A une semaine des élections du 4 mars 2018.

A une semaine des élections du 4 mars 2018, que devra-t-on observer le plus au moment des résultats et comment cela s’expliquera-t-il?

Premièrement, le niveau de participation. D’après ce que j’en ai suivi, la campagne de 2018 m’a paru particulièrement terne. Elle n’a vu le développement d’aucun thématique nouvelle, il n’y a pas vraiment de nouveauté non plus dans les forces en présence (LeU est un regroupement à la gauche du PD qui prend la suite d’autres initiatives en 2013, et PaP rejoue les listes de « gauche de gauche » de l’époque), elle n’a apporté aucune révélation sur les grands leaders partisans (Berlusconi, Renzi, Salvini, Di Maio) occupant le devant de la scène, et, à ce jour, je n’ai repéré aucune innovation en matière de communication politique, digne de rentrer dans les livres d’histoire. Au contraire, le revenant Silvio Berlusconi s’est laissé aller à rejouer la scène de 2001 quand il avait signé son « Contrat avec les Italiens » devant les caméras de télévision, et le tout avec le même présentateur de télévision, Bruno Vespa, en signant un autre papier sans valeur devant les caméras de télévision. Une sorte d’auto-caricature de  l’éternel présent qu’il semble vouloir offrir à ses électeurs. Et Renzi, lui aussi bien incapable de se renouveler, a utilisé un train aux couleurs du PD pour visiter l’Italie comme l’avait fait  en 2001 Francesco Rutelli l’adversaire (donné perdant lui aussi) de Berlusconi. A ce manque d’inventivité dans la communication, tout au moins celle visible dans les grands médias, il faut ajouter qu’en raison des réformes du financement de la vie politique adopté après 2013 (sous la pression de la menace alors représentée par le M5S) tous les partis politiques ont désormais les poches bien vides – il leur reste certes (sauf pour le M5S qui a tut refusé) un reliquat des sommes versées pendant la législature qui s’achève au titre du « financement des campagnes électorales » et l’argent venu du 8/1000 lié à l’impôt direct sur le revenu, mais ces sommes ne sont rien par rapport aux sommes disponibles auparavant. Bref, c’est une campagne courte (en pratique  deux mois du 28 décembre [dissolution] au 4 mars [vote]), sans idées et sans argent. On peut donc raisonnablement parier que la participation globale va être faible. Un sursaut de participation par rapport à 2013 (75%), qui elle-même marquait une baisse nette par rapport à 2008, serait vraiment une surprise. Un record à la baisse ne serait pas trop étonnant.

Deuxièmement, les rapports de force globaux droite/M5S/centre-gauche/gauche. Les derniers sondages publiés avant le black-out de 15 jours sur leur publication en Italie témoignent d’une avance de la coalition des droites (37/38%, 23/25% pour la coalition du PD, et 27/28% pour le M5S). Celle-ci s’inscrit à la fois dans un cadre plus vaste d’évolution de l’opinion italienne depuis 2013 et de déroulement de la (courte) campagne. Les thèmes sur lesquels la droite a investi politiquement de longue date sont en effet ceux qui préoccupent selon les sondages disponibles l’électorat italien, et l’actualité immédiate semble devoir en plus la servir.

