Commenter une élection italienne à chaud.

Ce court post voudrait rendre compte de mon activité de commentateur autorisé des élections italiennes du 4 mars 2018, et en tirer quelques rapides leçons.

Tout d’abord, la journée du lundi 5 mars 2018 fut un peu éprouvante. J’ai en effet essayé de répondre de mon mieux à tous les journalistes qui me contactaient pour analyser les élections italiennes. J’ai donc répondu pour Atlantico  et le Figaro Vox à des questions écrites, à un étudiant en école de journalisme pour son média-école, à Radio Vatican (en simple entretien) et à France-Info (en direct à plus de 23 heures, avec Hervé Rayner, comme co-intervieuwé pour la radio), à la presse régionale de l’est (groupe Ebra, c’est-à-dire Le Progrès, les DNA, verbatim paru le 6 mars sous le titre commun de l’entretien : « Une prime à la nouveauté et à la radicalité » ) et à Sud-Ouest, et enfin à un journal suisse de Fribourg, La Liberté, et à 20 Minutes (avec en co-intervieuwé Frédéric Attal).

J’espère au total ne pas avoir dit trop de bêtises ou de banalités, et avoir œuvré pour la vulgarisation auprès du lectorat  de la science politique. Globalement, les verbatim qu’on trouvera dans les articles issus d’entretiens téléphoniques respectent tous mon analyse sur le sujet. Et, pour conclure ma tournée médiatique de la semaine dernière, j’ai honoré l’invitation de Mediapart de participer à leur « live » du mercredi 7 mars, organisé en seconde partie de soirée sur les élections italiennes.

De toutes ces questions répétées (sauf au « live » de Mediapart qui avait l’avantage d’avoir déjà plus de recul sur l’événement), j’ai retenu la tendance à me faire jouer les haruspices. Je l’ai d’ailleurs fait remarquer en off lors des entretiens téléphoniques. Mon Dieu, mon Dieu, que va-t-il se passer maintenant? Les portes de l’enfer vont-elles s’ouvrir? (comme le laisse entendre la couverture de une de Libération sur Matteo Salvini). Va-t-on tous mourir? Et surtout perdre toute notre belle épargne placée en Euros? En tout cas, c’est un peu la lecture des entrailles de poulet que l’on me demandait. (Mais les marchés ont répondu : eux, pour l’instant, ils n’ont même pas peur.) De toute façon, aurais-je envie de dire une solution finira bien par émerger, il suffit d’attendre. J’ai moi-même rappelé que le délai à ne pas dépasser pour avoir un gouvernement et une majorité parlementaire dans les deux Chambres est en réalité le 31 décembre 2018, soit le moment ultime pour voter le budget de l’État italien pour l’année 2019. D’ici là, on peut discuter, se chamailler, revoter, etc. De fait, il faut se rappeler que l’Italie demeure un pays aux institutions politiques solides, où aucun acteur politique important ne veut jouer à ce jour l’eversione (la subversion) des institutions républicaines et démocratiques. Bien au contraire : l’actuel Président de la République, Sergio Mattarella, est sans doute le moins subversif des dirigeants possibles, et c’est à lui que revient de maîtriser le tempo post-électoral. Tout le monde – les gagnants comme les perdants – accepte le verdict du jeu électoral(iste). Cela allait de soi, mais peut-être vaut-il la peine de le rappeler. L’Italie fait partie des vieilles démocraties à tous points de vue.

Pour ce qui est de la substance des commentaires sur l’élection italienne que j’ai vu passer (sans pouvoir être exhaustif) dans la presse française ou sur les réseaux sociaux de la part de personnes autorisés (universitaires, journalistes spécialisés, etc.), il me semble noter une certaine convergence sur le rôle de la critique de l’Europe, des problèmes migratoires et des problèmes économiques. Par exemple, notre collègue Marc Lazar dans le Monde le souligne fort bien le 6 mars :  « C’est un des grands changements historiques de ce pays, qui était l’un des plus europhiles, devenu euromorose et eurosceptique. » L’éditorialiste d’Alternatives économiques, Guillaume Duval, s’emporte quant à lui en soulignant les responsabilités françaises et allemandes dans ce qui s’est passé. De fait, les partisans de plus d’intégration européenne s’inquiètent, et, inversement, les opposants à ce surcroit d’intégration européenne se réjouissent

