L’Italie politique par temps de pandémie: business (almost) as usual.

Il y a près d’un an que je ne suis pas intervenu sur ce blog. Il faut dire qu’à la suite des élections européennes de 2019 et en raison de la crise politique qui s’en est suivie en Italie, j’ai été invité à intervenir dans quelques médias de la presse écrites ou à la radio, et que je n’ai pas eu envie d’écrire ici ce que j’avais déclaré ad libitum par ailleurs.

Comme on le sait, l’Italie fut le premier pays européen vraiment touché par la pandémie Covid-19. J’ai suivi pas à pas l’évolution de cette dernière dans la Péninsule. Comme les correspondants de la presse française en Italie s’en sont émus à la mi-mars 2020 dans un texte publié dans Libération, les autorités françaises ne semblent pas avoir été très attentives à ce qui se passait de l’autre côté des Alpes, et, du coup, elles n’en ont pas profité pour prendre de l’avance sur les mesures de confinement par rapport à notre voisin. Comme je l’ai dit ailleurs, c’est pour moi une des preuves du désintérêt profond et durable de nos élites politiques et administratives pour l’Italie. Je le savais déjà, mais cette confirmation m’a laissé fort dépité, pour ne pas dire plus. Cela ne va pas m’empêcher cependant de continuer à suivre la politique italienne et de tenter de la rendre intelligible.

Au bout de près de quatre mois de crise sanitaire en Italie, il me semble qu’un certain nombre de leçons peuvent être tirées du point de vue de la vie politique de ce pays.

Premièrement, face à une pandémie inédite dans son ampleur depuis un siècle, les autorités politiques italiennes ont tenu le choc, elles ont pris dans l’urgence toute une série de mesures pour restreindre la diffusion du virus, dont un confinement assez strict de toute la Péninsule. Jusqu’à ce jour, les institutions ont donc fonctionné régulièrement Contrairement à l’idée fausse encore répandue de ce côté des Alpes, un gouvernement italien peut donc prendre toutes les mesures d’exception nécessaires. Il dispose de l’arme des décrets-lois, des textes législatifs d’exécution immédiate pris en Conseil des ministres. Ces textes doivent être validés ensuite par le Parlement dans un délai de 60 jours, ou être réitérés par le gouvernement pour rester valable au delà de ce délai. Il peut donc prendre toute une série de décisions de manière autonome du Parlement. De fait, l’image d’une impuissance à gouverner lié à un régime parlementaire est complètement fausse.

Le Président du Conseil, Giuseppe Conte, arrivé en fonction au printemps 2018 à la suite des élections tenues cette année-là et maintenu à ce poste en 2019 malgré le changement de majorité gouvernementale (passant d’une alliance Ligue/M5S à une alliance PD/M5S) provoqué par la tentative de Matteo Salvini de provoquer des élections générales anticipées à l’automne 2019, a pu prendre toutes les décisions que la situation sanitaire semblait imposer. Il n’est pas question ici de discuter de leur tempo, de leur pertinence ou bien de leur efficacité, mais simplement de constater que l’Italie est gouvernée. Face à cette situation inédite, un régime parlementaire old style tel que le connait l’Italie se débrouille aussi bien – ou aussi mal? – que le régime semi-présidentiel à la française. En somme, le mythe, très répandu en Italie et encore au cœur de la légitimation de la Ve République française, d’une meilleure capacité à décider du régime semi-présidentiel français s’avère encore une fois fallacieux. Jusqu’ici il n’en est rien.

Deuxièmement, contrairement à la situation française où les oppositions ont été plutôt inaudibles, toutes les décisions de cet exécutif Conte ont été prises sous le feu de la critique acerbe de trois opposants de pointe.

D’une part, à droite, Matteo Salvini, le leader de la Ligue n’a cessé de s’exprimer, il a continué son travail de campagne permanente. Son discours a cependant complètement oscillé au fil de la crise sanitaire: dans un premier temps, il a lancé une violente campagne d’opinion pour que l’Italie se confine au maximum, en prenant d’ailleurs appui sur la montée de la mortalité en Lombardie l’un des fiefs de son parti, puis, à l’inverse, depuis quelques jours, il fait campagne pour un dé-confinement accéléré “à la Trump”, en particulier pour tout ce qui concerne les commerces grands ou petits, les bars et restaurants, ou encore pour la possibilité de célébrer des messes pour la fête de Pâque avec des fidèles dans les églises (ce qui correspond au virage vers le catholicisme identitaire de la Ligue sous sa direction). Il est concurrencé dans cette critique de la part de l’opposition de droite, par Frères d’Italie (FdI), le parti post-néo-fasciste dirigé par une femme, Giorgia Meloni. Cette dernière fait elle aussi le show. Quant au troisième larron de la droite, le patriarche Berlusconi, et son parti Forza Italia, il se fait certes beaucoup moins entendre, car son leader lui-même a disparu des écrans pendant les premières semaines de la crise sanitaire. Mais, depuis quelques jours, il semble vouloir revenir dans le jeu politique, en se disant prêt à soutenir un éventuel gouvernement d’union nationale.

D’autre part, Matteo Renzi, l’ex-dirigeant du Parti démocrate (2014-2016), qui venait de créer son propre “parti personnel”, Italia Viva (IV), à la veille de cette crise sanitaire soutenant pourtant la majorité actuelle, a tenté lui aussi de pousser au confinement le plus rapide et le plus sévère possible.On l’entend lui aussi depuis quelques jours sur le déconfinement, et le parallèle avec Matteo Salvini et Giorgia Meloni peut être fait. Par ailleurs, à la tête d’un quarteron de députés et de sénateurs qui lui sont fidèles pour lui être redevable de leur élection en 2018 sur les listes du PD, il menace désormais de provoquer une crise de gouvernement en faisant chuter le gouvernement Conte. Lui aussi se verrait bien profiter d’une redistribution des cartes à l’occasion de la formation d’un nouveau gouvernement. Il lui faut en effet profiter de son poids actuel dans l’enceinte parlementaire, alors même, que, selon les sondages, il reste l’un des politiciens les moins appréciés d’Italie (12% de confiance, selon un sondage Ixé en date du 27/03/20 pour RAI3, moins de la moitié de Berlusconi, 24%, et un cinquième de Conte, 60%)

Ce feu roulant de critiques, contrairement à la relative tiédeur des critiques en France ou à leur étouffement par des grands médias largement repliés sur la ligne gouvernementale, n’a visiblement pas vraiment profité aux deux leaders de sexe masculin. Leur deux partis sont stables dans les intentions de vote, voire en légère baisse dans les sondages. Le gouvernement Conte n’a pas été particulièrement populaire dans sa gestion de la crise sanitaire : 55% d’italiens se déclaraient insatisfaits et 45% satisfaits en date du 21 avril 2020 (Winpoll, 21/04/20, pour Il Sole 24 Ore). A la même date dans un autre sondage (Termometro politico, 21/04/20), 56% des interrogés déclaraient ne pas avoir confiance dans le chef de gouvernement, et 43% l’inverse (avec 1% de sans opinion). Des sondages plus récents semblent montrer une augmentation de la satisfaction: la confiance dans le gouvernement Conte monterait jusqu’à 54/57%, avec seulement 44/43% d’insatisfaits (Tecné pour RTI en date du 26/04/20, Ixé pour RAI3 en date du 27/04/20). C’est peut-être là simplement le résultat de l’espoir soulevé dans la population par l’annonce d’un déconfinement progressif à partir du 4 mai prochain.

A parcourir les différents sondages disponibles sur le site officiel italien dédié à leur publication, on a plutôt l’impression que la situation politique est figée, avec des rapports de force plutôt inchangés depuis l’été 2019. Le seul parti qui semble vraiment grossir sur la dernière année en intentions de vote, c’est FdI. Cette percée correspond à l’état plus général de la droite, d’une part l’ancien parti dominant de la droite, Forza Italia, bien installé en dessous de 10% des intentions de vote, au leader toujours plus vieux et pas très apte à incarner l’avenir, d’autre part, le nouveau parti dominant de la droite, la Ligue, se résumant largement depuis 2013 à la campagne permanente de Matteo Salvini. Il est possible que la vieillesse du premier et l’outrance répétitive du second finissent par lasser même le mieux disposé des électeurs de droite, se résignant alors à donner sa voix à FdI en dépit de la tradition néo-fasciste qu’il incarne. Il ne faut pas cependant pas voir dans FdI un parti plus à droite que la Ligue de M. Salvini. Ses racines et donc ses principaux dirigeants sont liées à l’histoire du néo-fascisme, mais son discours actuel et son attitude sont (légèrement) plus modérés que l’hyper-droitière Ligue de M. Salvini. Il est à noter par exemple que la semaine dernière, la Ligue s’est lancée dans une opération de protestation dans l’enceinte même du Parlement – une tentative d’occupation permanente des lieux -, mais que FdI et encore moins FI ne s’y sont pas associés.

Troisièmement, une ligne de conflit politique est ré-apparue avec cette pandémie : celle entre Nord et Sud, et aussi entre régions du Nord. Comme en France, l’épidémie a frappé d’abord certaines zones, en l’occurrence des communes de Lombardie et de Vénétie. La diffusion de l’épidémie est très liée aux flux internationaux de voyageurs depuis le foyer chinois, et c’est donc le nord du pays qui a pris le premier choc. Du coup, avec les mesures de confinement qui ont fini par être prises, le centre et le sud de l’Italie sont plutôt épargnés. Les autorités régionales du sud ont en particulier accusé les personnes venant du nord de leur amener la maladie – quand on connaît l’histoire des migrations internes en Italie, ce retournement de situation est plutôt ironique, d’autant plus que les personnes s’étant précipité pour prendre un moyen de transport pour rejoindre le centre et le sud du pays sont essentiellement des personnes originaires de ces régions. Pour l’heure, avec une Lombardie, sa capitale Milan et des villes symbole du “Nord profond”, Bergame et Brescia, très touchés par la mortalité due à l’épidémie, a résonné une petite musique de revanche de la part des “sudistes” contre ces arrogants “nordistes” qui ont méprisé le reste des Italiens depuis des décennies. Il faut dire aussi que l’une des raisons qui ont poussé les responsables des régions du sud du pays a réagir ainsi repose sur le fait qu’ils savent bien à quel point les structures sanitaires qu’ils gèrent sont globalement en très piteux état. La gestion hospitalière de l’épidémie, si elle prenait beaucoup d’ampleur au sud de l’Italie, serait très probablement un désastre. Les populations méridionales semblent d’ailleurs avoir bien anticipé la situation, au moins dans un premier temps, en adhérant à l’approche du confinement.

A ce renouveau des acrimonies nord/sud, s’ajoute plus des fortes différences entre régions du nord (Piémont, Ligurie, Lombardie, Vénétie, Émilie-Romagne, Trentin-Haut Adige, Frioul-Vénétie Julienne). Il n’est pas très difficile de constater des différences régionales dans l’ampleur de l’épidémie au nord du pays, qui ne tiennent pas seulement à des facteurs de simple diffusion à partir de foyers. La région Vénétie, dirigé par un membre de la Ligue, Luca Zaia, s’en sort plutôt bien (sans doute pour avoir pu faire rapidement plus de tests qu’ailleurs), et, inversement, la Lombardie, dirigé par un autre membre de la Ligue, Luciano Fontana, s’en sort très mal. Il existe même un mystère de la surmortalité constatée en Lombardie. Elle serait de plus de 10% des cas recensés, une situation inconnue ailleurs dans le monde. Le Piémont, autre région dirigée par la droite (mais seulement depuis 2019), ne fait guère mieux. Du coup, un sondage (Winpoll, 21/04/20, pour Il Sole 24 Ore) sur l’efficience de quelques régions-clé est sans appel : la Vénétie se distingue par 86% de satisfaits et seulement 14% d’insatisfaits. Inversement, au Piémont, seuls 27% des enquêtés sont satisfaits, et 63% d’insatisfaits, et en Lombardie, 54% d’insatisfaits et 46% de satisfaits. Cette situation relance un conflit historique au sein même de la Ligue entre lombards et vénètes. Surtout, Luca Zaia finit par incarner la tradition du “Bon gouvernement” dont le Nord se revendique depuis l’Unité italienne, laissant la Lombardie et Milan à ses difficultés. A cela s’ajoute qu’en tant que Président de Région, Zaia a géré directement la crise sanitaire, alors que Matteo Salvini s’est contenté d’occuper les réseaux sociaux et les talk-shows. C’est là une fracture au sein même de la Ligue entre son aile nationale “populiste” et l’une de ses ailes régionales “gestionnaire” et “autonomiste”, qui s’était déjà vu en 2017, lors de l’organisation par la Région Vénétie d’un référendum sur son autonomie (comme sa voisine, la Lombardie).

Quatrièmement, ce conflit correspond au fait que la santé est depuis les années 1970 une prérogative régionale. Or tout le monde sait bien que ce secteur de la santé, pourvoyeur d’emplois et de marchés publics, est du coup très différencié selon les régions en termes d’efficacité. Le nord du pays est en principe meilleur sur ce point que le sud, où, en plus, le secteur est réputé très corrompu et très clientéliste. Or la violence de la crise sanitaire en Lombardie, puis au Piémont et en Émilie-Romagne, a montré que le nord est loin d’être homogène de ce point de vue. La différentiation régionale se retrouve désormais dans la discussion sur le rythme et la nature du déconfinement. Chaque région aimerait maintenant choisir son propre rythme et sa propre méthode. Pour le coup, la différence avec la France est vraiment explicable par des considérations institutionnelles: nos régions (mal redécoupées en plus sous F. Hollande) n’ont pas de compétences sanitaires, du coup, leurs leaders sont peu légitimes à intervenir dans la gestion de la crise. La gestion par les ARS (Agences régionales de santé) en France est donc très différente de la situation italienne, et elle explique aussi que tous les difficultés rencontrées finissent chez nous dans les mailles de l’État central. Dans une telle situation de crise, l’Italie se confirme bien être un État quasi-fédéral, régionalisé. La France, en contraste, reste, malgré des décennies de décentralisation, un État centralisé, parce qu’aucune instance élue localement n’a en l’occurrence la légitimité politique pour prendre des décisions importantes en matière de santé, et parce qu’en plus, l’État tel qu’il est actuellement dirigé par E. Macron veut empêcher toute initiative locale qui lui porterait ombrage ou démontrerait par a+b sa totale impéritie .

En résumé, pour l’instant, en ce début mai 2020, la réponse politique italienne est vraiment “conforme au sentier”, largement explicable par des considérations partisanes et institutionnelles tout à fait classiques. Il n’y pas sur ce point de surprise. Tout au moins pour le moment. Je laisse pour l’heure de côté les considérations européennes, dans la mesure où elles nécessiteraient un article à part, mais elles aussi rejouent un scénario bien connu.

Etat des forces politiques italiennes à un mois des élections européennes du 26 mai 2019.

Les élections européennes ont lieu en Italie le dimanche 26 mai 2019. Ce billet essayera de donner à ses éventuels lecteurs une idée de l’état des forces politiques italiennes à la veille de ces élections.

