Journée d’études sur les élections italiennes (7 mars 2018)- Compte-rendu.

Comme à chaque élection générale italienne depuis 1994, Marc Lazar, professeur à Science Po Paris et à la LUISS (Rome), organise à Paris une journée d’étude « à chaud » dans les jours suivants immédiatement l’élection. Cette année, cela se passait dans les locaux du CERI (56, rue Jacob, Paris 6ème Arrdt.). L’ambiance dans la salle m’a paru plutôt morne, contrairement à celle qui prévalait en 2013. Sans doute était-ce lié au fait que le public, obligatoirement italophone puisque les deux tiers de la journée se déroulaient en italien, était largement constitué de personnes  très déçues du résultat électoral, en particulier des Italiens plutôt âgés installés en France de longue date. Comme le montreront les questions et les remarques du public tout au long de la journée, l’incompréhension face au vote de la mère-patrie domine, et visiblement personne n’exulte à la vue des résultats, ni à la tribune, ni dans la salle.

Marc Lazar ouvrira la journée  par un hommage à l’historien Pierre Milza. Il faut bien dire que, pour tous les italianistes de France, cette disparition à la veille de l’élection du 4 mars ne peut que marquer, encore plus pour un historien comme Marc Lazar. Pour cadrer les débats, Marc Lazar précisera fort justement que, désormais, toute élection nationale en Europe est devenue une élection européenne.

La matinée, entièrement en italien, est d’abord consacrée à des analyses électorales. J’en résumerai ici les points saillants.

Roberto D’Alimonte (professeur à la LUISS, Rome) souligne d’abord que les vainqueurs de 2018 furent les deux partis qui s’opposèrent au gouvernement Monti de 2011, le M5S et la LN. Le résultat est de fait extraordinaire pour les deux partis. R. D’Alimonte précise que les sondages dont il était lui-même le maître d’œuvre donnaient encore seulement 29% au M5S au 16 février 2018, avec une forte sous-estimation au sud (30% contre 43% en réel). C’est vraiment l’explosion du vote M5S au sud qui doit dont être notée, correspondant à une hausse légère de la participation électorale dans cette région (qui reste la moins participationniste toutefois), tout comme la nationalisation du vote de la LN qui perce (enfin) au sud. On peut même dire que la Ligue de Matteo Salvini constitue du coup un nouveau parti. R. D’Alimonte finit son intervention sur les différents scénarios de gouvernement possible – une thématique qui reviendra plusieurs fois au cours de la journée.

Marco Maraffi (professeur à Milan, responsable du programme ITANES) présente les principaux résultats d’une enquête préélectorale (avec 4806 interrogés). Il souligne une perception très négative de l’économie par les électeurs italiens. Elle implique une pressante demande de protection de leur part. Au sud, c’est plutôt à une demande d’assistance (‘assistanzialismo’) que l’on assiste, d’où le succès du revenu de citoyenneté proposé par le M5S. Au nord, la demande est plus variée, puisque la LN promeut une moindre taxation, des droits de douane et la lutte contre l’immigration. [Sans vouloir anticiper sur la suite, je fais noter au lecteur que, au lendemain de l’élection, la Ligue de Matteo Salvini a justement mis l’accent dans sa propagande sur le ‘travail’ par opposition au ‘revenu de citoyenneté’ promu par le M5S. Où l’on retrouve de bien vieilles thématiques (nord laborieux/ sud paresseux).]

L’intervenant en listant les préoccupations déclarées des électeurs italiens souligne l’importance de la ‘disoccupazione’ (chômage), dont il met en exergue le caractère totalement transversal à toutes les catégories et qui correspond à une crise plus générale du travail en Italie (précarité, qualité, rémunération, sens). Les seules inflexions notables sont une plus grande préoccupation pour le chômage à gauche, pour l’immigration à droite, pour la corruption au M5S. Par ailleurs, tous les électeurs ou presque ont en 2018 une vision très négative de l’économie en regardant dans le rétroviseur (rétrospectif) comme en regardant vers l’avant (prospectif). De manière plutôt étonnante,  il n’y a pas  de ce point de vue d’écart Nord/Sud. Les seuls électeurs qui sont un petit peu optimistes (25% d’entre eux) sont les électeurs du PD, et les plus pessimistes sont ceux du M5S et de la LN. Suite à une question de la salle, Marco Maraffi rappellera à quel point le PD a été pénalisé par son rôle au gouvernement dans un contexte où les résultats de son action sont perçus négativement. D’où le basculement de certaines catégories, comme les agents du secteur public, vers le M5S. Il est vrai que le M5S n’a aucun élément à faire valoir pour démontrer sa capacité à gouverner, mais les électeurs italiens veulent changer. Et cette volatilité de l’électorat ne vaut pas que dans le sud. A Sienne, dans un collège sûr pour le PD, le Ministre sortant de l’économie, Padoan, a failli être battu par un candidat du M5S, un jeune économiste d’orientation néo-keynésienne.

