Matteo Salvini est-il fasciste?

Il m’arrive de plus en plus souvent de lire dans les médias ou sur les réseaux sociaux que je fréquente (Twitter) que Matteo Salvini, le leader de la Ligue (ex-du Nord), est fasciste. Je comprends parfaitement qu’en usant de ce terme à son propos, il s’agisse de le disqualifier moralement et politiquement le nouveau Ministre de l’Intérieur italien. Mais dans quelle mesure cette qualification est justifiée, et que dit-elle en fait du locuteur qui emploie ce terme?

Tout dépend bien sûr du sens qu’on donne au terme de fascisme.

Si l’on prend le terme dans son sens historique, à savoir le fascisme comme phénomène politique qui a marqué l’Italie d’après 1919 et plus généralement l’Europe d’entre les deux guerres, il ne saurait être question de qualifier M. Salvini de fasciste. En effet, on se trouverait là en plein anachronisme. Deux éléments essentiels au fascisme de ces années-là manquent : l’existence d’une base militante ayant expérimenté la violence d’une guerre inédite par sa durée et son ampleur (avec l’importance qui en découle du militantisme organisé et violent); l’importance de l’idée de révolution (communiste) à contrebalancer par une contre-révolution (conservatrice) ou alter-révolution (fasciste). Dans le cas italien, il faut ajouter bien sûr le thème de la « victoire mutilée ». Plus généralement, la plupart des fascismes de ces temps de l’entre deux guerres correspondent à des blessures narcissiques de la Nation, envisagés surtout en termes territoriaux. Les suites des Traités de Versailles (et de Trianon) sont largement en cause. A ma connaissance, un Salvini ne pose aucune revendication territoriale pour l’Italie. Bref, au sens historique, Salvini ne peut être fasciste, comme d’ailleurs tous les politiciens d’extrême droite de notre époque.

Si l’on prend le terme dans son sens historique dérivé du précédent de néo-fascisme, c’est-à-dire des héritiers revendiqués des régimes fascistes de l’entre deux guerres, la  qualification n’est guère plus justifiée, tout particulièrement dans le cas italien. En effet, depuis l’immédiate après-guerre, il existe en Italie un parti, le Mouvement social italien (MSI), et diverses autres organisations militantes, légales ou même illégales, qui entendent défendre la mémoire, les valeurs et l’avenir même du fascisme comme idéal (sic). Après de nombreuses péripéties au cours des deux dernières décennies, le rameau principal de ce courant néofasciste s’est regroupé dans un parti nommé Frères d’Italie (Fratelli d’Italia [FdI]) au discours nationaliste, eurosceptique et xénophobe. A côté de ce parti, qui poursuit la tradition modérée et légaliste du néofascisme de la majorité du MSI (1946-1995), il existe toute une série d’organisations néofascistes se voulant plus radicales, aussi ben par leur activisme que par leur revendication plus appuyée d’un héritage fasciste, essentiellement sous l’aspect social et révolutionnaire. La plus connue et dynamique de ces forces se voulant vraiment « les fascistes du XXIème siècle » est Casa Pound Italie (CPI). Il se trouve effectivement que FdI est un allié de la Ligue de Matteo Salvini dans le cadre de la coalition créé par Silvio Berlusconi dès 1994 pour fédérer toutes les droites, et qui a été reconduite une nouvelle fois lors des élections du 4 mars 2018. Mais la Ligue et FDI ne se confondent pas, car elles correspondent à deux traditions idéologiques et militantes différentes. Autant FdI s’inscrit dans la longue histoire du nationalisme italien, dont le fascisme constitue une étape essentielle, autant la Ligue du Nord prend racine dans une déviation de la Démocratie-Chrétienne du nord du pays pour laquelle le fascisme (historique) et le néofascisme (vu comme un parti de Rome et du sud) sont des alliés à peine fréquentables. (En 1994, S. Berlusconi avait dû faire deux coalitions, l’une au nord du pays sans le MSI, et l’autre au sud sans la Ligue du Nord, tant les deux traditions étaient alors incompatibles.) Cette constante demeure du temps de Matteo Salvini, même si ce dernier a cherché à s’allier avec les néofascistes de Casa Pound Italia dans le cadre du choix de faire de la Ligue du Nord un parti qui parlerait à tous les Italiens quelque soit leur région. Ce rapprochement avec les néofascistes de CPI ne s’est cependant pas concrétisé aux élections de mars 2018 par une alliance, puisque ces derniers ont présenté leurs propres listes et candidats (atteignant un peu moins d’un pourcent des voix) – sans doute parce que FdI et CPI ne peuvent être ensemble dans le même cartel électoral, et parce que CPI avait lui aussi son leader charismatique qui voulait exister. En cherchant à « nationaliser » la Ligue du Nord – ce que résume son slogan « Les Italiens d’abord » -, M. Salvini a effectivement a récupéré, surtout au sud du pays, toute une série de militants et d’aspirants politiciens situés très à droite (dont des monarchistes), et, de ce fait, le personnel politique de sa Ligue est encore plus à droite en 2018 que celui de la Ligue du Nord d’avant 2013.

