Jérémy Dousson, Un populisme à l’italienne? Comprendre le Mouvement 5 Etoiles.

Vient de paraitre aux éditions « Les Petits Matins » (Paris) le livre de Jérémy Dousson, Un populisme à l’italienne? Comprendre le Mouvement 5 Étoiles. C’est sans doute le tout premier livre en français consacré au « Mouvement 5 Étoiles » (M5S) , le parti créé par un humoriste italien, Beppe Grillo, en 2009, devenu le premier parti en voix sur la circonscription Italie pour la Chambre des députés, aux élections générales de 2013, et encore aujourd’hui, selon les sondages, le premier parti italien.  La littérature à son sujet est devenue par contre pléthorique en italien, qu’elle soit hagiographique, polémique ou scientifique. Il existe aussi déjà un ouvrage académique de référence en anglais par des auteurs italiens. Mais il n’existait à ma connaissance rien sur le marché éditorial français (en dehors d’articles dans des revues scientifiques ou de communications à des colloques).  Il faut d’ailleurs souligner qu’en matière de livres, c’est un peu le cas pour toutes les forces politiques italiennes d’après 1989. Il n’existe par exemple pas de bon livre sur le parti de S. Berlusconi, créé pourtant en 1993. La politique contemporaine italienne n’intéresse sans doute pas beaucoup les lecteurs de ce côté-ci des Alpes (contrairement aux affaires antiques ou médiévales de l’Italie), et, du coup, il faut féliciter « Les Petits Matins » d’avoir accepté de prendre le risque de publier un tel ouvrage. J’ai vu à Lyon qu’il bénéficie en plus d’une mise en place correcte dans les librairies adéquates.

Comme j’ai été l’une des personnes consultées pour sa réalisation, et que j’y suis cité comme « autorité » sur certains points, j’aurais bien mauvaise grâce de ne pas le trouver réussi. Pour avoir lu l’une des premières versions, il me faut souligner le travail effectué. L’intérêt principal du livre, qui se veut pédagogique et engagé à la fois, est d’expliquer au lecteur français un certaine nombre de choses sur le M5S qui ne sont pas du tout passées dans les médias de notre pays. Ce parti, essentiellement à cause de ses critiques envers le fonctionnement de l’Euro, de son alliance au Parlement européen avec l’UKIP après 2014, ou de la personnalité histrionique de son fondateur, a parfois été vu comme un équivalent du FN, ou comme un sorte de nouveau fascisme un peu folklorique en plus, bref, comme quelque chose à classer dans le musée des horreurs de la politique européenne contemporaine. J. Dousson n’est bien sûr pas sur cette ligne, et il restitue au lecteur français toute la complexité de l’objet M5S.

Premièrement, J. Dousson consacre de nombreuses pages au programme du M5S, et à son inspiration dans la pensée de l’humoriste Beppe Grillo, exprimée dans ses spectacles dès les années 1990. Le lecteur sera alors sans doute surpris de constater qu’il s’agit plus d’un programme à forte orientation écologique, voire altermondialiste ou décroissant, qu’autre chose de bien plus à droite. J. Dousson consacre d’ailleurs un chapitre à rendre compte des travaux d’un jeune chercheur allemand (Jakob Schwörer) ayant comparé le contenu de la communication en ligne du M5S et celle de l’AfD (chapitre 10, Fascisme, un destin à la Alternativ fur Deutchsland?, p. 149-160). Si l’opposition peuple/élites est effectivement présente dans les deux cas, il existe un abîme dans les propositions. Le M5S se situe ainsi sur une ligne de critique radicale des grandes entreprises, des banques et des multinationales, tout en faisant l’éloge des PME par ailleurs. C’est sans doute cela qui le rend difficilement classable: le M5S défend donc à la fois une vision écologique de l’avenir de l’économie italienne (par ex. dans son programme pour les élections de 2018, il voudrait une Italie 100% sur énergie renouvelable en 2050) qui suppose des investissements publics massifs et les petits entrepreneurs (honnêtes et travaillerus) contre les banques (corrompues), les financiers (rapaces) et le fisc (injuste et incohérent). Conformément à sa doctrine affichée d’absence d’orientation privilégiée à droite ou à gauche,  il mêle vraiment des propositions qui sont normalement prises en charge  ou par la droite ou par la gauche. En somme, pour filer la métaphore allemande, il propose aux électeurs un  mélange entre le FDP dans sa défense des indépendants et de lutte contre le fisc rapace, de Grünen dans leur vision alternative du développement et de SPD old style dans son appel à une action résolue de l’Etat. (La seule idéologie qui ne l’inspire vraiment pas, c’est la démocratie-chrétienne dans ses aspects moralisateurs ou bien dans ses pratiques clientélaires… Le M5S est un parti « laïc »). Normalement, ce mélange ne devrait pas fonctionner électoralement, mais les circonstances font en Italie que cette alliance de propositions fonctionne – tout au moins dans l’opposition. Il faut dire qu’à moins d’y être vraiment sourd et aveugle, force est de constater que les scandales touchant les grandes structures (banques, grandes entreprises, ministères, etc.) y sont pléthores, et que tous les « petits » (salariés ou indépendants, contribuables ou épargnants) y sont victimes à leur manière.