Il faut rappeler d’abord que le mode de scrutin n’a pas changé depuis les dernières élections européennes. Il s’agit d’un scrutin de liste proportionnel dans le cadre de cinq grandes circonscriptions macro-régionales (qui élisent entre 8 et 20 députés). Ce scrutin de liste est agrémenté d’un vote préférentiel:  en votant pour une liste dans sa macro-région, l’électeur peut aussi exprimer trois préférences au sein de cette liste pour en changer l’ordre – ce qui veut dire qu’un vote “personnel” ou “clientéliste” est ainsi permis. Le seuil minimal pour avoir des élus reste de 4% des suffrages valides à l’échelle nationale (avec cependant une exception pour les listes des minorités linguistiques des régions à statut spécial). Ce seuil, introduit seulement en 2009, aurait dû en principe décourager les velléités de la part de petites formations de présenter leur liste. Il n’en fut rien jusqu’ici, et cela ne change pas en 2014. La compétition devrait opposer 18 listes (dont 2 pour les minorités linguistiques dont je ne parlerai pas ici), souvent elles-mêmes correspondant à une coalition entre plusieurs formations politiques, parfois à l’importance à tout prendre vraiment microscopique.

En terme de nouveautés, l’Italie se prépare simplement à élire 76 députés, soit 3 de plus qu’en 2014, en ne tenant pas compte donc du fait que le “Brexit” n’a toujours pas eu lieu et que, finalement, il y aura peut-être des députes britanniques élus en mai 2019 au Parlement européen. (Je n’ai pas d’idée de la manière dont seraient choisis les 3 députés italiens qui ne siégeraient pas dans ce cas-là – les 3 plus mal élus en terme de “restes”, je suppose. J’imagine déjà la polémique à l’italienne dans ce cas-là.)

En dehors de ce détail absurde dû aux errements britanniques, l’enjeu de l’élection est bien sûr d’établir l’état des rapports de force politique en Italie après un peu moins d’un an de gouvernement M5S/Ligue et un peu plus d’un an après les élections générales du 4 mars 2018. On les connait en fait déjà grâce aux sondages et aux élections régionales qui ont eu lieu depuis un an: la Ligue de Matteo Salvini, entrée comme partenaire junior du gouvernement Conte en juin 2018, est devenue de loin le premier parti du pays (donné à plus de 30% par les sondages), son grand partenaire de gouvernement, le M5S, s’est étiolé à un étiage à peine suffisant pour rester le second parti du pays (à un peu plus de 20%), et le seul grand parti dans l’opposition, le PD se maintient à un score de plus ou moins  20% des suffrages. Tout l’enjeu des européennes est donc d’acter le nouveau statut de la Ligue de Matteo Salvini.   Il faut souligner pour un lecteur français que ces élections européennes se passeront le même jour que le premier tour d’élections municipales dans une bonne partie des municipalités et que le tour unique d’une élection régionale (Piémont). La participation électorale devrait en être (légèrement) augmentée, et la signification politique italienne du scrutin en sera d’autant plus évidente. La Ligue entend bien continuer à gagner à tous les niveaux lors de ces élections.

En effet, comme depuis juin 2018, avec la formation du gouvernement Conte, la vie politique italienne fonctionne sur un double système d’alliance disjoints: au niveau national, la Ligue s’est séparée de ses alliés de droite pour gouverner avec le M5S; mais, au niveau local, subsiste sans aucune discontinuité l’opposition née dans les années 1990 entre le camp “modéré” formé autour de Silvio Berlusconi (qui comprend en son sein presque toute l’extrême droite néo-fasciste) et le camp “progressiste” autour de l’alliance entre l’ancienne majorité réformiste du PCI et de l’aile gauche de la DC, avec un tiers exclu de ces alliances (et généralement perdant à ce niveau local), le M5S. C’est une situation d’évidence instable, et le gouvernement Conte parait ces jours derniers très fragile, en raison des perspectives de gains à terme trop opposés entre la Ligue et le M5S.

Pour schématiser, il existe  donc en fait trois grandes tendances idéologiques en Italie: les droites, les gauches, et les autres (essentiellement le M5S).

A. Les droites. 

A. 1 Les membres habituels de l’alliance “berluconienne”.

Forza Italia (FI), membre du Parti populaire européen (PPE), le parti de Silvio Berlusconi, présente bien sûr sa liste. Son symbole électoral ne comprend pas le terme de PPE. Il est évalué un peu au dessous de 10% par les sondages. La problématique de cette droite modérée ne change pas depuis 2011, avec la chute du dernier gouvernement Berlusconi en date. Il n’existe en effet aucun leader autre que Berlusconi lui-même pour incarner ce camp de la droite modérée. Il a de fait tellement bien tué ses héritiers ou choisi des médiocres comme adjoints qu’il ne lui reste plus que lui-même pour sauver son œuvre politique. Pour ces élections européennes, l’hésitation de Berlusconi est par ailleurs patente entre l’adoption d’une ligne à la Orban (qui le rapprocherait de son allié Salvini) et celle d’une ligne à la Merkel (qui l’obligerait à rompre avec ce dernier). Il faut ajouter que la liste FI sert aussi de voiture-balais pour toute une série de petits partis de centre-droit alliés par le passé à FI (UDC, NPSI, etc.). Le score dans les sondages est donc très bas pour FI si l’on considère cet aspect.

Deux petites listes, Peuple de la famille – Alternative populaire, et Populaires pour l’Italie, prétendent attirer l’électeur héritier de la Démocratie-Chrétienne des années avant 1992. Contrairement à FI, ils ont mis le terme de PPE dans leur symbole électoral. Une troisième liste encore plus fantomatique, le PPA Peuple du Numéro SIRET Mouvement Pensée action (en traduction littérale: PPA Popolo del Partita IVA Movimento Pensiero Azione) semble vouloir occuper le créneau de l’anti-fiscalisme. Ces trois-là sont quasiment invisibles dans les sondages.

Le courant majoritaire du post-néo-fascisme est représenté par Frères d’Italie (FdI). Ce parti, dirigée par Giorgia Meloni, est dans une situation de charnière au sein de l’alliance “berlusconienne” des droites. Les députés et sénateurs FdI se sont abstenus lors du vote d’investiture du gouvernement Conte. La politique Salvini en matière de lutte contre l’immigration et de critique acerbe de l’Union européenne leur va très bien, mais FdI n’est pas prêt à tout passer à Matteo Salvini comme leader (car, tout de même, il est milanais et il n’a pas passé sa jeunesse à faire le coup de poing dans un mouvement néo-fasciste). Leur ligne souverainiste les fait appartenir au Parlement européen au groupe Conservateurs et réformateurs européens. Ils sont situés par les sondages autour des 4%. Ces derniers jours ont vu s’opérer une sorte de derby entre eux et FI pour attirer à eux les voix des électeurs de droite (du sud en particulier), qui ne veulent pas voter pour la Ligue tout en étant très à droite, en prenant des personnalités connues dans l’autre parti. Un bon score de FdI signifierait que la droite dure ne se résume pas à Matteo Salvini, mais aussi que Silvio Berlusconi est vraiment enterré vivant.

Enfin, le grand parti de la droite (qu’il ne faut pas classer à l’extrême-droite sous peine d’être attaqué par lui pour diffamation…) est la Ligue de Matteo Salvini. Il est membre fondateur du groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL) au Parlement européen en 2015 au côté de partis dont il est difficile de ne pas penser qu’ils sont d’extrême-droite. Ce parti représente selon les sondages plus de 30% de l’électorat. Il avait été choisi par 17,4% des électeurs en mars 2018. La Ligue de Salvini est un parti qui ressemble en fait par analogie à une CSU radicalisée qui aurait pris la place d’une CDU vieillie, usée et fatiguée. La Ligue est devenu “nationale”/”nationaliste”, tout en restant aussi “régionale”/”nordiste”. Pour l’instant, Matteo Salvini est en effet arrivé à concilier en pratique les deux lignes. Il faut noter de ce point de vue que les élections européennes de 2019 ne voient pas l’existence d’une liste “nordiste” d’autonomistes (majoritairement italophones ou parlant un dialecte appartenant aux langues néo-latines) opposé à la Ligue.   Inversement, Matteo Salvini a récupéré les post-néo-fascistes du Mouvement souverainiste (en fait une minorité dissidente de FdI, essentiellement de Rome et du Latium). En fait, à ce stade de la campagne électorale, la Ligue ne peut plus que craindre une contre-performance tant les attentes d’un triomphe du “Capitaine” sont importantes.

A. 2 Les (auto-)exclus de l’alliance “berlusconienne”.

Tous les partis cités précédemment se présentent généralement ensemble lors des élections locales. Par contre, à la droite de cette alliance fondé par Berlusconi en 1994, il y a des forces clairement néo-fascistes, qui essayent toujours et encore d’exister.

Il s’agit de Force Nouvelle (FN), un plutôt vieux parti néo-fasciste, et le plus récent, fondé en 2013, Maison Pound Italie (CPI). Leur activisme est bien réel dans le pays, mais leur poids dans les sondages et dans l’électorat italien devrait demeurer, comme en mars 2018, anecdotique. Matteo Salvini est bien trop proche de leurs thèses dans sa pratique gouvernementale et dans sa rhétorique pour ne pas les étouffer. Il ne leur reste alors que l’identité néo-fasciste des “morts pour la Patrie” à cultiver. En ce 25 avril, fête nationale célébrant la libération du nord de l’Italie en 1945, Matteo Salvini a bien pris soin de s’en démarquer.

B. Les gauches, ou les adversaires historiques du “Berlusconisme”.

B. 1 Les membres habituels de l’alliance anti-Berlusconi (ex-DC, ex-PSI, ex-PRI, ex-Verts, ex-PCI)

Le parti principal de ce camp reste le Parti démocrate (PD). Il est membre du Parti socialiste européen (PSE), et il met le logo de ce dernier dans son propre logo électoral. Y figure aussi le slogan “Nous sommes européens”. Cela correspond aussi au nom d’une formation qui a failli concurrencer le PD, mais dont sa nouvelle direction, Nicola Zingaretti, a réussi à éviter la nuisance. Il a aussi réussi à récupérer le Mouvement Article 1, scission de gauche du PD en 2017. Le PD se situe autour de 20% des suffrages selon les sondages. Il faut noter que le PD sort d’un très long processus l’ayant amené à se choisir une nouvelle direction, le dit Nicola Zingaretti. Surtout, il semble qu’au moins pour ces élections européennes, le problème posé par l’ancien dirigeant, Matteo Renzi, tenté de concurrencer directement le PD en créant son propre parti, soit mis de côté. Il faut dire que le vote ouvert ce printemps à tous les électeurs se sentant proche du PD pour choisir finalement le nouveau dirigeant du PD a peut-être douché les ambitions de Renzi de créer un parti personnel. Avec une assez forte participation, plus forte qu’attendue, ces primaires pour la direction du PD ont prouvé qu’il existe un assez vaste électorat qui reste loyal au parti se voulant unique de la gauche et du centre-gauche et à ses procédures. N. Zingaretti prétend incarner une ligne un peu plus à gauche (ou moins à droite!) que celle de la direction Renzi de 2013-2016.

Il y a par ailleurs une autre liste pour occuper le centre-gauche : +Europe Italie en communParti démocratique européen Italie. Cette liste est affiliée au groupe ALDE au Parlement européen, dont elle prétend incarner la représentation italienne pour la part Parti démocratique européen (PDE) – ce parti au niveau européen jadis fondé sur une alliance du MODEM français et du PD italien à ses débuts. Elle continue l’aventure de la liste de centre-gauche europhile +Europe qui s’est présentée lors des élections de mars 2018 et qui avait été rendue visible par le leadership d’Emma Bonino (ex-Commissaire européen, et leader du Parti radical). Les sondages la voient aux alentours de 3%. Elle rassemble tout une série d’armées mexicaines du centre-gauche.

Plus à gauche, on trouve une énième tentative des Verts italiens de sortir du néant politique sous le nom d’Europe verte. La Fédération des Verts, membre italien du Parti vert européen (en anglais European Green Party dans le symbole), tente, comme en mars 2018, sa chance. Les sondages accordent à ce représentant officiel des Verts européens moins de 1% des suffrages. Il y aurait tout un travail historique à mener pour expliquer au lecteur français pourquoi les Verts italiens, si importants à la fin des années 1980, sont parmi les parti-zombies politiques italiens aujourd’hui. Les mots-clés de la débâcle sont ministérialisme et zizanies.

Avec un peu plus de consistance électorale, on trouve encore la Gauche (S). C’est là encore une belle armée mexicaine qui rassemble tous les débris de ce qui fut le Parti de la Refondation communiste (PRC) des années 1990 et  une part des scissionnistes de gauche du PD. Cette liste affiche son affiliation à la Gauche unitaire européenne (GUE) et l’European Left.  Selon les sondages, elle ne devrait pas passer la barre des 4%, mais elle peut avoir quelque espoir tout de même de le faire en raison de ce qui suit. 

B. 2 Les (auto-)exclus de l’alliance anti-Berlusconi.

En effet, pour rester dans le camp de la gauche, il faut noter une absence: Pouvoir au Peuple (PaP), la liste d’orientation ultra-basiste et garantie leaderless qui avait prétendu rénover la gauche de la gauche lors des élections générales de mars 2018. Ce nouveau parti a été incapable de s’unir pour recueillir les signatures nécessaires pour présenter une liste au Parlement européen, ou même visiblement pour aller chercher l’appui d’un parlementaire européen sortant pour pouvoir se présenter (ce qu’ont fait la plupart des petites listes). 

Par contre, les marxistes les plus old style auront leur liste avec le Parti communiste (PC), une organisation groupusculaire marxiste-léniniste qui se présente grâce à son affiliation à l‘Initiative communiste, un parti au niveau européen dont le nom est présent dans le symbole, ainsi que celui du KKE (le parti communiste grec). Il me semble d’ailleurs que c’est la première fois que je vois le nom d’un parti étranger dans un symbole électoral italien.  Bien sûr, ce PC “stalinien” non repenti ne recueille que moins d’1% des intentions de vote.

Quoi qu’il en soit, l’absence de PaP et le sectarisme du PC laisse peut-être sa chance à S de dépasser la barre des 4%, en regroupant les quelques électeurs voulant encore croire à la gauche de gauche en Italie.

C. Les autres – le M5S.

Pour finir il y a les autres, qui ne sont ni avec la droite ni avec la gauche..

Il s’agit surtout du Mouvement Cinq Etoiles (M5S), dirigé actuellement par Luigi di Maio et fondé par Beppe Grillo (qui reste le “garant” du M5S). Certains commentateurs en raison de son alliance gouvernementale avec la Ligue y voient un peu trop facilement un autre parti de droite. Les politiques publiques que le M5S agrée au niveau gouvernemental pourraient leur donner raison. Mais, vu du point de vue strictement électoral, ils ont tort, tout au moins pour l’instant. En effet, du point de vue de la compétition électorale locale (communes, provinces, régions), le point essentiel du M5S demeure: son rejet simultané de la droite et de la gauche, soit de tous les autres partis qui ont existé avant sa propre création (en 2009). Cela correspond en pratique aussi au fait que les milieux militants de chaque localité ou région qui constituent la droite au sens large (du “facho” au bon père de famille démocrate-chrétien) et la gauche au sens large (du “gauchiste” au bon père de famille démocrate-chrétien) excluent en fait systématiquement les gens du M5S de leurs alliances.Ceux-ci ne les recherchent d’ailleurs pas non plus pour des raisons d’identité partisane. Or cet isolement du M5S au niveau local l’amène de fait à une impasse. Le M5S a en effet perdu toutes les élections locales importantes depuis juin 2018.

