste. Il retrace bien la prise du pouvoir par le dit Salvini à la faveur de la crise liée aux révélations sur les détournements de fonds du parti par Umberto Bossi et ses proches, et les modifications qu’il a fait subir à la ligne de ce dernier et à son organisation (en liquidant par exemple une bonne partie de son administration centrale et ses médias maison).  Au delà de ces aspects factuels, qui rappelle des éléments déjà parus dans les divers médias italiens, le livre constitue un excellent témoignage pour prendre toute la mesure du « phénomène de foire » que représente M. Salvini. En effet, ce dernier – un troisième ou quatrième couteau au moment de son élection, sans grande notoriété personnelle préalable donc –  a décidé pour sauver son parti de l’extinction électorale de jouer à 100% la carte de la provocation verbale permanente. Bien sûr, pour relayer ses propos, M. Salvini utilise à plein les réseaux sociaux (Facebook essentiellement) et dispose pour cela d’une petite équipe dédiée (et dévouée) de professionnels pour entretenir l’actualité permanente du personnage, mais, comme le montre l’auteur avec les chiffres officiels de l’agence publique chargé de vérifier l’équité de la présence des politiciens sur les chaînes de télévision, il se montre aussi présent partout et tout le temps sur ces dernières – de l’aube au cœur de la nuit. Il l’est sans doute parce que Matteo Salvini, militant de la Ligue depuis la fin de son adolescence milanaise, et ayant été journaliste pour les médias de la Ligue (Radio Padania, et la Padania), sait dire exactement ce qu’une part du grand public attend, sans craindre à aucun moment d’être pris dans ses très nombreuses incohérences. M. Pucciarelli insiste – à juste titre sans doute – sur la capacité de M. Salvini à s’exprimer clairement – quoique fallacieusement – sur tous les sujets qui peuvent intéresser son électorat potentiel. C’est un peu aussi le triomphe de l’absence de recul critique du grand public italien que décrit le journaliste, favorisé aussi par des médias incapables de souligner les incohérences du personnage.

De fait, M. Pucciarelli insiste beaucoup sur la nouveauté du personnage, sa rhétorique simpliste et efficace, et son usage très professionnels des réseaux sociaux et des médias. Il me semble qu’il ne voit pas du coup la continuité avec toute l’histoire de la Ligue du Nord depuis sa création en 1991. Avec Umberto Bossi, le leader historique, les commentaires étaient à l’époque similaires : extraordinaire capacité à communiquer dans un langage simple compris par les classes populaires (vs. lourdeurs du « politichese » utilisé par les autres leaders de partis) et tendance à la provocation permanente, très rarement suivie d’effets concrets et de contrecoups sur sa crédibilité. Il me semble que M. Salvini, qui a grandi dans cette ambiance partisane déjà auto-désignée par U. Bossi comme « populiste », ne fait que reprendre les recettes éprouvées du maître, en les adaptant à son propre personnage, du « bon garçon », plein de bon sens, certes pas raciste mais…

En effet, ce qui choque le plus le journaliste de la Repubblica n’est autre que l’usage grossier par le dit Salvini des problèmes migratoires que connaissent l’Italie et le continent européen pour (re)faire sa pelote électorale. Dans le fond, le journaliste semble se poser la question (via des morceaux de reportage qu’il a fait par ailleurs sur la détresse des réfugiés en Grèce ou dans les Balkans) : pourquoi M. Salvini joue-t-il ce rôle du parfait salaud? Parfait salaud, au sens où il dit à longueur de journée des énormités racistes, xénophobes, etc., tout se prétendant par ailleurs comme un brave gars prêt à héberger sur son canapé un réfugié si l’occasion s’en présentait. Là encore, j’ai bien peur que le journaliste découvre une des caractéristiques fondamentales de l’extrême-droite contemporaine: son hypocrisie sur ce point.

Or il faut bien rappeler que, pendant toute son histoire post-1991, la Ligue Nord a utilisé une rhétorique xénophobe contre l’immigration « extra-communautaire », avec l’usage de ce mantra du non-racisme par ailleurs. Idem pour l’Union européenne, qui est stigmatisée par la Ligue Nord depuis 1999, alors même que l’Europe reste cependant sympathique aux yeux de la Ligue. Matteo Salvini construit donc son personnage sur les fondamentaux du parti.

La vraie et unique modification de stratégie politique effectuée par M. Salvini est de chercher à faire de la Ligue Nord un parti xénophobe et anti-européen à visée nationale. Là encore, c’est d’ailleurs un vieux projet d’Umberto Bossi, repris sous des formes diverses (création de Ligues bis et ter au sud, ralliement d’alliés au sud), mais la différence est que M. Salvini semble devoir réussir cette mutation de l’identité partisane. Il a créé à cette fin une étiquette ad hoc, « Noi con Salvini », pour aller à la conquête du sud, opérationnelle depuis 2014, et il a trouvé des partisans . En ce sens, il semble devoir effectivement sortir de l’ehtno-régionalisme nordiste – avec sa haine et son mépris constitutif pour les sudistes, les « terrone » – pour aller vers un nationalisme italien xénophobe et anti-européen – allié avec d’autres partis d’extrême-droite en Europe. M. Salvini, au moment où le livre est paru, n’avait cependant pas encore abandonné le « Nord ». C’est chose faite avec les présentes élections, où il a annoncé que le symbole électoral de son parti ne comporterait plus le mot « Nord » et se contenterait du mot « Ligue » – et bien sûr de son propre nom. Selon les sondages, sur cette nouvelle formule, la Ligue de Matteo Salvini serait autour de 15% des suffrages – ce qui est effectivement beaucoup pour un parti qui avait connu son étiage maximum aux élections générales de 1996 avec 10% des voix sur sa ligne indépendantiste/ni droite ni gauche de « la Padanie » .

Pour ce qui est de la présente campagne électorale, le « salvinisme » semble, selon les sondages, un peu marquer le pas. M. Salvini veut devenir Président du Conseil en passant en tête de la droite, or l’électorat de droite semble lui préférer encore une fois (de peu) le très vieux Silvio Berlusconi, qui s’est relancé dans la bataille électorale. Ce plafonnement correspondrait au positionnement très droitier, voire aventuriste, du dit Salvini, qui finit par être perçu par l’électorat modéré qui ne veut pas d’aventures. Logiquement, le dit Salvini va essayer de tout faire pour reprendre l’avantage, ce qui suppose sans doute pour lui d’en rajouter une couche à en juger par ses sorties médiatiques actuelles (par exemple sur la « flat tax » ou la « loi Fornero »). Une partie des dirigeants historiques de la Ligue ne sont pas non plus totalement d’accord avec cette ligne d’abandon du nordisme – comme l’a montré leur action pour promouvoir en Lombardie et en Vénétie à l’automne 2017 des référendums autonomistes. Un échec électoral de ce dernier leur permettrait sans doute de le remettre dans le droit chemin. A cela s’ajoute le solde des années Bossi. Des magistrats, qui enquêtent sur ces années d’avant 2013, voudraient confisquer les comptes de la Ligue Nord afin de récupérer tout ce que le dit Bossi et ses proches ont détourné. Cela menace de paralyser le parti, mais, en même temps, Matteo Salvini pourrait y voir une occasion de solder entièrement le passé en créant son propre parti.

Bref, Matteo Salvini parait un peu le dos au mur lors de cette campagne électorale : une grande victoire lui est indispensable pour valider sa stratégie de restructuration de la Ligue Nord.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.