D’une part, comme trois collègues britanniques l’ont montré, les sondages Eurobaromètres indiquent que, par rapport à 2013, les Italiens de 2017 sont beaucoup plus préoccupés par l’immigration. Cela profite à la droite, depuis longtemps « propriétaire » de cet enjeu, en particulier à la Ligue du Nord (LN) de Matteo Salvini (et avant lui d’Umberto Bossi, qui a fait voter la « Loi Fini-Bossi » de 2003 de régulation de l’immigration). Il n’est d’ailleurs pour s’en convaincre un peu plus que de suivre la manière dont les faits de Macerata ont animé la campagne électorale. La violence du militant de la LN (aux évidentes sympathies néo-fascistes et néo-nazies – ce qui est en soi-même un fait nouveau en ce qui concerne l’évolution droitière de la LN), qui a tiré sur des supposés dealers noirs pour venger selon lui un meurtre commis sur la personne d’une toxicomane blanche par un dealer noir, a rapidement été éclipsée dans les médias par la violence de ou des assassins noirs et étrangers de cette jeune femme, italienne de nationalité, à la peau blanche. Les leaders de la droite n’ont pas été déstabilisés du tout par la violence de l’un de leurs partisans, et, au contraire, aidés en cela par les grands médias se lançant dans des révélations sordides, ils ont surenchéri en voyant dans ces faits l’illustration de la menace de violence (sic) que fait peser l’immigration sur la société italienne. C’est à ce moment-là de la campagne que S. Berlusconi en profite pour faire son Salvini en évoquant lui aussi 600.000 expulsions à faire d’urgence. Les plus modérés sont finalement les post-néo-fascistes de FdI, qui sont eux doublés par les néo-fascistes vraiment très « décomplexés » de Casa Pound, de  Forza Nuova, ou d’autres forces encore plus mineures à tous les sens du terme. En plus, ces faits de Macerata ont provoqué la mobilisation des partis de « gauche de gauche » et des associations « antifascistes » historiques qui ont souhaité manifester leur désapprobation (à Macerata d’abord, et partout en Italie ce samedi). Certains militants d’extrême gauche s’en sont pris aux divers partis et mouvement néo-fascistes eux-mêmes à la recherche de visibilité à la droite de la coalition  des droites parlementaires, et donc prêts à toutes les provocations. Les militants d’extrême-droite étaient de fait de plus en plus activistes contre le militantisme de gauche bien avant que l’un d’entre eux passe seul à la violence armée (puisque c’est de cela qu’il s’agit). La presse a parlé du coup de retour des « extrémismes opposés » par allusion aux années 1970 quand néo-fascistes et gauchistes mettaient en danger la République. L’alarme est sans doute excessive, mais il reste que l’enjeu de l’immigration tend à donner une actualité nouvelle, voire un sens nouveau, au conflit fascisme/antifascisme. On verra qui des extrêmes droite ou gauche attirera finalement l’électorat. Là encore, la surprise serait que l’un des ces acteurs marginaux à droite (Casa Pound, FN) ou à gauche (PaP) fasse un bon score (plus de 1% des voix), et encore plus surprenant qu’il passe la barre des 3% et obtienne ainsi des élus. Là, surtout en cas de percée à droite de la droite, il serait bon de s’inquiéter.

D’autre part, l’Europe n’a pas non plus bonne presse en Italie. La Fondation Notre Europe a sorti à ce sujet une étude, Les Italiens et l’Europe, chronique d’un désenchantement (Policy Paper N°217, 16 février 2018).  Cette étude constate, à l’aide de sondages Eurobaromètres là aussi, qu’en une vingtaine d’années les Italiens sont devenus très dubitatifs sur l’intégration européenne. Ce n’est plus un scoop désormais, même s’il est difficile de l’admettre pour le pays d’Alcide de Gasperri et d’Altiero Spinelli, et les auteurs de l’étude expliquent à juste titre cet affaissement par une situation économique difficile, par des attaques continues contre l’Europe venus de la droite (qu’elle soit dans l’opposition ou même au pouvoir), et enfin par la grande solitude ressentie par les Italiens face aux problèmes migratoires depuis 2015. Comme c’est effectivement la droite qui a la première critiqué certains effets négatifs pour l’Italie de l’intégration européenne, ou plutôt de la mal-intégration européenne (comme en matière migratoire), il n’est pas du tout étonnant de la voir ressurgir de ses propres ruines en 2018, puisque ceux qui ont gouverné l’Italie depuis novembre 2011 l’ont fait essentiellement au nom de l’adaptation nécessaire de l’Italie à l’Europe (gouvernements Monti, Letta, Renzi, Gentiloni). En suivant ce que disent les grandes forces politiques et ce qu’elles écrivent dans leurs programmes électoraux, on constatera d’ailleurs que tous les partis sont critiques de l’intégration européenne actuelle. C’était un phénomène déjà visible lors des élections européennes de 2014 : le  PD de Matteo Renzi (le « PdR »[parti de Renzi], comme disait le politiste italien IIlvo Diamanti) l’avait emporté, avec un score de 40% des voix, aussi parce que Renzi se présentait alors comme le meilleur avocat de l’Italie en Europe pour changer de politique économique. Et il faut bien dire que, du coup, en 2018,  les programmes des grandes forces politiques se soucient fort moyennement des « contraintes européennes » (sur les 3% de déficit par exemple) en promettant aux électeurs force dépenses et réductions d’impôts. Les contraintes européennes sont devenues de fait invendables à l’électorat italien de 2018. Il est significatif de cette réalité de voir les éditoriaux alarmistes se multiplier dans le Corriere della sera, le journal de la bourgeoisie européiste du nord, au sujet du rapport désinvolte aux contraintes européennes des programmes électoraux de tous les partis en lice, et particulièrement de ceux dont les sondages annoncent un bon score (M5S, Lega, FI). De fait, contrairement à 2013, avec les listes Scelta Civica (Choix civique) de Mario Monti, qui défendaient au centre de l’échiquier politique une vision européiste et libérale, il n’y a pas en 2018 de parti important qui soit sur cette ligne « à la Macron » si j’ose dire. Elle n’est incarnée que par la petite liste « +Europa », alliée au PD, dirigée par Emma Bonino (ex- Commissaire européenne), qui passera peut-être la barre des 3% et qui se défend elle-même d’être pour l’austérité à tout crin.  Du coup, la grande surprise électorale du 4 mars serait que le camp proeuropéen, incarné par le seul PD et ses petits alliés centristes, fasse un bon score. Le PD devrait pourtant logiquement rejoindre la longue cohorte des partis de centre-gauche perdant beaucoup électoralement pour en avoir trop fait en matière de conformité à l’austérité et aux réformes structurelles exigés par « Bruxelles » et « Francfort »  – alors même que, comme je l’ai déjà dit plus haut, le même Matteo Renzi  promettait en 2014 à ses électeurs de renverser la table du Conseil européen pour faire entendre les revendications italiennes. On ne pourra pas dire qu’il ne l’avait pas vu venir cette défaite.