Pour ce parti au gouvernement avec la Ligue, mais sans aucun allié, les élections européennes sont donc d’une très grande importance, puisqu’elles permettront de mesurer son poids (résiduel?) quand les alliances n’entrent pas en compte. Pour l’instant, les perspectives sont vraiment médiocres. Le M5S n’a cessé de perdre dans les sondages depuis juin 2018. Il se situe un peu au dessus de 20%. L’enjeu est de rester au dessus de ce seuil, et surtout de ne pas se faire dépasser par le PD. Il faut ajouter que le M5S, s’il a des élus, risque d’avoir des difficultés à se trouver un groupe parlementaire au niveau européen, puisqu’en principe, en cas de “Brexit”, l’UKIP ne devrait plus siéger… mais il y désormais une possibilité d’avoir le choix entre l’UKIP et le Brexit Party de N. Farage… sans que cela puisse durer.. enfin, en principe…

Deux toutes petites formations peuvent le gêner sur ce créneau identitaire du “ni droite ni gauche”.

D’une part, un Parti pirate (PP) se présente. Du point de vue de la logique organisationnelle affichée et des préoccupations un peu écologiques et de libertés numériques, le M5S devrait être un “parti pirate”, mais l’histoire toute italienne du M5S l’a éloigné de l’appartenance à cette possible famille européenne en émergence. D’autre part, un Parti animaliste italien (PAI) se lance de son côté, et pourrait attirer des électeurs souhaitant rompre avec le passé électoral du pays. Ces deux formations sont bien sûr estimés à moins de 1% dans les sondages.

Au total, à un mois du scrutin, quatre remarques sont déjà possibles:

a) Ces élections européennes sont marquées au niveau de la présentation des listes par une absence de grandes nouveautés. On retrouve les forces politiques qui ont été importantes lors des élections du 4 mars 2018. Le caractère d’élection intermédiaire n’en sera que renforcé. Le jugement sur l’action gouvernementale sera décisif.

b) Si l’on s’intéresse aux petites listes ou au contenu réel des grandes listes, la présence des partis-zombies représentant des idéologies déchues reste aussi remarquable que leur peu d’avenir électoral. Des entrepreneurs partisans ne désespèrent donc pas de faire leur fortune électorale sur un appel démocrate-chrétien (“populaire”), néo-fasciste ou communiste, ou même écologiste. Je le remarque à chaque élection, mais cela ne laisse pas de me fasciner. Pourquoi participer si l’on est sûr de perdre? Staying alive, certes, mais encore?

c) Une seule des grandes listes, celle du PD, affiche clairement son affiliation à un parti européen (PSE) dans son symbole. FI (membre du PPE) et FDI (membre d’ECR) la passent sous silence, la Ligue (membre fondateur du MENL) ne la met pas non plus, alors même que Matteo Salvini s’agite médiatiquement pour prouver qu’il peut être au centre d’un système d’alliance politique dans la nouvelle législature européenne. Toute la droite est donc exclusivement italienne dans sa présentation devant les électeurs au moment de faire une croix sur le symbole de la liste choisie dans l’isoloir, bien en ligne avec son discours très critique des politiques de l’Union européenne actuelle. Quant au M5S, il serait bien en peine de se rattacher à un parti européen.

Ce sont à l’inverse les petites listes qui essayent de se crédibiliser auprès de l’électeur italien en affichant leur lien avec un parti européen: Parti vert européen, Gauche unitaire européenne, Parti démocrate européen ou Parti populaire européen. Il sera intéressant de calculer le ratio d’électeurs ayant voté en Italie pour une liste affichant dans son symbole un parti européen de rattachement. A juger par les sondages, on atteint à grand peine les 30%.

d) Si les élections européennes ont lieu avant que le gouvernement Conte ne tombe, leur enjeu principal, en dehors de ceux que j’ai signalés au fil de ce post, sera à mon sens les rapports de force au sein de la droite ex-berlusconienne. Les scores relatifs de la Ligue, de FI et de FdI, détermineront la nature de la négociation à venir pour acter définitivement le passage du leadership Berlusconi au leadership Salvini. En effet, est-ce que la Ligue et FdI ensemble seront assez forts pour menacer FI d’aller seuls en coalition à l’élection générale à venir? En pratique, seront-ils à eux deux seulement au dessus des 40% qui permet de garantir à une coalition d’avoir une majorité dans les deux Chambres en fonction du système électoral en vigueur? Ou auront-ils encore besoin du vieux Berlusconi pour faire l’appoint? Et Berlusconi sera-t-il d’accord pour acter sa mise en bière? Vedremo, compagni.

 

Nouvelles du front…

Le gouvernement italien M5S/Ligue vient donc de présenter son budget pour l’année 2019. Comme cela était prévisible, il  n’est pas en ligne avec ce qu’il devrait être selon les règles européennes. Le conflit se trouve donc ouvert avec la Commission européenne, qui vient de demander au gouvernement italien de revoir sa copie. Pour l’instant, le gouvernement Conte n’entend pas céder. Comme je l’ai précisé dans un entretien en date du 24 octobre 2018 avec FigaroVox, c’est surtout du côté des marchés financiers que les choses risquent de se compliquer, peut-être rapidement.

Du coté de l’opinion publique italienne, le gouvernement part tout de même à la bataille avec des atouts. Les récents sondages, faits après l’approbation par le Conseil des ministres du projet de budget pour 2019, sont certes plutôt contrastés sur le jugement porté sur ce dernier jugé en bloc ou sur certaines de ses mesures (“flat tax” pour les petits indépendants, réforme de la loi Fornero sur les retraites dite “Quota 100”, revenu de citoyenneté). Le résultat n’est d’ailleurs pas toujours le même selon les différents sondages, sauf pour la (contre-)réforme des retraites qui semble recevoir toujours un assentiment majoritaire (à noter que c’est ce point qui révulse le plus les gardiens de l’austérité en Italie). Par contre, il est frappant de voir que tous les sondages disponibles donnent les mêmes ordres de grandeur sur les rapports de force entre partis : la Ligue de M. Salvini est au dessus de 30% (donc bien mieux que le 4 mars 2018), le M5S de Matteo Salvini est passé en dessous de 30% (donc moins bien qu’en mars), les oppositions sont toutes à la peine : à droite, FI de S. Berlusconi est installé autour des 10%, et Fratelli d’Italia (FdI) stagne à son étiage de 3/4%, et, symétriquement à gauche, le Parti démocrate (PD) est durablement sous les 20% et Libres et Egaux (LeU) et Pouvoir au Peuple (PaP) sont dans les eaux de leurs résultats respectifs de mars dernier, 3/4% d’un part et 1/2% de l’autre

Cette situation s’explique, non pas tant par l’excellence perçue des décisions du gouvernement Conte, mais par l’absence de plus en plus évidente au fil des derniers mois de leadership du côté de la critique de ce dernier. S. Berlusconi à droite ne parle plus qu’à son noyau dur de fidèles, il n’a décidément aucun successeur à présenter pour guider son parti à l’avenir.  M. Renzi à gauche se trouve dans la même situation, mais lui n’approche pas de l’âge de la retraite. Dans un univers aussi personnalisé que la politique italienne des dernières années, ne pas avoir de leader populaire (ou plus de leader populaire) constitue vraiment une situation  compliquée pour progresser dans l’opinion publique. De plus, vu que le gouvernement Conte dans ses deux composantes partisanes occupe à plein la position eurosceptique ou anti-européenne, il faut aussi imaginer un leader qui s’affirmerait par contraste pleinement européiste à la manière d’un Emmanuel Macron en 2016-2018. Comme ce leader a déjà existé en Italie, avec Matteo Renzi en 2013-2014, il y a du coup comme une difficulté (euphémisme). Il n’est pas sûr non plus qu’il soit possible d’être populaire en Italie sur une position pro-européenne par les temps qui courent.

En effet, comme l’a montré un récent sondage Eurobaromètre, dans un contexte d’opinon plutôt de plus en plus favorable à l’UE à l’échelle continentale, l’Italie en contre-tendance est désormais le pays où le moins de gens (44%) répondent (en dehors de toute campagne électorale en ce sens) qu’ils voteraient oui à un référendum pour rester dans l’Union européenne (avec 24% de votants pour sortir de l’UE et 32% d’indécis). Il ne faut pas trop s’étonner de cette situation (aussi réfletée dans dans d’autres questions du même sondage, d’où le même peu d’enthousiasme italien pour l’UE ressort par contraste) : l’Italie est aussi la lanterne rouge des pays de l’ouest européen en matière de croissance économique depuis 1999. A mesure que les années passent, la courbe dessinée par l’Italie devient moins encourageante au regard de tous les autres pays comparables (à l’exception de la Grèce). En somme, quand j’entends sur France-Inter, un Pierre Moscovici, Commissaire européen, dire que la situation économique en Europe approche de la “surchauffe”, et que toute relance économique est inutile en Italie, j’ai vaguement l’impression que certains à Bruxelles ne veulent rien comprendre à ce qui s’y passe.

Voilà la bataille d’Italie a commencé. Quelle sera son issue? Bis repetita de la Grèce en 2015. Ou autre chose. En mieux ou en pire. Vedremo.

Matteo Salvini est-il fasciste?

Il m’arrive de plus en plus souvent de lire dans les médias ou sur les réseaux sociaux que je fréquente (Twitter) que Matteo Salvini, le leader de la Ligue (ex-du Nord), est fasciste. Je comprends parfaitement qu’en usant de ce terme à son propos, il s’agisse de le disqualifier moralement et politiquement le nouveau Ministre de l’Intérieur italien. Mais dans quelle mesure cette qualification est justifiée, et que dit-elle en fait du locuteur qui emploie ce terme?

Tout dépend bien sûr du sens qu’on donne au terme de fascisme.

Si l’on prend le terme dans son sens historique, à savoir le fascisme comme phénomène politique qui a marqué l’Italie d’après 1919 et plus généralement l’Europe d’entre les deux guerres, il ne saurait être question de qualifier M. Salvini de fasciste. En effet, on se trouverait là en plein anachronisme. Deux éléments essentiels au fascisme de ces années-là manquent : l’existence d’une base militante ayant expérimenté la violence d’une guerre inédite par sa durée et son ampleur (avec l’importance qui en découle du militantisme organisé et violent); l’importance de l’idée de révolution (communiste) à contrebalancer par une contre-révolution (conservatrice) ou alter-révolution (fasciste). Dans le cas italien, il faut ajouter bien sûr le thème de la “victoire mutilée”. Plus généralement, la plupart des fascismes de ces temps de l’entre deux guerres correspondent à des blessures narcissiques de la Nation, envisagés surtout en termes territoriaux. Les suites des Traités de Versailles (et de Trianon) sont largement en cause. A ma connaissance, un Salvini ne pose aucune revendication territoriale pour l’Italie. Bref, au sens historique, Salvini ne peut être fasciste, comme d’ailleurs tous les politiciens d’extrême droite de notre époque.

Si l’on prend le terme dans son sens historique dérivé du précédent de néo-fascisme, c’est-à-dire des héritiers revendiqués des régimes fascistes de l’entre deux guerres, la  qualification n’est guère plus justifiée, tout particulièrement dans le cas italien. En effet, depuis l’immédiate après-guerre, il existe en Italie un parti, le Mouvement social italien (MSI), et diverses autres organisations militantes, légales ou même illégales, qui entendent défendre la mémoire, les valeurs et l’avenir même du fascisme comme idéal (sic). Après de nombreuses péripéties au cours des deux dernières décennies, le rameau principal de ce courant néofasciste s’est regroupé dans un parti nommé Frères d’Italie (Fratelli d’Italia [FdI]) au discours nationaliste, eurosceptique et xénophobe. A côté de ce parti, qui poursuit la tradition modérée et légaliste du néofascisme de la majorité du MSI (1946-1995), il existe toute une série d’organisations néofascistes se voulant plus radicales, aussi ben par leur activisme que par leur revendication plus appuyée d’un héritage fasciste, essentiellement sous l’aspect social et révolutionnaire. La plus connue et dynamique de ces forces se voulant vraiment “les fascistes du XXIème siècle” est Casa Pound Italie (CPI). Il se trouve effectivement que FdI est un allié de la Ligue de Matteo Salvini dans le cadre de la coalition créé par Silvio Berlusconi dès 1994 pour fédérer toutes les droites, et qui a été reconduite une nouvelle fois lors des élections du 4 mars 2018. Mais la Ligue et FDI ne se confondent pas, car elles correspondent à deux traditions idéologiques et militantes différentes. Autant FdI s’inscrit dans la longue histoire du nationalisme italien, dont le fascisme constitue une étape essentielle, autant la Ligue du Nord prend racine dans une déviation de la Démocratie-Chrétienne du nord du pays pour laquelle le fascisme (historique) et le néofascisme (vu comme un parti de Rome et du sud) sont des alliés à peine fréquentables. (En 1994, S. Berlusconi avait dû faire deux coalitions, l’une au nord du pays sans le MSI, et l’autre au sud sans la Ligue du Nord, tant les deux traditions étaient alors incompatibles.) Cette constante demeure du temps de Matteo Salvini, même si ce dernier a cherché à s’allier avec les néofascistes de Casa Pound Italia dans le cadre du choix de faire de la Ligue du Nord un parti qui parlerait à tous les Italiens quelque soit leur région. Ce rapprochement avec les néofascistes de CPI ne s’est cependant pas concrétisé aux élections de mars 2018 par une alliance, puisque ces derniers ont présenté leurs propres listes et candidats (atteignant un peu moins d’un pourcent des voix) – sans doute parce que FdI et CPI ne peuvent être ensemble dans le même cartel électoral, et parce que CPI avait lui aussi son leader charismatique qui voulait exister. En cherchant à “nationaliser” la Ligue du Nord – ce que résume son slogan “Les Italiens d’abord” -, M. Salvini a effectivement a récupéré, surtout au sud du pays, toute une série de militants et d’aspirants politiciens situés très à droite (dont des monarchistes), et, de ce fait, le personnel politique de sa Ligue est encore plus à droite en 2018 que celui de la Ligue du Nord d’avant 2013.

Par ailleurs, sur la plan international, Matteo Salvini a fait le choix après les élections européennes de 2014 de s’allier au niveau du Parlement européen avec les partis d’extrême-droite que sont le FN français, le FPÖ français, et le VVD néerlandais. Ce choix rapproche M. Salvini du mainstream de l’extrême-droite européenne dont les racines politiques renvoient sans l’ombre d’un doute (en tout cas pour le FN et le FPÖ) aux perdants (nationalistes) de la Seconde guerre mondiale. Or, au début de son existence, dans les années 1990, la Ligue du Nord, même si elle était déjà xénophobe et hostile à l’immigration extra-communautaire, avait pris bien soin de se distinguer à la fois des néofascistes italiens et du FN français, justement pour ne pas être qualifié de fasciste. La Ligue du Nord revendiquait alors son appartenance au camp antifasciste en essayant de participer aux cérémonies du 25 avril – non sans être repoussée d’ailleurs par les partis de gauche.

