Et, finalement, l’impensable advint : le gouvernement M5S/Ligue.

Tenir un tel blog suppose d’entretenir un minimum de réflexivité.

Or, en relisant le compte-rendu que j’ai fait de la journée d’étude organisée le 7 mars par Marc Lazar au lendemain même de l’élection du 4 mars 2018, il ressort clairement que personne ou presque n’a évoqué l’hypothèse d’une majorité et d’un gouvernement M5S/Ligue. Seul le professeur Fabbrini avait montré qu’il craignait cette issue, justement parce qu’il était le plus préoccupé par l’aspect européen des élections italiennes. Je dois souligner que, dans mes propres interventions dans les médias, je me suis montré très dubitatif sur une telle éventualité d’alliance entre le M5S et la Ligue en raison de leur distance programmatique et humaine. C’est pourtant cela qui a fini par se produire. Puisque, comme d’autres, je n’ai pas su prédire, est-ce que je peux au moins expliquer ex post ce résultat inattendu? Essayons.

Premier point : la situation interne du Parti démocrate, qui était vu en dépit de sa déroute électorale comme le faiseur de roi par beaucoup des intervenants du 7 mars. Le plus logique en terme de proximités programmatiques et en terme de sensibilités des dirigeants, élus et militants du M5S aurait été en effet une alliance entre le M5S et le PD. En effet, l’une des sources de la création du M5S – en 2009 – est une déception vis-à-vis de ce que le PD avait promis aux électeurs lors de sa création. Il faut ainsi se rappeler que Beppe Grillo tente d’aller porter la contestation au sein même de la primaire du PD. C’est lorsqu’il est refusé par la direction du PD de l’époque qu’il s’engage vraiment dans la création du M5S comme concurrent de ce dernier. Beaucoup d’activistes de la première heure auraient pu être classés à gauche, et ils engagent une critique de gauche de l'(in)action du PD, en particulier sur le rôle de Silvio Berlusconi dans le dernier quart de siècle. L’obsession du M5S pour la lutte contre corruption pourrait être ainsi vue comme l’écho lointain de l’échec du PD à être fidèle à l’héritage de la « Question morale » dénoncée par Enrico Berlinguer, alors secrétaire du PCI, peu avant sa mort en 1984. En 2013, il y avait d’ailleurs eu des négociations, retransmises en streaming par le M5S, entre la direction du PD (Bersani) et du M5S (Grillo) qui avaient pris le ton d’une querelle de famille. En 2018, le poids relatif des personnalités qui auraient pu s’engager à gauche en d’autres temps au sein du M5S a sans doute diminué, et le chef politique du M5S, Luigi di Maio, n’a pas vraiment un tel profil. Il faut ajouter que tout au long de la législature 2013-2018, le M5S n’a cessé d’être dans l’opposition au PD, en chargeant tout particulièrement son groupe dirigeant, et en critiquant ses choix de gouvernement. Cependant, ce qui fait basculer la situation et interdit une alliance M5S/PD n’est autre que le contrôle qu’exerce au sortir des élections de mars 2018 Matteo Renzi sur les groupes parlementaires du PD au Sénat et à la Chambre des députés. En effet, malgré sa très lourde défaite au référendum de décembre 2016, qui l’a obligé à céder sa place de Président du Conseil, Matteo Renzi a réussi à garder le contrôle du PD en s’appuyant sur une base qui lui est restée majoritairement favorable. En tant que dirigeant du PD, il a pu, vu le mode de scrutin (négocié par ses soins avec S. Berlusconi et M. Salvini…), choisir les futurs députés et sénateurs du PD. Il ne s’est guère gêné pour favoriser ses propres partisans – comme l’ont dénoncé les minoritaires au sein du PD à la veille du scrutin. De ce fait, même si la direction provisoire du PD avait accepté de négocier avec le M5S (sous la douce pression du Président Mattarella par exemple), et même si les militants du PD avaient approuvé l’accord M5S/PD ainsi négocié, Matteo Renzi aurait demandé à ses partisans de bloquer la formation d’un tel gouvernement, quitte à provoquer l’éclatement du PD.  Le contraste avec le cas allemand me parait de ce point de vue plutôt intéressant. Le SPD a fini par être « responsable ». Pas le PD – il est vrai qu’il aurait fallu soutenir un gouvernement Salvini… C’est vraiment par la volonté d’un dirigeant pourtant écarté de la direction officielle, Matteo Renzi, que le PD se trouve désormais à l’opposition, et que la formation du couple M5S/Ligue a été de fait  encouragé.