Pour ce qui est de l’avenir, le professeur Maraffi pense qu’il pourrait y avoir une convergence entre les électorats du centre-gauche et du M5S – sans bien sûr juger de ce qui se passerait entre les dirigeants de ces deux camps.

Ilvo Diamanti (professeur à l’Université d’Urbino) avait à traiter du vote pour le M5S, mais il a décidé d’élargir son propos. Il commence par souligner, non sans une grande acrimonie dans le ton utilisé, les choix très tardifs des électeurs. Aucun sondage n’avait vu ce qui allait se passer. Pour I. Diamanti, c’est là un problème pour la démocratie : des électeurs choisissent leur vote stratégiquement à la toute dernière minute à la vue des sondages disponibles, ce qui produit des effets inattendus et crée de fait une « démocratie fluide ».

Au delà de son évident succès dans le sud et les îles, le vote M5S se nationalise, puisque ce parti est désormais le premier ou le second parti dans 80% des collèges électoraux. C’est le vote préféré des chômeurs, des ouvriers, des jeunes entre 18 et 34 ans, soit le vote des gens qui ont peur du futur. C’est aussi le vote de la périphérie économique, sociale et culturelle du pays. Bref, c’est le vote des gens qui sont objectivement et  se sentent subjectivement les derniers en Italie. Inversement, le vote du centre-gauche (PD et alliés) correspond aux centres-villes riches des métropoles et à celui des classes moyenne supérieures. Cependant, I. Diamanti conclut que le M5S, s’il parait avoir de l’avenir puisqu’il séduit les jeunes électeurs (moins de 45 ans), puisque ces électeurs lui sont fidèles entre 2013 et 2018 et qu’il a séduit beaucoup d’ex-électeurs PD en 2018, révèle surtout les insuccès des autres partis. Le M5S reste le parti des sans-partis. Suite à des questions de la salle, I. Diamanti en rajoutera encore sur le M5S. Pour lui, c’est le vote du ressentiment des électeurs, et l’expression du sens commun. Et finalement, ce vote est bien peu rationnel pour avoir été décidé à la toute dernière minute.

L’historien Giovanni Orsina (LUISS, Rome), auteur d’un ouvrage sur S. Berlusconi à paraître en français dans les prochains mois, chargé de présenter la droite, présentera longuement les évolutions de cette dernière depuis 2013. Il expliquera ensuite la défaite de FI de S. Berlusconi par trois éléments : l’absence d’une bonne campagne électorale – S. Berlusconi n’a pas su cette fois-ci inventer une promesse de campagne marquante -; la campagne très claire et cohérente au contraire de la LN de Salvini, entièrement centrée sur l’idée de souveraineté et sur celle de reprendre le contrôle; un électorat de droite finalement homogène qui accepte de basculer du côté de ce dernier en dépit de sa radicalité affichée. Il finit son intervention en montrant que Matteo Salvini se trouve plutôt en position de force face aux différentes hypothèses possibles pour la suite, car, vu l’écroulement de S. Berlusconi, il ne craint pas de futures élections. [Cette prédiction s’est confirmée ces derniers jours. Matteo Salvini a de fait déjà engagé une seconde pré-campagne électorale en multipliant les meetings.]