Au total, Il faut en conclure que Matteo Salvini s’est effectivement rapproché de la tradition néofasciste, mais qu’il ne se confond pas avec elle. La concurrence subsiste entre la nouvelle Ligue à ambitions nationales et les toujours là héritiers du néofascisme – qui se sentent en quelque sorte spoliés de leur nationalisme italien par un parti jusque là consacré exclusivement à la défense des Italiens du nord. Ces derniers se sont d’ailleurs abstenus lors du vote d’investiture du gouvernement Conte, même s’il a été question de les inclure dans la majorité jusqu’au dernier moment et même s’ils partagent  sans doute 95% des objectifs de la Ligue de M. Salvini.

Si l’on prend maintenant le terme de fascisme comme un simple équivalent dépréciatif d’extrême-droite, de xénophobie, de nativisme, soutenu par un discours public outrancier, il est évident que Matteo Salvini est bien fasciste. On pourrait dire tout aussi bien qu’il est populiste. On pourrait même faire remarquer que, dans la vaste famille de ces extrêmes-droites contemporaines, il occupe une position assez extrême. Il est à l’entendre partisan de fait de la théorie du “grand remplacement” à la Renaud Camus. En fait, c’est là un vieux discours de la Ligue du Nord. Une affiche de cette dernière montrait ainsi un Indien d’Amérique de profil en disant à peu prés: “Il (l’Indien) ne s’est pas méfié, regardez ce qui lui est arrivé. Maitres chez nous”. Ce que les commentateurs des médias oublient systématiquement en parlant de Matteo Salvini, c’est le rôle pionnier de la Ligue du Nord (1991-..) (et avant elle de la Ligue Lombarde [1982-1991]) dans l’utilisation politique  du thème de l’immigration extra-communautaire. C’est bien la LN qui découvre ce filon, et pas en fait les néofascistes préoccupés par d’autres ennemis à l’époque (les Israéliens, la grande finance, etc.). Il en est de même pour le discours anti-tzigane, un vieux fond de sauce de la Ligue du Nord. Cet oubli fausse la perspective sur Matteo Salvini. Il n’invente vraiment rien en termes thématiques – sauf l’extension de la protection proposée à tous les Italiens -, mais il a effectivement été un grand artiste en terme d’adaptation de ce discours aux réseaux sociaux et aux talkshows.

Les trois considérations qui précèdent permettent de fait d’avoir quelques indices sur ceux-là mêmes qui qualifient Matteo Salvini de fasciste.

S’ils le voient fasciste au sens historique comme pouvait l’être Mussolini, cela indique leur inculture historique, ou du moins leur volonté de passer outre un minimum de réalisme historique pour déprécier l’adversaire.

S’ils le voient néofasciste, comme peuvent l’être encore chacun dans leur style FdI ou Casa Pound Italie, on peut en conclure qu’ils ne connaissent pas bien les méandres de la politique italienne. Ce point constitue du coup pour moi un très bon indicateur de qui suit ou non d’un peu près ce qui se passe en Italie. Qu’un journaliste ou un politiste parle sérieusement du néofascisme de Salvini constitue pour moi un bon indicateur de ses lacunes – ou bien de sa volonté de déprécier Salvini. De même, parler de l’alliance “pentafasciste” pour désigner l’actuel gouvernement Conte traduit une volonté de passer outre la réalité des partis considérés pour le plaisir de la dénonciation.

S’ils le voient comme fasciste comme ayant radicalisé sur ce point le discours d’une Ligue du Nord qui aurait été avant lui moins radicale sur ce point, ils se trompent lourdement. C’est la Ligue du Nord, sous la direction d’Umberto Bossi (1991-2013), qui s’est approprié la première de cet enjeu politique. Il en a même fait une loi en 2003 sur l’immigration, la “loi Bossi-Fini”. Tous les partis de droite (et du centre) l’ont ensuite copié. Tous les écrits de science politique portant sur la Ligue du Nord le signalent : la dénonciation de l’immigration extra-communautaire fait partie des bases de la Ligue du Nord, et tous les militants œuvrant à la défense des droits humains ont toujours vu la Ligue du Nord dès ses débuts comme le grand entrepreneur contemporain du racisme en Italie.

Au total, il serait plus réaliste de dire que Matteo Salvini n’est ni fasciste ni néofasciste, mais qu’il est nationaliste et xénophobe. Surtout, il me semble qu’on devrait le qualifier de “nativiste” en ce que son parti prétend depuis toujours protéger une population de natifs contre une submersion migratoire supposée. L’usage de ce terme de nativisme possède l’avantage par rapport à celui de fascisme de donner une nature  plus contemporaine à l’enjeu que porte et qui porte la Ligue de M. Salvini, mais je reconnais bien sûr qu’il ne porte pas en lui la charge émotionnelle qu’induit pour les militants et les commentateurs l’usage du terme de fascisme. Parler plus couramment de “nativisme” pour décrire les extrêmes droites contemporaines en Europe supposerait du coup de devoir éclaircir le débat: les natifs d’un lieu ont-ils des droits particuliers supérieurs sur la gestion de ce lieu par rapport à ceux qui n’y sont pas nés, et ont-ils des droits en la matière qui l’emportent sur les droits universels que se veulent les Droits de l’Homme? En refusant l’accès aux ports italiens à des navires ayant sauvé des migrants en mer, M. Salvini ne fait qu’illustrer cette doctrine qui constitue l’un des vrais enjeux de notre temps. Le qualifier de fasciste peut soulager moralement, mais ne fait pas mieux comprendre les racines de son indéniable succès dans l’opinion publique italienne.

Et, finalement, l’impensable advint : le gouvernement M5S/Ligue.

Tenir un tel blog suppose d’entretenir un minimum de réflexivité.

Or, en relisant le compte-rendu que j’ai fait de la journée d’étude organisée le 7 mars par Marc Lazar au lendemain même de l’élection du 4 mars 2018, il ressort clairement que personne ou presque n’a évoqué l’hypothèse d’une majorité et d’un gouvernement M5S/Ligue. Seul le professeur Fabbrini avait montré qu’il craignait cette issue, justement parce qu’il était le plus préoccupé par l’aspect européen des élections italiennes. Je dois souligner que, dans mes propres interventions dans les médias, je me suis montré très dubitatif sur une telle éventualité d’alliance entre le M5S et la Ligue en raison de leur distance programmatique et humaine. C’est pourtant cela qui a fini par se produire. Puisque, comme d’autres, je n’ai pas su prédire, est-ce que je peux au moins expliquer ex post ce résultat inattendu? Essayons.

Premier point : la situation interne du Parti démocrate, qui était vu en dépit de sa déroute électorale comme le faiseur de roi par beaucoup des intervenants du 7 mars. Le plus logique en terme de proximités programmatiques et en terme de sensibilités des dirigeants, élus et militants du M5S aurait été en effet une alliance entre le M5S et le PD. En effet, l’une des sources de la création du M5S – en 2009 – est une déception vis-à-vis de ce que le PD avait promis aux électeurs lors de sa création. Il faut ainsi se rappeler que Beppe Grillo tente d’aller porter la contestation au sein même de la primaire du PD. C’est lorsqu’il est refusé par la direction du PD de l’époque qu’il s’engage vraiment dans la création du M5S comme concurrent de ce dernier. Beaucoup d’activistes de la première heure auraient pu être classés à gauche, et ils engagent une critique de gauche de l'(in)action du PD, en particulier sur le rôle de Silvio Berlusconi dans le dernier quart de siècle. L’obsession du M5S pour la lutte contre corruption pourrait être ainsi vue comme l’écho lointain de l’échec du PD à être fidèle à l’héritage de la “Question morale” dénoncée par Enrico Berlinguer, alors secrétaire du PCI, peu avant sa mort en 1984. En 2013, il y avait d’ailleurs eu des négociations, retransmises en streaming par le M5S, entre la direction du PD (Bersani) et du M5S (Grillo) qui avaient pris le ton d’une querelle de famille. En 2018, le poids relatif des personnalités qui auraient pu s’engager à gauche en d’autres temps au sein du M5S a sans doute diminué, et le chef politique du M5S, Luigi di Maio, n’a pas vraiment un tel profil. Il faut ajouter que tout au long de la législature 2013-2018, le M5S n’a cessé d’être dans l’opposition au PD, en chargeant tout particulièrement son groupe dirigeant, et en critiquant ses choix de gouvernement. Cependant, ce qui fait basculer la situation et interdit une alliance M5S/PD n’est autre que le contrôle qu’exerce au sortir des élections de mars 2018 Matteo Renzi sur les groupes parlementaires du PD au Sénat et à la Chambre des députés. En effet, malgré sa très lourde défaite au référendum de décembre 2016, qui l’a obligé à céder sa place de Président du Conseil, Matteo Renzi a réussi à garder le contrôle du PD en s’appuyant sur une base qui lui est restée majoritairement favorable. En tant que dirigeant du PD, il a pu, vu le mode de scrutin (négocié par ses soins avec S. Berlusconi et M. Salvini…), choisir les futurs députés et sénateurs du PD. Il ne s’est guère gêné pour favoriser ses propres partisans – comme l’ont dénoncé les minoritaires au sein du PD à la veille du scrutin. De ce fait, même si la direction provisoire du PD avait accepté de négocier avec le M5S (sous la douce pression du Président Mattarella par exemple), et même si les militants du PD avaient approuvé l’accord M5S/PD ainsi négocié, Matteo Renzi aurait demandé à ses partisans de bloquer la formation d’un tel gouvernement, quitte à provoquer l’éclatement du PD.  Le contraste avec le cas allemand me parait de ce point de vue plutôt intéressant. Le SPD a fini par être “responsable”. Pas le PD – il est vrai qu’il aurait fallu soutenir un gouvernement Salvini… C’est vraiment par la volonté d’un dirigeant pourtant écarté de la direction officielle, Matteo Renzi, que le PD se trouve désormais à l’opposition, et que la formation du couple M5S/Ligue a été de fait  encouragé.

Deuxième point : l’évolution implacable de l’opinion publique telle qu’enregistré par les sondages d’opinion en faveur de Matteo Salvini. Celui qui avait repris en 2013 un vieux parti de gouvernement à l’agonie avait déjà réussi l’exploit de dépasser son allié de (presque) toujours Forza Italia le 4 mars. Or cet écart favorable (17 à 14%) s’est accentué au fil des semaines, et il a été en plus confirmé par le résultat d’élections locales dans le nord et le centre du pays. La campagne nationaliste et xénophobe de M. Salvini porte visiblement à plein, bien sûr sur les électeurs des droites, mais pas seulement. Des sondages mettent du coup la Ligue à proximité des 30% à la veille de la formation du gouvernement Conte, et, en tout cas, au dessus de 25% (pour 17% le 4 mars), et, inversement, FI se retrouve souvent en dessous des 10%. Cette évolution en ciseaux explique sans doute que S. Berlusconi finisse par donner son nulla obstat à l’ouverture de négociations M5S/Ligue – alors même que le M5S a réitéré son anti-berlusconisme fondamental en refusant de négocier avec FI.  En effet, puisque la voie d’un accord entre toutes les droites et le M5S est fermée, comme celle d’un accord M5S/PD, de nouvelles élections se profilent. Or ces dernières, qu’elles soient organisées à la fin de l’été ou à l’automne 2018, voire au début de 2019, signifieraient que FI perdra encore des parlementaires, ou, tout au moins, se retrouvera complètement vassalisé par son vassal historique, la Ligue. M. Salvini est en train de retourner une situation qui n’avait pas bougé depuis 1994. Au final, S. Berlusconi va certes faire voter ses groupes parlementaires contre l’investiture du gouvernement M5S/Ligue, mais, grâce à l’absence d’élections anticipées, il sauve encore une fois (politiquement) sa peau et peut espérer un retour à meilleure fortune. Cet affaiblissement de S. Berlusconi a été patent lorsqu’à la suite du refus de Mattarella d’entériner la présence de l’économiste euro-critique Paolo Savona au poste de Ministre de l’économie,  il a été question d’aller d’abord vers un gouvernement technique Cottarelli, puis, en raison de l’illégitimité foncière d’un tel gouvernement soutenu par aucun parti,  vers des élections (très) anticipées le 29 juillet 2018. Matteo Salvini a alors bien fait comprendre à qui de droit qu’il définirait seul le programme électoral des droites (en particulier en matière européenne) – humiliant donc S. Berlusconi – ou qu’il irait seul à la bataille (probablement avec les post-fascistes de FdI).

Ce poids de l’évolution des sondages d’opinion, favorable au meilleur démagogue du moment en Italie, finit par se voir dans la composition même du gouvernement Conte : le M5S et la Ligue  y ont le même poids politique (quasi-parité des ministres, chacun une vice-présidence pour leurs chefs respectifs), alors même que, le 4 mars 2018,  le M5S avait obtenu près du double de voix que la Ligue.

Troisième point : l’effet repoussoir du gouvernement technique (et par delà de la gouvernance européenne). En effet, l’une des raisons pour lesquelles la Ligue et le M5S finissent par ouvrir des négociations n’est autre que la crainte d’apparaître  aux yeux des électeurs italiens comme ceux qui ont laissé faire le retour d’un gouvernement technique à la Monti. Le Président Mattarella évoque en effet cette solution pour sortir de l’impasse qu’il constate. Il faut bien comprendre en effet, que, dans l’opinion publique italienne, cette formule de gouvernement a perdu tout son prestige à la suite de l’épisode Monti (2011-2012). Le choix d’une austérité renforcée au nom de l’Europe a en effet été le moment où l’Italie retombe dans une récession plus grave que celle provoquée par la crise mondiale de 2007-08. C’est en effet cette seconde récession qui fera véritablement du mal à l’économie italienne (en particulier aux banques), et c’est d’elle dont l’Italie ne sort que très lentement ensuite. Les deux duettistes – le M5S et la Ligue – au delà de leurs divergences avaient donc un motif en béton à faire valoir pour s’allier : éviter tout retour à un gouvernement technique. Selon les sondages, une fois l’accord M5S/Ligue trouvé, les Italiens l’ont approuvé à 60%, probablement moins en raison de son contenu, qu’en raison de la possibilité ainsi offerte d’éviter un gouvernement à la Monti. Cet effet repoussoir a été encore plus évident lorsque le Président Mattarella a tenté justement d’imposer un gouvernement technique, autour d’une personnalité  caricaturant il est vrai tous les vices (ou vertus?) d’une telle solution de mise entre parenthèses de la démocratie électorale. Au bout de quelques longues journées, il est apparu qu’aucun parti important représenté au Parlement n’était prêt à lui voter la confiance: le M5S et la Ligue auraient voté contre, FI aussi pour ne pas réitérer l’erreur de 2011, et le PD lui-même s’est décidé pour l’abstention. On allait donc tout droit à un vote parlementaire inédit où une toute petite minorité parlementaire aurait été pour le gouvernement Cottarelli. De ce fait, tous les grands partis déclaraient vouloir aller à des élections le plus vite possible, pour ne laisser vraiment aucun temps d’action à ce gouvernement technique.

Maintenant, la question qui fâche : est-ce que ce gouvernement Conte peut durer plus de quelques semaines ou mois ? La seule chose que je m’en sente d’affirmer à ce stade est que les deux protagonistes ont choisi un ordre de bataille des ministères attribués leur permettant de ne pas trop se gêner en se réservant chacun ce qui leur tient à cœur et que toutes les critiques venant de l’étranger – de Bruxelles ou de Berlin en particulier – ne peuvent que conforter ce gouvernement dont le point d’accord est constitué par l’idée d’un renouveau du nationalisme italien, ou du moins par la mise en avant d’un nouvel égoïsme italien.