Deuxième point : l’évolution implacable de l’opinion publique telle qu’enregistré par les sondages d’opinion en faveur de Matteo Salvini. Celui qui avait repris en 2013 un vieux parti de gouvernement à l’agonie avait déjà réussi l’exploit de dépasser son allié de (presque) toujours Forza Italia le 4 mars. Or cet écart favorable (17 à 14%) s’est accentué au fil des semaines, et il a été en plus confirmé par le résultat d’élections locales dans le nord et le centre du pays. La campagne nationaliste et xénophobe de M. Salvini porte visiblement à plein, bien sûr sur les électeurs des droites, mais pas seulement. Des sondages mettent du coup la Ligue à proximité des 30% à la veille de la formation du gouvernement Conte, et, en tout cas, au dessus de 25% (pour 17% le 4 mars), et, inversement, FI se retrouve souvent en dessous des 10%. Cette évolution en ciseaux explique sans doute que S. Berlusconi finisse par donner son nulla obstat à l’ouverture de négociations M5S/Ligue – alors même que le M5S a réitéré son anti-berlusconisme fondamental en refusant de négocier avec FI.  En effet, puisque la voie d’un accord entre toutes les droites et le M5S est fermée, comme celle d’un accord M5S/PD, de nouvelles élections se profilent. Or ces dernières, qu’elles soient organisées à la fin de l’été ou à l’automne 2018, voire au début de 2019, signifieraient que FI perdra encore des parlementaires, ou, tout au moins, se retrouvera complètement vassalisé par son vassal historique, la Ligue. M. Salvini est en train de retourner une situation qui n’avait pas bougé depuis 1994. Au final, S. Berlusconi va certes faire voter ses groupes parlementaires contre l’investiture du gouvernement M5S/Ligue, mais, grâce à l’absence d’élections anticipées, il sauve encore une fois (politiquement) sa peau et peut espérer un retour à meilleure fortune. Cet affaiblissement de S. Berlusconi a été patent lorsqu’à la suite du refus de Mattarella d’entériner la présence de l’économiste euro-critique Paolo Savona au poste de Ministre de l’économie,  il a été question d’aller d’abord vers un gouvernement technique Cottarelli, puis, en raison de l’illégitimité foncière d’un tel gouvernement soutenu par aucun parti,  vers des élections (très) anticipées le 29 juillet 2018. Matteo Salvini a alors bien fait comprendre à qui de droit qu’il définirait seul le programme électoral des droites (en particulier en matière européenne) – humiliant donc S. Berlusconi – ou qu’il irait seul à la bataille (probablement avec les post-fascistes de FdI).

Ce poids de l’évolution des sondages d’opinion, favorable au meilleur démagogue du moment en Italie, finit par se voir dans la composition même du gouvernement Conte : le M5S et la Ligue  y ont le même poids politique (quasi-parité des ministres, chacun une vice-présidence pour leurs chefs respectifs), alors même que, le 4 mars 2018,  le M5S avait obtenu près du double de voix que la Ligue.