Par ailleurs, sur la plan international, Matteo Salvini a fait le choix après les élections européennes de 2014 de s’allier au niveau du Parlement européen avec les partis d’extrême-droite que sont le FN français, le FPÖ français, et le VVD néerlandais. Ce choix rapproche M. Salvini du mainstream de l’extrême-droite européenne dont les racines politiques renvoient sans l’ombre d’un doute (en tout cas pour le FN et le FPÖ) aux perdants (nationalistes) de la Seconde guerre mondiale. Or, au début de son existence, dans les années 1990, la Ligue du Nord, même si elle était déjà xénophobe et hostile à l’immigration extra-communautaire, avait pris bien soin de se distinguer à la fois des néofascistes italiens et du FN français, justement pour ne pas être qualifié de fasciste. La Ligue du Nord revendiquait alors son appartenance au camp antifasciste en essayant de participer aux cérémonies du 25 avril – non sans être repoussée d’ailleurs par les partis de gauche.

Au total, Il faut en conclure que Matteo Salvini s’est effectivement rapproché de la tradition néofasciste, mais qu’il ne se confond pas avec elle. La concurrence subsiste entre la nouvelle Ligue à ambitions nationales et les toujours là héritiers du néofascisme – qui se sentent en quelque sorte spoliés de leur nationalisme italien par un parti jusque là consacré exclusivement à la défense des Italiens du nord. Ces derniers se sont d’ailleurs abstenus lors du vote d’investiture du gouvernement Conte, même s’il a été question de les inclure dans la majorité jusqu’au dernier moment et même s’ils partagent  sans doute 95% des objectifs de la Ligue de M. Salvini.

Si l’on prend maintenant le terme de fascisme comme un simple équivalent dépréciatif d’extrême-droite, de xénophobie, de nativisme, soutenu par un discours public outrancier, il est évident que Matteo Salvini est bien fasciste. On pourrait dire tout aussi bien qu’il est populiste. On pourrait même faire remarquer que, dans la vaste famille de ces extrêmes-droites contemporaines, il occupe une position assez extrême. Il est à l’entendre partisan de fait de la théorie du « grand remplacement » à la Renaud Camus. En fait, c’est là un vieux discours de la Ligue du Nord. Une affiche de cette dernière montrait ainsi un Indien d’Amérique de profil en disant à peu prés: « Il (l’Indien) ne s’est pas méfié, regardez ce qui lui est arrivé. Maitres chez nous ». Ce que les commentateurs des médias oublient systématiquement en parlant de Matteo Salvini, c’est le rôle pionnier de la Ligue du Nord (1991-..) (et avant elle de la Ligue Lombarde [1982-1991]) dans l’utilisation politique  du thème de l’immigration extra-communautaire. C’est bien la LN qui découvre ce filon, et pas en fait les néofascistes préoccupés par d’autres ennemis à l’époque (les Israéliens, la grande finance, etc.). Il en est de même pour le discours anti-tzigane, un vieux fond de sauce de la Ligue du Nord. Cet oubli fausse la perspective sur Matteo Salvini. Il n’invente vraiment rien en termes thématiques – sauf l’extension de la protection proposée à tous les Italiens -, mais il a effectivement été un grand artiste en terme d’adaptation de ce discours aux réseaux sociaux et aux talkshows.