Par contre, l’activisme de Matteo Salvini constitue pour ce gouvernement une incertitude de tous les instants. D’une part, comme Ministre de l’Intérieur, il veut mettre en œuvre une politique migratoire et sécuritaire radicale. Il peut finir par aller dans une direction que l’opinion publique italienne, ou même les parlementaires du M5S, ne pourront pas accepter. Il s’est déjà engagé dans une perturbation de la révision en cours du Règlement de Dublin au risque de tout bloquer pour des années encore. D’autre part, toute la dynamique (électorale) de la Ligue depuis 2013 repose sur sa personne, il ne peut donc jamais s’arrêter d’être toujours dans la provocation qui lui a si bien réussi jusqu’ici. Bref, avoir une sorte de Trump – en plus subtil, et surtout plus compréhensible tout de même – au sein d’un gouvernement italien, est-ce longtemps tenable?

Or, vu l’état actuel de l’opinion italienne, une crise gouvernementale déclenchée dans quelques mois autour de sa volonté d’en finir avec l’invasion migratoire ou quelque autre question en lien direct avec l’Union européenne lui serait sans doute favorable électoralement. Il faut bien en effet tenir à l’esprit que, depuis le début des années 2000, le camp du centre-droit a été biberonné par la Ligue du Nord, mais aussi par S. Berlusconi lui-même à l’euroscepticisme (en paroles tout au moins!). M. Salvini n’innove donc pas tant que cela. Il engrange en 2018 un doute semé depuis plus d’une décennie sur les politiques européennes dans l’électorat des droites. Il aurait donc de bonnes chances de regrouper toutes les droites autour de lui dans un combat électoral contre un quelconque diktat de l’Europe et ses partisans ou plutôt complices italiens. En conclusion, l’asymétrie des perspectives de gain en cas d’élections anticipées constitue une menace pour la durée de ce gouvernement Conte.

 

 

Journée d’études sur les élections italiennes (7 mars 2018)- Compte-rendu.

Comme à chaque élection générale italienne depuis 1994, Marc Lazar, professeur à Science Po Paris et à la LUISS (Rome), organise à Paris une journée d’étude “à chaud” dans les jours suivants immédiatement l’élection. Cette année, cela se passait dans les locaux du CERI (56, rue Jacob, Paris 6ème Arrdt.). L’ambiance dans la salle m’a paru plutôt morne, contrairement à celle qui prévalait en 2013. Sans doute était-ce lié au fait que le public, obligatoirement italophone puisque les deux tiers de la journée se déroulaient en italien, était largement constitué de personnes  très déçues du résultat électoral, en particulier des Italiens plutôt âgés installés en France de longue date. Comme le montreront les questions et les remarques du public tout au long de la journée, l’incompréhension face au vote de la mère-patrie domine, et visiblement personne n’exulte à la vue des résultats, ni à la tribune, ni dans la salle.

Marc Lazar ouvrira la journée  par un hommage à l’historien Pierre Milza. Il faut bien dire que, pour tous les italianistes de France, cette disparition à la veille de l’élection du 4 mars ne peut que marquer, encore plus pour un historien comme Marc Lazar. Pour cadrer les débats, Marc Lazar précisera fort justement que, désormais, toute élection nationale en Europe est devenue une élection européenne.

La matinée, entièrement en italien, est d’abord consacrée à des analyses électorales. J’en résumerai ici les points saillants.

Roberto D’Alimonte (professeur à la LUISS, Rome) souligne d’abord que les vainqueurs de 2018 furent les deux partis qui s’opposèrent au gouvernement Monti de 2011, le M5S et la LN. Le résultat est de fait extraordinaire pour les deux partis. R. D’Alimonte précise que les sondages dont il était lui-même le maître d’œuvre donnaient encore seulement 29% au M5S au 16 février 2018, avec une forte sous-estimation au sud (30% contre 43% en réel). C’est vraiment l’explosion du vote M5S au sud qui doit dont être notée, correspondant à une hausse légère de la participation électorale dans cette région (qui reste la moins participationniste toutefois), tout comme la nationalisation du vote de la LN qui perce (enfin) au sud. On peut même dire que la Ligue de Matteo Salvini constitue du coup un nouveau parti. R. D’Alimonte finit son intervention sur les différents scénarios de gouvernement possible – une thématique qui reviendra plusieurs fois au cours de la journée.

Marco Maraffi (professeur à Milan, responsable du programme ITANES) présente les principaux résultats d’une enquête préélectorale (avec 4806 interrogés). Il souligne une perception très négative de l’économie par les électeurs italiens. Elle implique une pressante demande de protection de leur part. Au sud, c’est plutôt à une demande d’assistance (‘assistanzialismo’) que l’on assiste, d’où le succès du revenu de citoyenneté proposé par le M5S. Au nord, la demande est plus variée, puisque la LN promeut une moindre taxation, des droits de douane et la lutte contre l’immigration. [Sans vouloir anticiper sur la suite, je fais noter au lecteur que, au lendemain de l’élection, la Ligue de Matteo Salvini a justement mis l’accent dans sa propagande sur le ‘travail’ par opposition au ‘revenu de citoyenneté’ promu par le M5S. Où l’on retrouve de bien vieilles thématiques (nord laborieux/ sud paresseux).]

L’intervenant en listant les préoccupations déclarées des électeurs italiens souligne l’importance de la ‘disoccupazione’ (chômage), dont il met en exergue le caractère totalement transversal à toutes les catégories et qui correspond à une crise plus générale du travail en Italie (précarité, qualité, rémunération, sens). Les seules inflexions notables sont une plus grande préoccupation pour le chômage à gauche, pour l’immigration à droite, pour la corruption au M5S. Par ailleurs, tous les électeurs ou presque ont en 2018 une vision très négative de l’économie en regardant dans le rétroviseur (rétrospectif) comme en regardant vers l’avant (prospectif). De manière plutôt étonnante,  il n’y a pas  de ce point de vue d’écart Nord/Sud. Les seuls électeurs qui sont un petit peu optimistes (25% d’entre eux) sont les électeurs du PD, et les plus pessimistes sont ceux du M5S et de la LN. Suite à une question de la salle, Marco Maraffi rappellera à quel point le PD a été pénalisé par son rôle au gouvernement dans un contexte où les résultats de son action sont perçus négativement. D’où le basculement de certaines catégories, comme les agents du secteur public, vers le M5S. Il est vrai que le M5S n’a aucun élément à faire valoir pour démontrer sa capacité à gouverner, mais les électeurs italiens veulent changer. Et cette volatilité de l’électorat ne vaut pas que dans le sud. A Sienne, dans un collège sûr pour le PD, le Ministre sortant de l’économie, Padoan, a failli être battu par un candidat du M5S, un jeune économiste d’orientation néo-keynésienne.

Pour ce qui est de l’avenir, le professeur Maraffi pense qu’il pourrait y avoir une convergence entre les électorats du centre-gauche et du M5S – sans bien sûr juger de ce qui se passerait entre les dirigeants de ces deux camps.

Ilvo Diamanti (professeur à l’Université d’Urbino) avait à traiter du vote pour le M5S, mais il a décidé d’élargir son propos. Il commence par souligner, non sans une grande acrimonie dans le ton utilisé, les choix très tardifs des électeurs. Aucun sondage n’avait vu ce qui allait se passer. Pour I. Diamanti, c’est là un problème pour la démocratie : des électeurs choisissent leur vote stratégiquement à la toute dernière minute à la vue des sondages disponibles, ce qui produit des effets inattendus et crée de fait une “démocratie fluide”.

Au delà de son évident succès dans le sud et les îles, le vote M5S se nationalise, puisque ce parti est désormais le premier ou le second parti dans 80% des collèges électoraux. C’est le vote préféré des chômeurs, des ouvriers, des jeunes entre 18 et 34 ans, soit le vote des gens qui ont peur du futur. C’est aussi le vote de la périphérie économique, sociale et culturelle du pays. Bref, c’est le vote des gens qui sont objectivement et  se sentent subjectivement les derniers en Italie. Inversement, le vote du centre-gauche (PD et alliés) correspond aux centres-villes riches des métropoles et à celui des classes moyenne supérieures. Cependant, I. Diamanti conclut que le M5S, s’il parait avoir de l’avenir puisqu’il séduit les jeunes électeurs (moins de 45 ans), puisque ces électeurs lui sont fidèles entre 2013 et 2018 et qu’il a séduit beaucoup d’ex-électeurs PD en 2018, révèle surtout les insuccès des autres partis. Le M5S reste le parti des sans-partis. Suite à des questions de la salle, I. Diamanti en rajoutera encore sur le M5S. Pour lui, c’est le vote du ressentiment des électeurs, et l’expression du sens commun. Et finalement, ce vote est bien peu rationnel pour avoir été décidé à la toute dernière minute.

L’historien Giovanni Orsina (LUISS, Rome), auteur d’un ouvrage sur S. Berlusconi à paraître en français dans les prochains mois, chargé de présenter la droite, présentera longuement les évolutions de cette dernière depuis 2013. Il expliquera ensuite la défaite de FI de S. Berlusconi par trois éléments : l’absence d’une bonne campagne électorale – S. Berlusconi n’a pas su cette fois-ci inventer une promesse de campagne marquante -; la campagne très claire et cohérente au contraire de la LN de Salvini, entièrement centrée sur l’idée de souveraineté et sur celle de reprendre le contrôle; un électorat de droite finalement homogène qui accepte de basculer du côté de ce dernier en dépit de sa radicalité affichée. Il finit son intervention en montrant que Matteo Salvini se trouve plutôt en position de force face aux différentes hypothèses possibles pour la suite, car, vu l’écroulement de S. Berlusconi, il ne craint pas de futures élections. [Cette prédiction s’est confirmée ces derniers jours. Matteo Salvini a de fait déjà engagé une seconde pré-campagne électorale en multipliant les meetings.]

Marc Lazar conclut les interventions de la matinée par une présentation du sort du centre-gauche. Visiblement dépité, il ne peut que mettre en lumière le niveau de l’échec du PD, y compris dans ses fiefs historiques d’Émilie-Romagne (- 13%), de Toscane (- 9,6%), d’Ombrie (-9,9%) et des Marche (-8,4%). Si le PD récupère sans doute une bonne part des électeurs de Mario Monti en 2013, il en perd massivement au profit de la LN et du M5S. Quant aux dissidents de la gauche de gouvernement, regroupés dans LeU, ils connaissent une contre-performance remarquable, avec à peine 3% des suffrages, preuve s’il en est, selon M. Lazar, qu’il n’existe pas d’espace politique à gauche du PD. Plus tard dans la matinée, et en réponse à  une question de la salle sur le sort de l’extrême gauche, Marc Lazar précisera que le M5S occupe l’espace de la protestation et pas cette dernière. Il rappellera aussi que le leadership de LeU a été contesté en interne dès le départ, qu’en plus des dissensions sont apparues au sein de cette alliance électorale – de 11 composantes selon une intervention de la salle – sur l’Europe (avec une opposition anti/pro S. Fassina /Boldrini) et sur le rapport avec le PD (alliance possible ou pas). De fait, en Europe, les succès des partis d’extrême-gauche correspondent plutôt à un mouvement vers le centre (avec en général une opposition “peuple”/”élites”).

Comment expliquer cette défaite du PD et de ses alliés? Tout d’abord par le fait d’avoir été au pouvoir depuis 2013 et d’avoir fait beaucoup de réformes contestées (par ex. ‘Jobs Act’). La défaite du PD en 2013 s’inscrit en fait dans celle de toutes les majorités sortantes en Italie depuis 1994. La poursuite de la crise économique, en particulier dans le sud, a été décisive. Ensuite, il faut admettre l’existence d’un “facteur R”. La personnalisation du PD autour de M. Renzi a eu un effet délétère, surtout à compter de la défaite au référendum de décembre 2016 et de ses suites illogiques avec le maintien de Renzi au leadership du PD et du centre-gauche. Enfin, cette défaite s’inscrit dans le cadre général du déclin des partis socialistes et sociaux-démocrates en Europe.

Pour l’avenir immédiat, M. Lazar prédit un affrontement interne au PD autour de M. Renzi. [Le 7 mars 2018, ce dernier était effectivement encore dans une position étrange: ‘Je démissionne, mais ma démission sera effective quand l’Italie aura un gouvernement’. Depuis, le dit Renzi a dû laisser vraiment la direction du PD à d’autres. Il peut sans doute s’inscrire au club des ex-jeunes dirigeants brillants, définitivement grillés en politique, au côté de David Cameron.]

Au delà de questions de la salle visant à préciser l’une ou l’autre affirmation des intervenants, la discussion s’engage ensuite sur les suites gouvernementales de ce résultat.

R. D’Alimonte passe en revue les scénarios possibles, du point de vue des équilibres parlementaires. Une majorité des droites n’est pas numériquement possible. Une ‘grande coalition’ (FI + centres + PD) n’est pas numériquement possible. [C’est bien là dirais-je, la grande différence entre 2013 et 2018. C’est là le caractère inédit de la situation italienne – comme en Grèce en 2015, les anciens partis de gouvernement sont minoritaires dans l’électorat.] Une majorité populiste (M5S + LN) est certes numériquement possible, mais a priori difficile. Une alliance FI/M5S est elle impossible, vu la personne de S. Berlusconi (qui est la cible privilégiée du M5S depuis toujours). D’où l’impossibilité d’une alliance de toutes les droites (dont FI) avec le M5S. Par contre, une alliance entre le PD et le M5S est possible, mais à aussi difficile. Enfin, il reste l’hypothèse d’un gouvernement des droites, avec soutien du PD et des centres, ce qui serait cependant bien difficile à avaler pour dirigeants, militants et électeurs du PD, surtout avec Salvini président du Conseil. Du coup, toujours selon R. D’Alimonte, il reste en lice : le gouvernement de tous les partis (‘governo di scopo’) pour préparer de nouvelles élections, ou le gouvernement minoritaire (droites ou M5S) soutenu par le PD. A son avis, le M5S parait en position de force dans ce jeu, puisque le PD devrait plus facilement accepter de le soutenir qu’un gouvernement Salvini.

Le début de l’après-midi continuera à se dérouler en italien. L’économiste Franco Saraceno (OFCE) présentera sa vision de la crise économique italienne, essentiellement fondée sur l’incapacité des firmes italiennes à atteindre une taille critique leur permettant d’investir. Les scénarios qu’il évoque pour la suite sont fondés sur sa critique de la politique actuelle de l’Union européenne inspiré par le “consensus de Washington” et inscrit dans le droit européen (“fiscal compact”). Un gouvernement M5S/PD serait positif par son action probable sur les institutions européennes. Un gouvernement FI/PD – impossible numériquement – aurait été de toute façon le choix du statu quo, et une mauvaise solution. La présence de la LN au gouvernement serait elle dramatique pour l’Europe, et elle aurait la capacité de faire imploser cette dernière.