Marc Lazar conclut les interventions de la matinée par une présentation du sort du centre-gauche. Visiblement dépité, il ne peut que mettre en lumière le niveau de l’échec du PD, y compris dans ses fiefs historiques d’Émilie-Romagne (- 13%), de Toscane (- 9,6%), d’Ombrie (-9,9%) et des Marche (-8,4%). Si le PD récupère sans doute une bonne part des électeurs de Mario Monti en 2013, il en perd massivement au profit de la LN et du M5S. Quant aux dissidents de la gauche de gouvernement, regroupés dans LeU, ils connaissent une contre-performance remarquable, avec à peine 3% des suffrages, preuve s’il en est, selon M. Lazar, qu’il n’existe pas d’espace politique à gauche du PD. Plus tard dans la matinée, et en réponse à  une question de la salle sur le sort de l’extrême gauche, Marc Lazar précisera que le M5S occupe l’espace de la protestation et pas cette dernière. Il rappellera aussi que le leadership de LeU a été contesté en interne dès le départ, qu’en plus des dissensions sont apparues au sein de cette alliance électorale – de 11 composantes selon une intervention de la salle – sur l’Europe (avec une opposition anti/pro S. Fassina /Boldrini) et sur le rapport avec le PD (alliance possible ou pas). De fait, en Europe, les succès des partis d’extrême-gauche correspondent plutôt à un mouvement vers le centre (avec en général une opposition « peuple »/ »élites »).

Comment expliquer cette défaite du PD et de ses alliés? Tout d’abord par le fait d’avoir été au pouvoir depuis 2013 et d’avoir fait beaucoup de réformes contestées (par ex. ‘Jobs Act’). La défaite du PD en 2013 s’inscrit en fait dans celle de toutes les majorités sortantes en Italie depuis 1994. La poursuite de la crise économique, en particulier dans le sud, a été décisive. Ensuite, il faut admettre l’existence d’un « facteur R ». La personnalisation du PD autour de M. Renzi a eu un effet délétère, surtout à compter de la défaite au référendum de décembre 2016 et de ses suites illogiques avec le maintien de Renzi au leadership du PD et du centre-gauche. Enfin, cette défaite s’inscrit dans le cadre général du déclin des partis socialistes et sociaux-démocrates en Europe.

Pour l’avenir immédiat, M. Lazar prédit un affrontement interne au PD autour de M. Renzi. [Le 7 mars 2018, ce dernier était effectivement encore dans une position étrange: ‘Je démissionne, mais ma démission sera effective quand l’Italie aura un gouvernement’. Depuis, le dit Renzi a dû laisser vraiment la direction du PD à d’autres. Il peut sans doute s’inscrire au club des ex-jeunes dirigeants brillants, définitivement grillés en politique, au côté de David Cameron.]

Au delà de questions de la salle visant à préciser l’une ou l’autre affirmation des intervenants, la discussion s’engage ensuite sur les suites gouvernementales de ce résultat.

R. D’Alimonte passe en revue les scénarios possibles, du point de vue des équilibres parlementaires. Une majorité des droites n’est pas numériquement possible. Une ‘grande coalition’ (FI + centres + PD) n’est pas numériquement possible. [C’est bien là dirais-je, la grande différence entre 2013 et 2018. C’est là le caractère inédit de la situation italienne – comme en Grèce en 2015, les anciens partis de gouvernement sont minoritaires dans l’électorat.] Une majorité populiste (M5S + LN) est certes numériquement possible, mais a priori difficile. Une alliance FI/M5S est elle impossible, vu la personne de S. Berlusconi (qui est la cible privilégiée du M5S depuis toujours). D’où l’impossibilité d’une alliance de toutes les droites (dont FI) avec le M5S. Par contre, une alliance entre le PD et le M5S est possible, mais à aussi difficile. Enfin, il reste l’hypothèse d’un gouvernement des droites, avec soutien du PD et des centres, ce qui serait cependant bien difficile à avaler pour dirigeants, militants et électeurs du PD, surtout avec Salvini président du Conseil. Du coup, toujours selon R. D’Alimonte, il reste en lice : le gouvernement de tous les partis (‘governo di scopo’) pour préparer de nouvelles élections, ou le gouvernement minoritaire (droites ou M5S) soutenu par le PD. A son avis, le M5S parait en position de force dans ce jeu, puisque le PD devrait plus facilement accepter de le soutenir qu’un gouvernement Salvini.

Le début de l’après-midi continuera à se dérouler en italien. L’économiste Franco Saraceno (OFCE) présentera sa vision de la crise économique italienne, essentiellement fondée sur l’incapacité des firmes italiennes à atteindre une taille critique leur permettant d’investir. Les scénarios qu’il évoque pour la suite sont fondés sur sa critique de la politique actuelle de l’Union européenne inspiré par le « consensus de Washington » et inscrit dans le droit européen (« fiscal compact »). Un gouvernement M5S/PD serait positif par son action probable sur les institutions européennes. Un gouvernement FI/PD – impossible numériquement – aurait été de toute façon le choix du statu quo, et une mauvaise solution. La présence de la LN au gouvernement serait elle dramatique pour l’Europe, et elle aurait la capacité de faire imploser cette dernière.