Deuxièmement, J. Dousson en présentant l’histoire organisationnelle du M5S depuis ses prolégomènes en 2005-2009 ne cache pas ses ambiguïtés. Ce parti, héraut de la démocratie directe, qui se veut lors de sa création en 2009  à partir du lectorat du blog de B. Grillo un « non-parti » avec un « non-statut », est tout de même dominé par ses deux créateurs, Beppe Grillo et Gianfranco Casaleggio (un entrepreneur en services informatiques, utopique à ses heures perdues, dont la société gère le blog), tout en ouvrant effectivement le jeu d’une action militante à la base et en attirant des gens qui s’étaient mobilisés dans diverses parties de L’Italie contre les « œuvres inutiles » – bref, ce qu’on appellerait ici des « zadistes » (B. Grillo s’est d’ailleurs attiré une condamnation pour avoir pénétré illégalement le chantier en Val de Suse du nouveau tunnel ferroviaire franco-italien) ou ailleurs des « Nimby » (Not in my backyard).  Les dernières pages montrent que l’auteur a bien suivi les transformations en cours du parti depuis 2013, avec la montée en puissance sous l’égide de Beppe Grillo d’un « chef politique » (selon son titre officiel dans le non-statut), Luigi Di Maio. Ce jeune homme (31 ans) semble constituer une énigme pour l’auteur, qui ne sait si c’est celui qui va porter au pouvoir les aspirations démocratiques et transformatrices du M5S ou qui va le trahir en en faisant un parti comme les autres incapables de rien changer d’autre que les titulaires officiels du pouvoir (chapitre 13, Luigi di Maio : ‘Taliban’ ou Tancredi?, p. 179-188). Quoi qu’il en soit, le M5S n’échappe d’évidence pas à « la loi d’airain de l’oligarchie » (R. Michels) – que ne cite pas J. Dousson. Même avec une organisation légère et qui se prétend ouverte à tous les vents d’Internet, via une plate-forme dédiée (‘Rousseau’), il reste un chef, ou des chefs, qui décident de l’orientation générale de l’organisation – en dépit de la démocratie directe affichée et un peu pratiquée aussi. Pour l’instant, cette mutation vers la normalité partisane ne semble pas trop nuire au M5S dans les sondages disponibles, puisqu’il reste entre 25% et 30% des voix – mais il a déjà à ses basques toute une nuée de déçus qui en dénoncent les faux semblants en matière de démocratie interne.

Troisièmement, J. Dousson rappelle bien les coordonnées sociales de l’électorat M5S. C’est le cœur de la population active italienne qui se rallie à ce parti en 2013. Un récent sondage montre que près de 40% des ouvriers et employés seraient prêts à voter pour ce parti. De ce point de vue, le M5S ressemble bel et bien par son électorat aux autres forces populistes émergentes en Europe (où les petits salariés forment le gros des bataillons)  – à cette forte différence près : les immigrés ne sont pas l’ennemi principal. Ce jeu-là est d’ailleurs joué à plein par un autre parti populiste, la Ligue du Nord (LN) de Matteo Salvini, et par l’extrême-droite en général plus directement héritière du néo-fascisme que la LN, qui séduisent aussi cette part populaire de l’électorat. Le plus étonnant dans tout cela, c’est la théorisation qui est faite de cette position par Beppe Grillo lui-même d’une préemption par le M5S d’un espace de contestation qui aurait pu être occupé totalement par l’extrême-droite. Il faut dire que la situation italienne est particulière : le journal britannique The Guardian vient de faire un article sur l’infiltration par la mafia des organisations d’aide aux réfugiés/migrants. Comme le rappelle J. Dousson, une telle infiltration a d’ailleurs été prouvée sur le cas romain (cf. p.170) . Or elle est régulièrement dénoncée par les dirigeants du M5S. Autrement dit, en Italie, l’immigration elle-même est prise dans un jeu pour le coup fort autochtone de la corruption (détournement) de tout ce qui a trait à la subvention étatique, et, comme le M5S s’est bâti sur cet enjeu (mettre fin au pillage de la chose publique par les intérêts particuliers s’étant acheté à ses yeux tous les partis sans exception aucune), il peut donc profiter électoralement de la crise migratoire de cette manière-là – qui n’est pas celle, ordinaire, de l’extrême-droite.(En France, il ne viendrait à personne à l’idée d’une telle dénonciation : ceux qui aident les migrants sont des « droits-de-l’hommiste » irresponsables et naïfs, mais pas des maffieux, sauf cependant pour la justice qui les traite en trafiquants d’êtres humains, mais sans que personne n’y croie vraiment. C’est là pure intimidation.)