Avec l’intervention du professeur Sergio Fabbrini (LUISS, Rome), le ton sera le même. Plein d’émotion, ce dernier indiquera que le vote italien témoigne d’une crise européenne, engagée en 2011 (gouvernement Monti) et poursuivie en 2015 (crise migratoire), puisque c’est au niveau de la relation intergouvernementale entre États que les (mauvaises) décisions ont été prises pour l’économie italienne et  pour la gestion de la crise migratoire. La solution ne peut donc venir que de même niveau avec des décisions qui prennent en compte les intérêts italiens. Il faut donc que les vainqueurs des élections (M5S et LN) se préparent à influencer l’Europe en clarifiant leur vision. Le professeur Fabbrini pense, contrairement aux autres intervenants, possible un gouvernement M5S/LN, et il appelle de ses vœux une réforme institutionnelle de l’UE pour sortir de ce que F. Saranceno dénonçait dans l’intervention précédente.

La seconde partie de l’après-midi passe au français (avec Gilles Finchelstein, Pierre Musso, Dominique Reynié, Marco Tarchi et Sofia Ventura). Elle sera à mon sens bien moins intéressante que ce qui a précédé, car bien trop engagée dans des discussions générales sur le sort de la démocratie. Je n’en rendrai donc pas compte ici. Heureusement, Marc Lazar viendra conclure la journée par quelques propos plus clairs et synthétiques. Il rappellera que le M5S est “la girafe” des populismes européens, qu’il n’y a sans doute pas d’anomalie italienne ou de laboratoire italien, mais un sismographe italien (au sens d’une Italie comme précurseur de ce qui arrivera ailleurs), marqué par la crise générale des partis de gouvernement en Europe, et enfin qu’il faut bien se mettre dans la tête que plus d’un électeur italien sur deux a voté en 2018 pour des partis critiques de l’Union européenne.

Pour ma part, je ferai deux remarques sur le contenu de cette journée.

Premièrement, la plupart des intervenants ont été obligés de souligner les racines européennes de ce vote- soit dans l’aspect économique, soit dans l’aspect de gestion de la crise migratoire -, mais aussi du coup son fort aspect socio-géographique. Il y a désormais d’évidence trop d’exclus de la prospérité économique en Italie pour que les partis de gouvernement tiennent encore – ce qui doit faire réfléchir sur la validité politique des statistiques économiques globales comme le PIB.  Un intervenant a souligné amèrement qu’on ne votait plus PD que dans les quartiers chics des grandes métropoles (Rome ou Milan), là où justement il habite lui-même. Seule la “Grande Bellezza” vote  encore PD – les “idéopoles” en somme, comme diraient F. Escalona et Matthieu Viera, sur le cas français. Cette priorité à la perception de l’économie par les électeurs a eu encore du mal à passer chez certains intervenants, qui se sont sentis obligés de souligner que le PD avait bien réformé pourtant le pays et qu’il était mal payé de ses efforts. C’était là trahir le fait de ne pas comprendre vraiment à quel point les choix faits depuis 2011 ont été mauvais en Italie pour la plupart des Italiens. Seul le professeur Maraffi semblait avoir vraiment digéré ce qui se passe. Au total, la journée donnait l’impression que tout le discours présent dans les médias français sur le rôle de l’immigration était largement surjoué. Certes, comme l’a dit I. Diamanti en réponse à une question de la salle, de très mauvais sentiments sont en train d’émerger en Italie, comme l’ont montré les suites de l’affaire de Macerata, mais ce n’est pas là le problème central des Italiens, qui  est avant tout matérialiste.

Deuxièmement, il me faut bien constater que, pas une seule fois dans cette journée, le mot d’écologie ou de crise environnementale n’a été prononcé. Bien que le M5S ait dans sa genèse des préoccupations écologiques, ce n’est absolument pas la source de son succès électoral. Au contraire, ce dernier est à la fois interne à la vie politique – désarroi face à des sortants en échec – et matérialiste – trouver une place objective et subjective à ceux qui se voient les derniers de la société italienne. D’un point de vue plus prospectif, si l’on accepte l’hypothèse de Marc Lazar d’une “Italie sismographe”, cela témoigne de l’incapacité persistante (définitive?) de la préoccupation environnementale à attirer en elle-même les électeurs.

Au total, comme disait Brecht,Erst kommt das Fressen, dann kommt die Moral!.

 

 

Commenter une élection italienne à chaud.

Ce court post voudrait rendre compte de mon activité de commentateur autorisé des élections italiennes du 4 mars 2018, et en tirer quelques rapides leçons.

Tout d’abord, la journée du lundi 5 mars 2018 fut un peu éprouvante. J’ai en effet essayé de répondre de mon mieux à tous les journalistes qui me contactaient pour analyser les élections italiennes. J’ai donc répondu pour Atlantico  et le Figaro Vox à des questions écrites, à un étudiant en école de journalisme pour son média-école, à Radio Vatican (en simple entretien) et à France-Info (en direct à plus de 23 heures, avec Hervé Rayner, comme co-intervieuwé pour la radio), à la presse régionale de l’est (groupe Ebra, c’est-à-dire Le Progrès, les DNA, verbatim paru le 6 mars sous le titre commun de l’entretien : “Une prime à la nouveauté et à la radicalité” ) et à Sud-Ouest, et enfin à un journal suisse de Fribourg, La Liberté, et à 20 Minutes (avec en co-intervieuwé Frédéric Attal).

J’espère au total ne pas avoir dit trop de bêtises ou de banalités, et avoir œuvré pour la vulgarisation auprès du lectorat  de la science politique. Globalement, les verbatim qu’on trouvera dans les articles issus d’entretiens téléphoniques respectent tous mon analyse sur le sujet. Et, pour conclure ma tournée médiatique de la semaine dernière, j’ai honoré l’invitation de Mediapart de participer à leur “live” du mercredi 7 mars, organisé en seconde partie de soirée sur les élections italiennes.

De toutes ces questions répétées (sauf au “live” de Mediapart qui avait l’avantage d’avoir déjà plus de recul sur l’événement), j’ai retenu la tendance à me faire jouer les haruspices. Je l’ai d’ailleurs fait remarquer en off lors des entretiens téléphoniques. Mon Dieu, mon Dieu, que va-t-il se passer maintenant? Les portes de l’enfer vont-elles s’ouvrir? (comme le laisse entendre la couverture de une de Libération sur Matteo Salvini). Va-t-on tous mourir? Et surtout perdre toute notre belle épargne placée en Euros? En tout cas, c’est un peu la lecture des entrailles de poulet que l’on me demandait. (Mais les marchés ont répondu : eux, pour l’instant, ils n’ont même pas peur.) De toute façon, aurais-je envie de dire une solution finira bien par émerger, il suffit d’attendre. J’ai moi-même rappelé que le délai à ne pas dépasser pour avoir un gouvernement et une majorité parlementaire dans les deux Chambres est en réalité le 31 décembre 2018, soit le moment ultime pour voter le budget de l’État italien pour l’année 2019. D’ici là, on peut discuter, se chamailler, revoter, etc. De fait, il faut se rappeler que l’Italie demeure un pays aux institutions politiques solides, où aucun acteur politique important ne veut jouer à ce jour l’eversione (la subversion) des institutions républicaines et démocratiques. Bien au contraire : l’actuel Président de la République, Sergio Mattarella, est sans doute le moins subversif des dirigeants possibles, et c’est à lui que revient de maîtriser le tempo post-électoral. Tout le monde – les gagnants comme les perdants – accepte le verdict du jeu électoral(iste). Cela allait de soi, mais peut-être vaut-il la peine de le rappeler. L’Italie fait partie des vieilles démocraties à tous points de vue.

Pour ce qui est de la substance des commentaires sur l’élection italienne que j’ai vu passer (sans pouvoir être exhaustif) dans la presse française ou sur les réseaux sociaux de la part de personnes autorisés (universitaires, journalistes spécialisés, etc.), il me semble noter une certaine convergence sur le rôle de la critique de l’Europe, des problèmes migratoires et des problèmes économiques. Par exemple, notre collègue Marc Lazar dans le Monde le souligne fort bien le 6 mars :  “C’est un des grands changements historiques de ce pays, qui était l’un des plus europhiles, devenu euromorose et eurosceptique.” L’éditorialiste d’Alternatives économiques, Guillaume Duval, s’emporte quant à lui en soulignant les responsabilités françaises et allemandes dans ce qui s’est passé. De fait, les partisans de plus d’intégration européenne s’inquiètent, et, inversement, les opposants à ce surcroit d’intégration européenne se réjouissent

Par ailleurs, après ce premier round de commentaires (dont les miens), il me semble qu’il faut se garder d’analyses trop à l’emporte-pièce : ainsi, à voir les cartes colorées en bleu (droite), rouge (centre-gauche), et jaune (M5S) des résultats au scrutin uninominal dans les deux Chambres, on dirait que l’Italie est coupée en trois : un grand nord aux droites, un petit centre au centre-gauche, et un grand sud au M5S. Il ne faut pas oublier qu’en réalité, ces trois forces restent (centre-gauche, droites, et M5S) ou deviennent (droite dans sa composante Ligue en particulier) présentes partout en Italie. Le M5S est certes relativement faible dans le nord et le centre (d’où il est issu en 2008-2010), mais il est présent. Idem pour le centre-gauche (qui conserve quelques bastions de centre-ville). Et, là est la grande nouveauté, au sein des droites, la Ligue de Matteo Salvini se trouve désormais présente partout (en passant dans certaines parties du sud du pays de 0% en 2013 à 5/6% en 2018). Au total, toutes les grandes forces politiques sont “nationales”- ce qui constitue une très bonne nouvelle, puisque tout parti qui ira au gouvernement devra se soucier de tous ses électorats des trois grandes zones du pays (nord, centre et sud). La Ligue en se nationalisant va avoir ainsi du mal à ne pas s’occuper des problèmes bien réels du sud – ce qui n’est pas le moindre des paradoxes pour un parti né de la dénégation des problèmes de ce dernier. Et, inversement, le M5S ne peut pas être que le parti de la protestation sudiste.

Et puis il y a à mon sens un grand perdant peu évoqué les commentaires à chaud de cette élection italienne de 2018 : l’Église catholique dans sa version chrétienne si j’ose dire (pour paraphraser Mauriac ou Bernanos me semble-t-il) et dans sa capacité à peser dans la politique italienne. En effet, le triomphe de Matteo Salvini  dans l’électorat de droite acte le détachement de plus en plus net de la part des catholiques italiens des recommandations de cette dernière en matière d’accueil de l’étranger.  FI avait au moins essayé de garder des liens avec l’Église catholique, et ce parti avait rejoint en 1998 le PPE, le parti européen historique des démocrates-chrétiens du continent.  Aujourd’hui, la droite est dominée par un parti, certes conservateur (par exemple avec sa dénonciation de la “théorie du genre”), mais bien peu chrétien (au sens de charitable avec le prochain, l’étranger), et, de l’autre côté, l’aile un peu post-catholique de la coalition des droites (Noi per l’Italia) a démontré son inexistence électorale. Pour ce qui est du M5S, force est de constater qu’il n’est pas conservateur (en matière de mœurs), qu’il est laïc, et qu’il représente plutôt l’héritier non reconnu du Parti radical dénonçant le rôle corrupteur pour la République italienne des ‘Églises’ (catholiques et communistes) dans les années 1970. Il n’aborde pas non plus les migrations ou l’intégration européenne à la manière de l’Église catholique. Il est neutre, comme je l’ai dit lors de la table-ronde organisée par Mediapart, au sens où il ne fait pas de l’accueil de l’étranger ou du refus de l’immigration un point essentiel de son programme.  Enfin, le PD, qui est l’héritier de l’aile gauche de la Démocratie-Chrétienne d’avant 1993, tout comme les petits partis issus de cette même aile gauche présent dans les listes alliés au PD, sont, comme on le sait, au plus bas – en plus, il fait l’essentiel de ses résultats électoraux dans la bourgeoisie éclairée du nord et surtout dans les “terres rouges” (socialistes et surtout communistes) de l’Italie centrale, régions guère réputées pour leur cléricalisme. Cette perte d’influence de l’Église catholique correspond à celle observable presque partout en Europe de l’aile gauche ou centriste des partis (ex-)religieux, au profit des ailes droites qui tiennent un discours identitaire et conservateur. Elle est symétrique de la crise de la social-démocratie, issue du mouvement ouvrier d’avant 1914, visible désormais presque partout sur le continent européen.

Bref, nous sommes bien en 2018 : le socialisme et le mouvement ouvrier jettent leurs derniers feux, tout comme la démocratie chrétienne. The show must go on.

A une semaine des élections du 4 mars 2018.

A une semaine des élections du 4 mars 2018, que devra-t-on observer le plus au moment des résultats et comment cela s’expliquera-t-il?

Premièrement, le niveau de participation. D’après ce que j’en ai suivi, la campagne de 2018 m’a paru particulièrement terne. Elle n’a vu le développement d’aucun thématique nouvelle, il n’y a pas vraiment de nouveauté non plus dans les forces en présence (LeU est un regroupement à la gauche du PD qui prend la suite d’autres initiatives en 2013, et PaP rejoue les listes de “gauche de gauche” de l’époque), elle n’a apporté aucune révélation sur les grands leaders partisans (Berlusconi, Renzi, Salvini, Di Maio) occupant le devant de la scène, et, à ce jour, je n’ai repéré aucune innovation en matière de communication politique, digne de rentrer dans les livres d’histoire. Au contraire, le revenant Silvio Berlusconi s’est laissé aller à rejouer la scène de 2001 quand il avait signé son “Contrat avec les Italiens” devant les caméras de télévision, et le tout avec le même présentateur de télévision, Bruno Vespa, en signant un autre papier sans valeur devant les caméras de télévision. Une sorte d’auto-caricature de  l’éternel présent qu’il semble vouloir offrir à ses électeurs. Et Renzi, lui aussi bien incapable de se renouveler, a utilisé un train aux couleurs du PD pour visiter l’Italie comme l’avait fait  en 2001 Francesco Rutelli l’adversaire (donné perdant lui aussi) de Berlusconi. A ce manque d’inventivité dans la communication, tout au moins celle visible dans les grands médias, il faut ajouter qu’en raison des réformes du financement de la vie politique adopté après 2013 (sous la pression de la menace alors représentée par le M5S) tous les partis politiques ont désormais les poches bien vides – il leur reste certes (sauf pour le M5S qui a tut refusé) un reliquat des sommes versées pendant la législature qui s’achève au titre du “financement des campagnes électorales” et l’argent venu du 8/1000 lié à l’impôt direct sur le revenu, mais ces sommes ne sont rien par rapport aux sommes disponibles auparavant. Bref, c’est une campagne courte (en pratique  deux mois du 28 décembre [dissolution] au 4 mars [vote]), sans idées et sans argent. On peut donc raisonnablement parier que la participation globale va être faible. Un sursaut de participation par rapport à 2013 (75%), qui elle-même marquait une baisse nette par rapport à 2008, serait vraiment une surprise. Un record à la baisse ne serait pas trop étonnant.

Deuxièmement, les rapports de force globaux droite/M5S/centre-gauche/gauche. Les derniers sondages publiés avant le black-out de 15 jours sur leur publication en Italie témoignent d’une avance de la coalition des droites (37/38%, 23/25% pour la coalition du PD, et 27/28% pour le M5S). Celle-ci s’inscrit à la fois dans un cadre plus vaste d’évolution de l’opinion italienne depuis 2013 et de déroulement de la (courte) campagne. Les thèmes sur lesquels la droite a investi politiquement de longue date sont en effet ceux qui préoccupent selon les sondages disponibles l’électorat italien, et l’actualité immédiate semble devoir en plus la servir.