Les trois considérations qui précèdent permettent de fait d’avoir quelques indices sur ceux-là mêmes qui qualifient Matteo Salvini de fasciste.

S’ils le voient fasciste au sens historique comme pouvait l’être Mussolini, cela indique leur inculture historique, ou du moins leur volonté de passer outre un minimum de réalisme historique pour déprécier l’adversaire.

S’ils le voient néofasciste, comme peuvent l’être encore chacun dans leur style FdI ou Casa Pound Italie, on peut en conclure qu’ils ne connaissent pas bien les méandres de la politique italienne. Ce point constitue du coup pour moi un très bon indicateur de qui suit ou non d’un peu près ce qui se passe en Italie. Qu’un journaliste ou un politiste parle sérieusement du néofascisme de Salvini constitue pour moi un bon indicateur de ses lacunes – ou bien de sa volonté de déprécier Salvini. De même, parler de l’alliance « pentafasciste » pour désigner l’actuel gouvernement Conte traduit une volonté de passer outre la réalité des partis considérés pour le plaisir de la dénonciation.

S’ils le voient comme fasciste comme ayant radicalisé sur ce point le discours d’une Ligue du Nord qui aurait été avant lui moins radicale sur ce point, ils se trompent lourdement. C’est la Ligue du Nord, sous la direction d’Umberto Bossi (1991-2013), qui s’est approprié la première de cet enjeu politique. Il en a même fait une loi en 2003 sur l’immigration, la « loi Bossi-Fini ». Tous les partis de droite (et du centre) l’ont ensuite copié. Tous les écrits de science politique portant sur la Ligue du Nord le signalent : la dénonciation de l’immigration extra-communautaire fait partie des bases de la Ligue du Nord, et tous les militants œuvrant à la défense des droits humains ont toujours vu la Ligue du Nord dès ses débuts comme le grand entrepreneur contemporain du racisme en Italie.

Au total, il serait plus réaliste de dire que Matteo Salvini n’est ni fasciste ni néofasciste, mais qu’il est nationaliste et xénophobe. Surtout, il me semble qu’on devrait le qualifier de « nativiste » en ce que son parti prétend depuis toujours protéger une population de natifs contre une submersion migratoire supposée. L’usage de ce terme de nativisme possède l’avantage par rapport à celui de fascisme de donner une nature  plus contemporaine à l’enjeu que porte et qui porte la Ligue de M. Salvini, mais je reconnais bien sûr qu’il ne porte pas en lui la charge émotionnelle qu’induit pour les militants et les commentateurs l’usage du terme de fascisme. Parler plus couramment de « nativisme » pour décrire les extrêmes droites contemporaines en Europe supposerait du coup de devoir éclaircir le débat: les natifs d’un lieu ont-ils des droits particuliers supérieurs sur la gestion de ce lieu par rapport à ceux qui n’y sont pas nés, et ont-ils des droits en la matière qui l’emportent sur les droits universels que se veulent les Droits de l’Homme? En refusant l’accès aux ports italiens à des navires ayant sauvé des migrants en mer, M. Salvini ne fait qu’illustrer cette doctrine qui constitue l’un des vrais enjeux de notre temps. Le qualifier de fasciste peut soulager moralement, mais ne fait pas mieux comprendre les racines de son indéniable succès dans l’opinion publique italienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.