Troisième point : l’effet repoussoir du gouvernement technique (et par delà de la gouvernance européenne). En effet, l’une des raisons pour lesquelles la Ligue et le M5S finissent par ouvrir des négociations n’est autre que la crainte d’apparaître  aux yeux des électeurs italiens comme ceux qui ont laissé faire le retour d’un gouvernement technique à la Monti. Le Président Mattarella évoque en effet cette solution pour sortir de l’impasse qu’il constate. Il faut bien comprendre en effet, que, dans l’opinion publique italienne, cette formule de gouvernement a perdu tout son prestige à la suite de l’épisode Monti (2011-2012). Le choix d’une austérité renforcée au nom de l’Europe a en effet été le moment où l’Italie retombe dans une récession plus grave que celle provoquée par la crise mondiale de 2007-08. C’est en effet cette seconde récession qui fera véritablement du mal à l’économie italienne (en particulier aux banques), et c’est d’elle dont l’Italie ne sort que très lentement ensuite. Les deux duettistes – le M5S et la Ligue – au delà de leurs divergences avaient donc un motif en béton à faire valoir pour s’allier : éviter tout retour à un gouvernement technique. Selon les sondages, une fois l’accord M5S/Ligue trouvé, les Italiens l’ont approuvé à 60%, probablement moins en raison de son contenu, qu’en raison de la possibilité ainsi offerte d’éviter un gouvernement à la Monti. Cet effet repoussoir a été encore plus évident lorsque le Président Mattarella a tenté justement d’imposer un gouvernement technique, autour d’une personnalité  caricaturant il est vrai tous les vices (ou vertus?) d’une telle solution de mise entre parenthèses de la démocratie électorale. Au bout de quelques longues journées, il est apparu qu’aucun parti important représenté au Parlement n’était prêt à lui voter la confiance: le M5S et la Ligue auraient voté contre, FI aussi pour ne pas réitérer l’erreur de 2011, et le PD lui-même s’est décidé pour l’abstention. On allait donc tout droit à un vote parlementaire inédit où une toute petite minorité parlementaire aurait été pour le gouvernement Cottarelli. De ce fait, tous les grands partis déclaraient vouloir aller à des élections le plus vite possible, pour ne laisser vraiment aucun temps d’action à ce gouvernement technique.

Maintenant, la question qui fâche : est-ce que ce gouvernement Conte peut durer plus de quelques semaines ou mois ? La seule chose que je m’en sente d’affirmer à ce stade est que les deux protagonistes ont choisi un ordre de bataille des ministères attribués leur permettant de ne pas trop se gêner en se réservant chacun ce qui leur tient à cœur et que toutes les critiques venant de l’étranger – de Bruxelles ou de Berlin en particulier – ne peuvent que conforter ce gouvernement dont le point d’accord est constitué par l’idée d’un renouveau du nationalisme italien, ou du moins par la mise en avant d’un nouvel égoïsme italien.

Par contre, l’activisme de Matteo Salvini constitue pour ce gouvernement une incertitude de tous les instants. D’une part, comme Ministre de l’Intérieur, il veut mettre en œuvre une politique migratoire et sécuritaire radicale. Il peut finir par aller dans une direction que l’opinion publique italienne, ou même les parlementaires du M5S, ne pourront pas accepter. Il s’est déjà engagé dans une perturbation de la révision en cours du Règlement de Dublin au risque de tout bloquer pour des années encore. D’autre part, toute la dynamique (électorale) de la Ligue depuis 2013 repose sur sa personne, il ne peut donc jamais s’arrêter d’être toujours dans la provocation qui lui a si bien réussi jusqu’ici. Bref, avoir une sorte de Trump – en plus subtil, et surtout plus compréhensible tout de même – au sein d’un gouvernement italien, est-ce longtemps tenable?

Or, vu l’état actuel de l’opinion italienne, une crise gouvernementale déclenchée dans quelques mois autour de sa volonté d’en finir avec l’invasion migratoire ou quelque autre question en lien direct avec l’Union européenne lui serait sans doute favorable électoralement. Il faut bien en effet tenir à l’esprit que, depuis le début des années 2000, le camp du centre-droit a été biberonné par la Ligue du Nord, mais aussi par S. Berlusconi lui-même à l’euroscepticisme (en paroles tout au moins!). M. Salvini n’innove donc pas tant que cela. Il engrange en 2018 un doute semé depuis plus d’une décennie sur les politiques européennes dans l’électorat des droites. Il aurait donc de bonnes chances de regrouper toutes les droites autour de lui dans un combat électoral contre un quelconque diktat de l’Europe et ses partisans ou plutôt complices italiens. En conclusion, l’asymétrie des perspectives de gain en cas d’élections anticipées constitue une menace pour la durée de ce gouvernement Conte.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.