D’une part, comme trois collègues britanniques l’ont montré, les sondages Eurobaromètres indiquent que, par rapport à 2013, les Italiens de 2017 sont beaucoup plus préoccupés par l’immigration. Cela profite à la droite, depuis longtemps “propriétaire” de cet enjeu, en particulier à la Ligue du Nord (LN) de Matteo Salvini (et avant lui d’Umberto Bossi, qui a fait voter la “Loi Fini-Bossi” de 2003 de régulation de l’immigration). Il n’est d’ailleurs pour s’en convaincre un peu plus que de suivre la manière dont les faits de Macerata ont animé la campagne électorale. La violence du militant de la LN (aux évidentes sympathies néo-fascistes et néo-nazies – ce qui est en soi-même un fait nouveau en ce qui concerne l’évolution droitière de la LN), qui a tiré sur des supposés dealers noirs pour venger selon lui un meurtre commis sur la personne d’une toxicomane blanche par un dealer noir, a rapidement été éclipsée dans les médias par la violence de ou des assassins noirs et étrangers de cette jeune femme, italienne de nationalité, à la peau blanche. Les leaders de la droite n’ont pas été déstabilisés du tout par la violence de l’un de leurs partisans, et, au contraire, aidés en cela par les grands médias se lançant dans des révélations sordides, ils ont surenchéri en voyant dans ces faits l’illustration de la menace de violence (sic) que fait peser l’immigration sur la société italienne. C’est à ce moment-là de la campagne que S. Berlusconi en profite pour faire son Salvini en évoquant lui aussi 600.000 expulsions à faire d’urgence. Les plus modérés sont finalement les post-néo-fascistes de FdI, qui sont eux doublés par les néo-fascistes vraiment très “décomplexés” de Casa Pound, de  Forza Nuova, ou d’autres forces encore plus mineures à tous les sens du terme. En plus, ces faits de Macerata ont provoqué la mobilisation des partis de “gauche de gauche” et des associations “antifascistes” historiques qui ont souhaité manifester leur désapprobation (à Macerata d’abord, et partout en Italie ce samedi). Certains militants d’extrême gauche s’en sont pris aux divers partis et mouvement néo-fascistes eux-mêmes à la recherche de visibilité à la droite de la coalition  des droites parlementaires, et donc prêts à toutes les provocations. Les militants d’extrême-droite étaient de fait de plus en plus activistes contre le militantisme de gauche bien avant que l’un d’entre eux passe seul à la violence armée (puisque c’est de cela qu’il s’agit). La presse a parlé du coup de retour des “extrémismes opposés” par allusion aux années 1970 quand néo-fascistes et gauchistes mettaient en danger la République. L’alarme est sans doute excessive, mais il reste que l’enjeu de l’immigration tend à donner une actualité nouvelle, voire un sens nouveau, au conflit fascisme/antifascisme. On verra qui des extrêmes droite ou gauche attirera finalement l’électorat. Là encore, la surprise serait que l’un des ces acteurs marginaux à droite (Casa Pound, FN) ou à gauche (PaP) fasse un bon score (plus de 1% des voix), et encore plus surprenant qu’il passe la barre des 3% et obtienne ainsi des élus. Là, surtout en cas de percée à droite de la droite, il serait bon de s’inquiéter.

D’autre part, l’Europe n’a pas non plus bonne presse en Italie. La Fondation Notre Europe a sorti à ce sujet une étude, Les Italiens et l’Europe, chronique d’un désenchantement (Policy Paper N°217, 16 février 2018).  Cette étude constate, à l’aide de sondages Eurobaromètres là aussi, qu’en une vingtaine d’années les Italiens sont devenus très dubitatifs sur l’intégration européenne. Ce n’est plus un scoop désormais, même s’il est difficile de l’admettre pour le pays d’Alcide de Gasperri et d’Altiero Spinelli, et les auteurs de l’étude expliquent à juste titre cet affaissement par une situation économique difficile, par des attaques continues contre l’Europe venus de la droite (qu’elle soit dans l’opposition ou même au pouvoir), et enfin par la grande solitude ressentie par les Italiens face aux problèmes migratoires depuis 2015. Comme c’est effectivement la droite qui a la première critiqué certains effets négatifs pour l’Italie de l’intégration européenne, ou plutôt de la mal-intégration européenne (comme en matière migratoire), il n’est pas du tout étonnant de la voir ressurgir de ses propres ruines en 2018, puisque ceux qui ont gouverné l’Italie depuis novembre 2011 l’ont fait essentiellement au nom de l’adaptation nécessaire de l’Italie à l’Europe (gouvernements Monti, Letta, Renzi, Gentiloni). En suivant ce que disent les grandes forces politiques et ce qu’elles écrivent dans leurs programmes électoraux, on constatera d’ailleurs que tous les partis sont critiques de l’intégration européenne actuelle. C’était un phénomène déjà visible lors des élections européennes de 2014 : le  PD de Matteo Renzi (le “PdR”[parti de Renzi], comme disait le politiste italien IIlvo Diamanti) l’avait emporté, avec un score de 40% des voix, aussi parce que Renzi se présentait alors comme le meilleur avocat de l’Italie en Europe pour changer de politique économique. Et il faut bien dire que, du coup, en 2018,  les programmes des grandes forces politiques se soucient fort moyennement des “contraintes européennes” (sur les 3% de déficit par exemple) en promettant aux électeurs force dépenses et réductions d’impôts. Les contraintes européennes sont devenues de fait invendables à l’électorat italien de 2018. Il est significatif de cette réalité de voir les éditoriaux alarmistes se multiplier dans le Corriere della sera, le journal de la bourgeoisie européiste du nord, au sujet du rapport désinvolte aux contraintes européennes des programmes électoraux de tous les partis en lice, et particulièrement de ceux dont les sondages annoncent un bon score (M5S, Lega, FI). De fait, contrairement à 2013, avec les listes Scelta Civica (Choix civique) de Mario Monti, qui défendaient au centre de l’échiquier politique une vision européiste et libérale, il n’y a pas en 2018 de parti important qui soit sur cette ligne “à la Macron” si j’ose dire. Elle n’est incarnée que par la petite liste “+Europa”, alliée au PD, dirigée par Emma Bonino (ex- Commissaire européenne), qui passera peut-être la barre des 3% et qui se défend elle-même d’être pour l’austérité à tout crin.  Du coup, la grande surprise électorale du 4 mars serait que le camp proeuropéen, incarné par le seul PD et ses petits alliés centristes, fasse un bon score. Le PD devrait pourtant logiquement rejoindre la longue cohorte des partis de centre-gauche perdant beaucoup électoralement pour en avoir trop fait en matière de conformité à l’austérité et aux réformes structurelles exigés par “Bruxelles” et “Francfort”  – alors même que, comme je l’ai déjà dit plus haut, le même Matteo Renzi  promettait en 2014 à ses électeurs de renverser la table du Conseil européen pour faire entendre les revendications italiennes. On ne pourra pas dire qu’il ne l’avait pas vu venir cette défaite.

Donc comme tout indique que la droite va gagner et le centre-gauche va perdre, qu’en sera-t-il du troisième grand larron, le M5S? Les sondages publiés à quinze jours du vote lui sont plutôt favorables, mais, est-ce que ses électeurs iront vraiment voter? En effet, cet électorat plutôt jeune que le M5S essaye de rassembler n’est pas des plus participationniste. Le M5S a aussi vu s’éloigner de la politique active son leader historique, Beppe Grillo. Ce dernier n’a pas participé du tout à la présente campagne électorale, et il ne devrait intervenir qu’au meeting de clôture de la campagne électorale du M5S. Les grands médias n’ont parlé du M5S que pour souligner ses manquements à l’éthique dont il se réclame et pour mettre en lumière le choix hasardeux par le M5S de ses candidats. (Le M5S a du coup dû exclure de ses rangs des candidats en position éligible.)  Les sondages prévoient aussi une dé-nationalisation du M5S. En 2013, ce nouveau parti avait étonné tous les observateurs par l’homogénéité de ses scores sur le territoire national italien : aucun parti entrant n’avait jamais eu cette caractéristique pendant toute l’histoire électorale italienne. En 2018, si le M5S sauve sa peau et confirme ainsi les sondages rendus publics à quinze jours du vote, il devrait faire des bons scores au sud du pays, et dans les îles (Sardaigne, Sicile). Il deviendrait donc le parti du sud en colère. (On notera en passant le chassé-croisé probable entre un M5S se-dénationalisant pour être devenue sudiste et une Ligue restée nordiste mais enfin nationale.) Son candidat à la Présidence du Conseil, Luigi Di Maio, aussi “chef politique” du M5S, est de fait un napolitain – ce qui doit nécessairement jouer sur les sympathies ou antipathies qu’il provoque dans l’électorat. (Cet élément régional de la personnalité publique des politiciens italiens et en conséquence de la part du choix électoral qui en résulte restent importants en Italie malgré plus d’un siècle d’unité politique de la péninsule.) Plus anecdotiquement, au delà de cette prise accentuée dans le sud que lui prédisent les sondages, je n’ai pas l’impression que le M5S ait réussi à se doter cette fois-ci d’un slogan accrocheur. C’est la Ligue de Matteo Salvini qui me semble être le seul parti avec un slogan qui peut marquer cet élection de 2018 : “Prima gli Italiani” (D’abord les Italiens). Cela rappelle bien sûr le très classique America First bien sûr, ou les Français d’abord du FN, mais, dans le contexte italien, ce slogan marque aussi le pari personnel de Matteo Salvini de transformer un parti nordiste xénophobe anti-sudiste (italien) en un parti xénophobe national. Il peut réussir, et s’il passe ainsi en tête de l’alliance de droite, elle-même majoritaire, cela va tanguer.

Enfin, toutes ces réflexions sont celles de la veille, sans doute y aura-t-il bien des choses que je n’aurai pas vu venir…

Mode de scrutin italien millésime 2018 : le Rosatellum 2.0

Depuis que j’étudie l’Italie avec ma thèse de doctorat réalisée au début des années 1990, le mode de scrutin pour les élections générales (Chambre des députés et Sénat) n’a cessé de varier. Il n’avait par contre pas été changé (à quelques détails près) de 1946 (élection de l’Assemblée constituante) à 1992 (dernière élection de la dite “Première République”).

Il vient encore une fois de changer pour les présentes élections générales, et le nouveau mode de scrutin, appelé le “Rosatellum 2.0” correspond à  un mode de scrutin dont l’adoption correspond presque uniquement au calcul politique à court terme des forces politiques qui l’ont adopté sans grande pensée philosophique pour le justifier. Cette spécificité me parait d’autant plus frappante que deux des modes de scrutin précédents disposaient, eux, d’une forte philosophie pour les justifier. Le scrutin mis en place en 1946, et maintenu jusqu’en 1992, était un scrutin de liste presque parfaitement proportionnel – soit l’antithèse absolue des manipulations électorales à orientation fortement majoritaire du mode de scrutin lors des premières années du régime fasciste  – qui alliait, très élégamment à mon sens, représentation équitable des partis, des territoires et des personnalités. Le mode de scrutin, adopté en 1993 et mis en œuvre pour la première fois en 1994 (puis en 1996 et 2001), le “Mattarellum” du nom de celui qui devait devenir bien des années plus tard le Président de la République, était un scrutin mixte avec une part de proportionnelle (25%) et une part de majoritaire (75%). Il devait garantir la “gouvernabilité” du pays en assurant à l’un des camps en présence une solide majorité parlementaire dans les deux Chambres, tout en assurant la représentation équitable des minorités.

Tout devient moins reluisant à partir de 2005/2006 quand la majorité de droite adopte un mode de scrutin, qui combine d’une autre manière majoritaire et proportionnel. Il introduit sur un base proportionnelle (ressemblant à ce qui existait avant 1993/4) une forte prime majoritaire pour la liste ou la coalition de listes arrivé en tête. Il ne correspond alors qu’à rien d’autre qu’à la volonté de la droite d’alors d’éviter sa trop prévisible défaite de 2006. Ce “Porcellum” (le “porcherum” en traduction littérale : porcherie+suffixe latin -um, du nom que lui a donné son propre créateur le Ministre Roberto Calderoli) est mis en œuvre en 2006, 2008 et 2013 – avant que la Cour constitutionnelle finisse par lui trouver des motifs partiels d’inconstitutionnalité, et surtout que l’on découvre à l’expérience que les majorités de la Chambre des députés et du Sénat risquent presque à coup sûr de diverger (entre une prime majoritaire nationale et des primes majoritaires régionales).

Dans le cadre de la réforme constitutionnelle finalement avortée en décembre 2016 lors d’un référendum, il ne devait rester d’élective que la Chambre des députés . Elle aurait été élue avec un scrutin si étrange que ses créateurs l’avaient nommé pour en souligner le caractère inimitable, “Italicum”. Comme finalement, il reste bien deux Chambres aux pouvoirs toujours égaux, avec chacun son mode de scrutin, “Consultellum” (ex-“Porcellum” tel que modifié de fait par la Cour constitutionnelle) pour le Sénat, et “Italicum” pour la Chambre des députés, et que la Cour constitutionnelle a censuré aussi ce scrutin-là partiellement, il était logique de tout reprendre à zéro et de se doter d’un nouveau mode de scrutin. Cela fut chose faite au début de l’automne 2017 (loi n°165 du 3/11/17). Ce sera donc le “Rosatellum 2.0”, du nom du président du groupe du Parti démocrate (Pd), Ettore Rosato, à la Chambre des députés (le 2.0 correspond au fait qu’il s’agit d’une deuxième version).

Et là, il faut bien dire que les députés et sénateurs, essentiellement du PD, de FI et de la LN, et de leurs petits alliés,  qui ont voté cette chose presque exclusivement pour contrer le M5S ont fait très fort dans le baroque – même si bien l’on reconnaitra bien des éléments présents dans le passé.

Fondamentalement, c’est un scrutin mixte, mêlant des éléments de scrutin majoritaire et proportionnel. Les deux Chambres ont le même mode de scrutin, à la différence prêt qu’au Sénat tous les calculs d’attribution de sièges à la proportionnelle se font à l’échelle d’une région à la fois (en dehors des seuils d’accès à la représentation pour les partis nationaux) et que comme toujours seuls les plus de 25 ans peuvent voter.

Si l’on prend donc uniquement la Chambre des députés, pour ne pas trop compliquer les choses, il y a 630 sièges à attribuer. Sur ces 630 élus, il y en a 232 (soit 37%) qui résultent d’un scrutin uninominal majoritaire à un tour  [FPTP (First Past The Post)] tout à fait classique dans des circonscriptions découpées pour l’occasion, 386 (soit 61%) qui résultent d’un scrutin proportionnel avec une répartition des sièges à la fois nationale (avec un seuil de barrage à 3%) et par circonscription ad hoc sub-régionale, et enfin 12 (soit 2%) qui résultent du vote des Italiens de l’étranger avec un scrutin  proportionnel au plus fort reste sur quatre grandes circonscriptions.