Donc comme tout indique que la droite va gagner et le centre-gauche va perdre, qu’en sera-t-il du troisième grand larron, le M5S? Les sondages publiés à quinze jours du vote lui sont plutôt favorables, mais, est-ce que ses électeurs iront vraiment voter? En effet, cet électorat plutôt jeune que le M5S essaye de rassembler n’est pas des plus participationniste. Le M5S a aussi vu s’éloigner de la politique active son leader historique, Beppe Grillo. Ce dernier n’a pas participé du tout à la présente campagne électorale, et il ne devrait intervenir qu’au meeting de clôture de la campagne électorale du M5S. Les grands médias n’ont parlé du M5S que pour souligner ses manquements à l’éthique dont il se réclame et pour mettre en lumière le choix hasardeux par le M5S de ses candidats. (Le M5S a du coup dû exclure de ses rangs des candidats en position éligible.)  Les sondages prévoient aussi une dé-nationalisation du M5S. En 2013, ce nouveau parti avait étonné tous les observateurs par l’homogénéité de ses scores sur le territoire national italien : aucun parti entrant n’avait jamais eu cette caractéristique pendant toute l’histoire électorale italienne. En 2018, si le M5S sauve sa peau et confirme ainsi les sondages rendus publics à quinze jours du vote, il devrait faire des bons scores au sud du pays, et dans les îles (Sardaigne, Sicile). Il deviendrait donc le parti du sud en colère. (On notera en passant le chassé-croisé probable entre un M5S se-dénationalisant pour être devenue sudiste et une Ligue restée nordiste mais enfin nationale.) Son candidat à la Présidence du Conseil, Luigi Di Maio, aussi « chef politique » du M5S, est de fait un napolitain – ce qui doit nécessairement jouer sur les sympathies ou antipathies qu’il provoque dans l’électorat. (Cet élément régional de la personnalité publique des politiciens italiens et en conséquence de la part du choix électoral qui en résulte restent importants en Italie malgré plus d’un siècle d’unité politique de la péninsule.) Plus anecdotiquement, au delà de cette prise accentuée dans le sud que lui prédisent les sondages, je n’ai pas l’impression que le M5S ait réussi à se doter cette fois-ci d’un slogan accrocheur. C’est la Ligue de Matteo Salvini qui me semble être le seul parti avec un slogan qui peut marquer cet élection de 2018 : « Prima gli Italiani » (D’abord les Italiens). Cela rappelle bien sûr le très classique America First bien sûr, ou les Français d’abord du FN, mais, dans le contexte italien, ce slogan marque aussi le pari personnel de Matteo Salvini de transformer un parti nordiste xénophobe anti-sudiste (italien) en un parti xénophobe national. Il peut réussir, et s’il passe ainsi en tête de l’alliance de droite, elle-même majoritaire, cela va tanguer.

Enfin, toutes ces réflexions sont celles de la veille, sans doute y aura-t-il bien des choses que je n’aurai pas vu venir…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.