Par ailleurs, au delà de son aspect informatif, le lecteur se rendra facilement compte que J. Dousson, qui travaille par ailleurs à Alternatives Economiques, cherche une issue par le haut à la crise de la démocratie représentative. Cet aspect normatif perturbe parfois un peu la lecture, en perdant le lecteur dans des considérations trop générales sur la démocratie, mais, dans cette version publiée, il est bien mieux maitrisé que dans la première version qui m’a été donnée de lire. Et puis, je trouve au fond que cet aspect normatif est légitime. Après tout, on a le droit de s’interroger sur ce que peut apporter une expérience comme celle du M5S à un tel renouveau. Pour ce qui est de l’Italie, la question posée par J. Dousson de l’échec éventuel du M5S, de son incapacité à être chose qu’une roue de secours d’une démocratie représentative en crise, est d’évidence très légitime : que se passe-t-il lorsque ceux qui ont tout essayé essayent autre chose et que cette autre chose se révèle être la même chose? Comment l’électorat italien en colère vivra-t-il cette autre déception? Le plus probable serait par le refuge vers l’abstention… , mais ensuite?

Parce que, comme le dit J. Dousson (et comme je l’ai écrit par ailleurs), la raison même de la prise du M5S sur une bonne part de l’électorat est la déception face à tout le reste, et une aspiration à vraiment autre chose. Il n’est que de voir, encore aujourd’hui, la manière dont se constituent les listes d’éligibles par le M5S. Le point essentiel reste de ne pas avoir été « souillé » par une expérience dans un autre parti, ou d’être assimilable de quelque façon à un « corrompu ». Qu’adviendra-t-il alors si le M5S échoue?

Au total, le livre de J. Dousson est donc hautement recommandable, et son lecteur devra bien tenir à l’esprit qu’il a été publié au tout début de 2018 et que son auteur a bien pris soin de laisser ouvert l’avenir possible du M5S. Il devrait donc bien vieillir. Du moins, c’est tout ce que je lui souhaite.


2 réflexions sur « Jérémy Dousson, Un populisme à l’italienne? Comprendre le Mouvement 5 Etoiles. »

  1. Sauf erreur, je ne lis pas dans ce résumé que les élus du M5S « restituent » une grosse part de leurs salaires, privilèges, émoluments et autres frais, pour un total de 100 millions d’euros sur ces 5 années. Par ailleurs, le M5S a TOUTE la presse CONTRE, cette presse s’en est prise à la bourgmestre de Rome, Virginia Raggi comme cela n’était jamais arrivé dans l’histoire de la République. Et bien d’autres choses encore. Un basculement est en cours, de la délinquance vers la normalité. A suivre…

    • @ Fortuna : le livre insiste effectivement seulement en passant sur ces aspects de reversement d’une part des avantages d’élus par les parlementaires du M5S et sur le dénigrement systématique du M5S par les médias les plus dominants. Il faut dire que le M5S n’a pas non plus épargné les médias. Et le récent scandale sur les remboursements qui plombe la campagne du M5S est effectivement un bon exemple de cette attention disproportionné des médias dominants pour les « fautes » du M5S.
      Le but de l’ouvrage de J. Dosson est surtout de faire comprendre au lecteur français la spécificité du M5S en terme de programme, organisation, évolution.
      Pour ce qui est pas contre du « basculement en cours » vers la « normalité », je n’y crois guère, désolé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.