Avec l’intervention du professeur Sergio Fabbrini (LUISS, Rome), le ton sera le même. Plein d’émotion, ce dernier indiquera que le vote italien témoigne d’une crise européenne, engagée en 2011 (gouvernement Monti) et poursuivie en 2015 (crise migratoire), puisque c’est au niveau de la relation intergouvernementale entre États que les (mauvaises) décisions ont été prises pour l’économie italienne et  pour la gestion de la crise migratoire. La solution ne peut donc venir que de même niveau avec des décisions qui prennent en compte les intérêts italiens. Il faut donc que les vainqueurs des élections (M5S et LN) se préparent à influencer l’Europe en clarifiant leur vision. Le professeur Fabbrini pense, contrairement aux autres intervenants, possible un gouvernement M5S/LN, et il appelle de ses vœux une réforme institutionnelle de l’UE pour sortir de ce que F. Saranceno dénonçait dans l’intervention précédente.

La seconde partie de l’après-midi passe au français (avec Gilles Finchelstein, Pierre Musso, Dominique Reynié, Marco Tarchi et Sofia Ventura). Elle sera à mon sens bien moins intéressante que ce qui a précédé, car bien trop engagée dans des discussions générales sur le sort de la démocratie. Je n’en rendrai donc pas compte ici. Heureusement, Marc Lazar viendra conclure la journée par quelques propos plus clairs et synthétiques. Il rappellera que le M5S est « la girafe » des populismes européens, qu’il n’y a sans doute pas d’anomalie italienne ou de laboratoire italien, mais un sismographe italien (au sens d’une Italie comme précurseur de ce qui arrivera ailleurs), marqué par la crise générale des partis de gouvernement en Europe, et enfin qu’il faut bien se mettre dans la tête que plus d’un électeur italien sur deux a voté en 2018 pour des partis critiques de l’Union européenne.

Pour ma part, je ferai deux remarques sur le contenu de cette journée.

Premièrement, la plupart des intervenants ont été obligés de souligner les racines européennes de ce vote- soit dans l’aspect économique, soit dans l’aspect de gestion de la crise migratoire -, mais aussi du coup son fort aspect socio-géographique. Il y a désormais d’évidence trop d’exclus de la prospérité économique en Italie pour que les partis de gouvernement tiennent encore – ce qui doit faire réfléchir sur la validité politique des statistiques économiques globales comme le PIB.  Un intervenant a souligné amèrement qu’on ne votait plus PD que dans les quartiers chics des grandes métropoles (Rome ou Milan), là où justement il habite lui-même. Seule la « Grande Bellezza » vote  encore PD – les « idéopoles » en somme, comme diraient F. Escalona et Matthieu Viera, sur le cas français. Cette priorité à la perception de l’économie par les électeurs a eu encore du mal à passer chez certains intervenants, qui se sont sentis obligés de souligner que le PD avait bien réformé pourtant le pays et qu’il était mal payé de ses efforts. C’était là trahir le fait de ne pas comprendre vraiment à quel point les choix faits depuis 2011 ont été mauvais en Italie pour la plupart des Italiens. Seul le professeur Maraffi semblait avoir vraiment digéré ce qui se passe. Au total, la journée donnait l’impression que tout le discours présent dans les médias français sur le rôle de l’immigration était largement surjoué. Certes, comme l’a dit I. Diamanti en réponse à une question de la salle, de très mauvais sentiments sont en train d’émerger en Italie, comme l’ont montré les suites de l’affaire de Macerata, mais ce n’est pas là le problème central des Italiens, qui  est avant tout matérialiste.

Deuxièmement, il me faut bien constater que, pas une seule fois dans cette journée, le mot d’écologie ou de crise environnementale n’a été prononcé. Bien que le M5S ait dans sa genèse des préoccupations écologiques, ce n’est absolument pas la source de son succès électoral. Au contraire, ce dernier est à la fois interne à la vie politique – désarroi face à des sortants en échec – et matérialiste – trouver une place objective et subjective à ceux qui se voient les derniers de la société italienne. D’un point de vue plus prospectif, si l’on accepte l’hypothèse de Marc Lazar d’une « Italie sismographe », cela témoigne de l’incapacité persistante (définitive?) de la préoccupation environnementale à attirer en elle-même les électeurs.

Au total, comme disait Brecht,Erst kommt das Fressen, dann kommt die Moral!.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.