Par ailleurs, après ce premier round de commentaires (dont les miens), il me semble qu’il faut se garder d’analyses trop à l’emporte-pièce : ainsi, à voir les cartes colorées en bleu (droite), rouge (centre-gauche), et jaune (M5S) des résultats au scrutin uninominal dans les deux Chambres, on dirait que l’Italie est coupée en trois : un grand nord aux droites, un petit centre au centre-gauche, et un grand sud au M5S. Il ne faut pas oublier qu’en réalité, ces trois forces restent (centre-gauche, droites, et M5S) ou deviennent (droite dans sa composante Ligue en particulier) présentes partout en Italie. Le M5S est certes relativement faible dans le nord et le centre (d’où il est issu en 2008-2010), mais il est présent. Idem pour le centre-gauche (qui conserve quelques bastions de centre-ville). Et, là est la grande nouveauté, au sein des droites, la Ligue de Matteo Salvini se trouve désormais présente partout (en passant dans certaines parties du sud du pays de 0% en 2013 à 5/6% en 2018). Au total, toutes les grandes forces politiques sont “nationales”- ce qui constitue une très bonne nouvelle, puisque tout parti qui ira au gouvernement devra se soucier de tous ses électorats des trois grandes zones du pays (nord, centre et sud). La Ligue en se nationalisant va avoir ainsi du mal à ne pas s’occuper des problèmes bien réels du sud – ce qui n’est pas le moindre des paradoxes pour un parti né de la dénégation des problèmes de ce dernier. Et, inversement, le M5S ne peut pas être que le parti de la protestation sudiste.

Et puis il y a à mon sens un grand perdant peu évoqué les commentaires à chaud de cette élection italienne de 2018 : l’Église catholique dans sa version chrétienne si j’ose dire (pour paraphraser Mauriac ou Bernanos me semble-t-il) et dans sa capacité à peser dans la politique italienne. En effet, le triomphe de Matteo Salvini  dans l’électorat de droite acte le détachement de plus en plus net de la part des catholiques italiens des recommandations de cette dernière en matière d’accueil de l’étranger.  FI avait au moins essayé de garder des liens avec l’Église catholique, et ce parti avait rejoint en 1998 le PPE, le parti européen historique des démocrates-chrétiens du continent.  Aujourd’hui, la droite est dominée par un parti, certes conservateur (par exemple avec sa dénonciation de la « théorie du genre »), mais bien peu chrétien (au sens de charitable avec le prochain, l’étranger), et, de l’autre côté, l’aile un peu post-catholique de la coalition des droites (Noi per l’Italia) a démontré son inexistence électorale. Pour ce qui est du M5S, force est de constater qu’il n’est pas conservateur (en matière de mœurs), qu’il est laïc, et qu’il représente plutôt l’héritier non reconnu du Parti radical dénonçant le rôle corrupteur pour la République italienne des ‘Églises’ (catholiques et communistes) dans les années 1970. Il n’aborde pas non plus les migrations ou l’intégration européenne à la manière de l’Église catholique. Il est neutre, comme je l’ai dit lors de la table-ronde organisée par Mediapart, au sens où il ne fait pas de l’accueil de l’étranger ou du refus de l’immigration un point essentiel de son programme.  Enfin, le PD, qui est l’héritier de l’aile gauche de la Démocratie-Chrétienne d’avant 1993, tout comme les petits partis issus de cette même aile gauche présent dans les listes alliés au PD, sont, comme on le sait, au plus bas – en plus, il fait l’essentiel de ses résultats électoraux dans la bourgeoisie éclairée du nord et surtout dans les « terres rouges » (socialistes et surtout communistes) de l’Italie centrale, régions guère réputées pour leur cléricalisme. Cette perte d’influence de l’Église catholique correspond à celle observable presque partout en Europe de l’aile gauche ou centriste des partis (ex-)religieux, au profit des ailes droites qui tiennent un discours identitaire et conservateur. Elle est symétrique de la crise de la social-démocratie, issue du mouvement ouvrier d’avant 1914, visible désormais presque partout sur le continent européen.

Bref, nous sommes bien en 2018 : le socialisme et le mouvement ouvrier jettent leurs derniers feux, tout comme la démocratie chrétienne. The show must go on.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.