Le scrutin pour sa part proportionnelle est organisé dans le cadre de 28 “collèges plurinominaux” (ne pouvant dépasser le cadre d’une région), élisant entre 3 et 8 personnes, comprenant à chaque fois les circonscriptions du scrutin uninominal correspondantes,  où les partis ou les coalitions de partis  présentent des listes bloquées alternant  un candidat homme et une candidate femme (sans possibilité d’exprimer un vote de préférence pour changer l’ordre de la  liste) avec au minimum la moitié au moins des élus possibles dans cette dernière (listes courtes, soit de 2 à 4 candidats) et au maximum un nombre de candidats correspondant à tous les élus de cette dernière (soit de 3 à 8 candidats). Pour gagner des sièges à la proportionnelle, une liste (sauf celle des minorités linguistiques) doit avoir eu 3% des votes valides au niveau national. Une coalition de listes doit avoir eu au moins 10%, et avoir en son sein une liste ayant atteint les 3% fatidiques. Pour rendre les choses plus subtiles, une liste coalisée dans une coalition qui a pourtant dépassé les 10% ne compte pas dans le calcul du poids de la coalition si elle n’a eu elle-même que moins de 1% des voix. Par contre, si elle réussit à rassembler entre 1% et 3% des voix, celles-ci aident sa coalition à avoir des sièges à la proportionnelle, mais ne lui donnent pas d’élus. Une fois qu’on a calculé quelles listes ou coalitions de listes ont droit à participer à la répartition proportionnelle des sièges, on applique la méthode du quotient électoral (total des voix de listes ou de coalitions ayant atteint les bons seuils divisé par 386) pour attribuer à chaque liste son nombre de sièges. Le chiffre de voix de chaque liste est ensuite divisé par ce quotient électoral, et les sièges restants sont attribués au plus fort reste. Pour finir, on passe au niveau de la répartition de ces sièges attribués nationalement au niveau des collèges plurinominaux en tenant compte évidemment de là où la liste ou la coalition a gagné ses voix.

(Pour le Sénat, le législateur a adopté le même mode de scrutin, mais sur une base régionale. Normalement, il devrait y avoir concordance des orientations politiques des deux Chambres.)

Tout serait à peu près simple et sans grande originalité même pour l’Italie si les électeurs ne s’étaient pas vu attribuer par le législateur un seul vote pour le scrutin majoritaire et le scrutin proportionnel. En effet, en pratique, tout candidat à l’uninominal doit être lié à une liste ou à une coalition de listes, et, inversement, toute liste ou coalition de listes doit avoir ses candidats à l’uninominal. L’ électeur, s’il vote pour un candidat uninominal, vote aussi automatiquement pour la liste ou la coalition de listes qui le soutient. Inversement, si l’on vote pour une liste plurinominale ou un candidat dans une liste plurinominale, on vote aussi pour le candidat uninominal choisi par cette liste ou ce candidat de liste. En quelque sorte, les votes, exprimés par des croix tracés au crayon sur le bulletin de vote, peuvent être présumés: je vote ce candidat de liste, donc je vote aussi le candidat soutenu à l’uninominal. Et inversement, je n’ai voté que pour ce candidat uninominal, et je n’ai pas exprimé de choix entre les listes qui le soutiennent, mon vote proportionnel que je n’ai pas exprimé clairement sera obligatoirement compté pour une liste comme si j’avais voté comme tous les autres électeurs de ce candidat. A dire vrai, ce format de vote se trouve déjà utilisé lors des scrutins municipaux et régionaux. L’électeur italien devrait donc s’y retrouver.

On comprendra cependant facilement que cette manière de voter avantage très fortement les grandes coalitions de partis ou les grands partis. En effet, en dehors du caractère fortement personnalisé dans les médias de la campagne nationale autour des leaders de ces derniers (Renzi, Berlusconi, Salvini, Di Maio), si en plus vous pouvez mobiliser les électeurs en leur faisant miroiter votre victoire possible à l’uninominal (en particulier contre un “ennemi”), vous gagnez des voix pour la répartition proportionnelle des sièges. L’exemple le plus évident en ce sens lors des présentes élections est celui de la coalition du PD qui subit la dissidence de LeU (Libres et égaux) – et dans une moindre mesure de PaP (Pouvoir au Peuple). Un électeur possible de LeU, presque à coup sûr un électeur se sentant de gauche, dans une circonscription uninominale où l’écart avec le candidat de la coalition de droite ou  avec celui du M5S, est faible aura le choix entre un vote stratégique à court terme pour sauver le siège pour le PD (mais en lui donnant aussi sa voix à la proportionnelle) ou un vote stratégique à plus long terme en votant pour la liste plurinominale LeU qui implique la défaite du candidat PD, mais qui permet à LeU d’être représentée dans la future Chambre des députés.  Inversement, si ce même électeur LeU croit savoir que le candidat de la coalition du PD ne peut gagner à l’uninominal, il votera sans doute sans hésitation pour le candidat ou la liste plurinominale LeU.

Selon le consensus dégagé par les collègues politistes italiens, ce mode de scrutin du “Rosatellum 2.0” ne saurait dégager une majorité parlementaire dans les deux Chambres que si un parti ou une coalition approche les 40% des suffrages. C’est largement pour cela qu’il a été approuvé d’ailleurs. Jusqu’à il y a peu, ce seuil des 40% paraissait inatteignable, aussi bien pour la droite que bien sûr pour la gauche ou le M5S. Or, selon les derniers sondages publiés juste avant la date où leur publication devient interdite en Italie (vendredi dernier), la coalition de droite ne parait très pas loin de ce seuil (37/39% des intentions de vote). En effet, d’une part, la campagne est toute entière jouée dans les médias comme un derby des xénophobes entre Matteo Salvini “le jeune fou” et Silvio Berlusconi “le vieux sage”. Il est entendu depuis longtemps que la coalition de droite va arriver en tête, mais qui passera en tête de cette dernière est devenue la question. Cette victoire attendue de la droite correspond aux préoccupations des Italiens bien en phase avec les enjeux portées par cette dernière depuis le début des années 1990, en particulier l’immigration “extra-communautaire”, et à une tendance européenne à la défaite sans appel des sociales-démocraties (ou centre-gauches) trop austéritaires et européistes lorsqu’ils ont été au pouvoir.  (Le PD semble ainsi devoir ajouter son nom à la liste des victimes de l’austérité…) D’autre part, le M5S me parait avoir de grandes difficultés à exister lors de cette campagne électorale – et cela ne correspond pas qu’au retrait de son créateur, Beppe Grillo, de la présente campagne électorale. Dans le sud du pays, où se jouent beaucoup de sièges majoritaires entre le M5S et la coalition de droite, il n’est pas sûr que le parti des jeunes (le M5S) l’emporte sur le parti des vieux et vieilles (la droite), Internet contre la Télévision. En Sicile, à l’automne dernier, le M5S a certes été le premier parti en voix, mais il a échoué à gagner la Région Sicile contre une coalition de droite. Il est probable que l’on voie se répéter le même scénario. Face à la victoire annoncée du pire du pire de la vieille droite, je soupçonne que l’électorat M5S peut se démobiliser.

En tout cas, si le Rosatellum 2.0 correspond à des majorités dans les deux Chambres, il sera bien parti pour durer. Inversement, si on retombe sur une situation de blocage parlementaire  semblable à celle de 2013, il sera sans doute lui-même révisé. Le provisoire ne deviendrait pas définitif.

 

 

Élections 2018 : les forces en présence.

Le Parlement italien a été dissous officiellement le 28 décembre 2017, et du coup, les élections sont fixées au dimanche 4 mars 2018, avec une nouvelle loi électorale, votée en 2017, le “Rosatellum 2.0”, sur laquelle il me faudra revenir dans un autre post.

A la veille même des élections, les partis et les alliances entre eux sont en pleine redéfinition, tout en s’inscrivant en même temps dans une continuité remontant aux années 1990.

En effet, il existe en Italie deux camps formés au début des années 1990 lors de la transition de la “Première République” à la “Seconde République” : celui des partis et personnalités qui supportent à tous les sens du terme Silvio Berlusconi et celui des partis et personnalités qui s’opposent à lui. Ces deux camps sont nommés le “centre-droit” et le “centre-gauche”, même si, en réalité, des héritiers de la gauche historique  ont pu parfois s’inscrire dans le centre-droit (comme longtemps toute une ramification de l’ancien Parti socialiste italien d’avant 1991, surtout lié à la famille Craxi, ou les sociaux-démocrates du PSDI), et inversement (avec le ralliement au centre-gauche d’anciens démocrates-chrétiens parfois bien ancrés dans la tradition “intransigeante” de ce parti d’inspiration catholique).

A ces deux camps, qui alternent aux affaires du pays depuis 1994, s’ajoute un nouveau camp formé à la suite de la délégitimation des deux précédents : celui du Mouvement 5 Etoiles (M5S), formé autour de la personnalité du comique Beppe Grillo en 2007-2009 et qui a connu un extraordinaire succès aux élections de février 2013. Ce troisième camp, n’est pas divisé – même s’il connait des dissidences -, parce qu’il correspond à une vraie rupture avec quelque tradition partisane ou associative que ce soit qui le précèderait. Le M5S constitue un exemple rarissime de parti politique qui n’a pas été précédé par autre chose que lui-même. Il y a certes eu en 2007-09 les “Amis de Beppe Grillo” formé autour du blog de Beppe Grillo lancé en 2005, mais personne n’a réussi à repérer quelque chose avant le blog. C’est là une différence fondamentale avec les deux autres camps, qui eux charrient littéralement avec eux toute l’histoire politique italienne (et aussi européenne) depuis les années 1920 (sic), et ne cessent de la revisiter (avec plus ou moins de succès électoral néanmoins).

A. Les droites réunifiées.

Le camp qui devrait selon toute vraisemblance gagner ces élections est celui du centre-droit. Alors que tout le monde (moi compris) considérait que Silvio Berlusconi ne jouerait plus de rôle politique suite à sa condamnation définitive et à son exclusion de ce fait du Sénat où il avait été élu en 2013, il se trouve qu’il fait donc partie de ces politiciens italiens qui poursuivent leur carrière jusqu’à ce que la mort les rattrape. Il a ainsi réussi à reconstituer une vase alliance des droites autour de lui. Il bénéficie aussi du fait que ce camp est propriétaire de l’enjeu de l’immigration depuis les années 1990, alors qu’avec la crise des migrants l’Italie se sent abandonné par les autres Européens en première ligne, et que la gauche a dominé la Présidence du Conseil depuis 2013. L’alternance est donc en vue.

Son camp est constitué de quatre forces : deux importantes et deux mineures.

Il y a d’abord le parti de Silvio Berlusconi, Forza Italia (FI). Crée en 1993/4, il a repris son nom historique en 2013. Selon les sondages, il plafonne à 15/20% des suffrages au niveau national. Et, fondamentalement, il reste représenté dans les médias par le seul Berlusconi. En effet, toute l’histoire de ce parti depuis sa création en 1993/4 par le dit Silvio B. est l’incapacité à le faire se détacher vraiment de la personne même de son fondateur. C’est définitivement un “parti personnel” qui ne vaut pas grand chose électoralement si ce dernier ne le représente pas. Il faut dire que Silvio B. a empêché l’émergence de leaders alternatifs au sein de la droite modérée, et ces anciens “dauphins”, réels ou supposés, sont désormais, soit en retraite politique, soit en dehors de FI.

Il y a ensuite le plus ancien allié-compétiteur de FI, la Ligue Nord (LN). Cette dernière, alliée à FI en 1994, puis en 2001-2011, s’est transformé sous la direction de Matteo Salvini en un  parti d’extrême-droite xénophobe et anti-européen à souhait. Il réussit enfin à être populiste! (contrairement à ce que je constatais sur la Ligue du Nord à la fin des années 1990).  A la veille des élections de 2018, M. Salvini a imposé un choix attendu de longue date: la Ligue Nord perd le Nord si j’ose dire, et devient simplement la Ligue (L), tout en gardant toutefois son symbole historique des luttes communales du nord du pays contre le Saint Empire (le guerrier du Moyen-Age Alberto di Giussiano à l’épée levée vers le ciel). L’objectif est de proposer partout en Italie aux électeurs la possibilité de voter pour le discours le plus xénophobe possible, et de dépasser ainsi le caractère régional de la Ligue Nord. Selon les sondages, la Ligue (sans Nord) serait à 15% des voix. En fait, Matteo Salvini se propose comme futur Président du Conseil de l’alliance de centre-droit s’il réussit à mener son parti en tête de l’alliance de centre-droit. Cette possibilité est d’autant plus probable que Silvio B. reste à ce jour inéligible suite à sa condamnation définitive. Il serait tout de même un peu difficile d’avoir un inéligible comme Président du Conseil.

A ces deux gros partis, s’ajoute un vrai parti et un regroupement de circonstance. Le vrai parti, qui s’enracine dans l’histoire politique italienne, c’est Frères d’Italie (Fdi, Fratelli d’Italia). Ce parti, dirigé par un femme, Giorgia Meloni, entend faire vivre la tradition néo-fasciste dans sa version adoucie par l’épisode post-fasciste des années 1994-2013. Il ne dépasse guère les 5% des suffrages attendus. Il tient un discours  moins xénophobe et anti-européen que la Ligue de Salvini, ne serait-ce que parce que personne n’arrive à suivre la logorrhée verbale de ce dernier. Il ne contient pas toute l’extrême-droite héritière du néo-fascisme, mais seulement sa part la plus traditionnellement légaliste et présentable. D’autres petits partis néo-fascistes devraient se présenter. En particulier, les activistes de Casa Pound devraient sans doute tenter leur chance sur le marché électoral national cette année (comme dans la ville d’Ostie récemment).

Enfin, à l’occasion de ces élections, il y une sorte de voiture-balais constitué par tous les politiciens positionnés au centre qui veulent former une liste dans le cadre de l’alliance berlusconienne. Cela devrait correspondre à un machin appelé Nous avec l’Italie (NcI, Noi con l’Italia). S’il y a une tradition politique derrière cela, c’est celle du transformisme de certains politiciens italiens uniquement soucieux d’apporter un appoint à une majorité gouvernementale. Cette liste constitue un peu un musée des horreurs en la matière, et le discours tenu est d’un vide intellectuel qui fait mal aux yeux et aux oreilles. Toutefois son symbole devrait reprendre celui de la Démocratie chrétienne (via la filiation par l’UDC) – bien une manière de faire appel aux (très) vieux électeurs nostalgiques des belles années 1970-1980. Électoralement, cela m’étonnerait que cette nouvelle “baleine blanche” représente grand chose, et ils auront du mal à passer la barre des 3% des voix pour avoir des élus.

Au total, cette alliance des droites – dont on retrouve mutatis mutandis les quatre composantes traditionnelles de 2001- devrait gagner sur un discours classique de droite dans l’Europe contemporaine : diminution promise des impôts, quelques mesures sociales bien ciblées pour séduire des électeurs participationnistes (en particulier sur les personnes âgées), défense de la famille traditionnelle, et enfin un festival de mesures law and order et anti-immigrés. Rien que de très classique, sinon que personne n’a l’air de s’inquiéter dans ce camp de la cohérence budgétaire de tout ce fatras. Par contre, l’anti-européisme des droites italiennes devrait être très mesuré par rapport à ce qu’il fut au plus fort des difficultés économiques de l’Italie après 2011.

B. Les gauches éclatées façon puzzle.

La gauche, qui a dominé la Présidence du Conseil depuis 2013 avec Letta, Renzi et Gentiloni, arrive dans un état de division qui ne lui présage rien de bon.

Le parti principal reste le Parti démocrate (PD), toujours dirigé par Matteo Renzi. Ce dernier n’est plus Président du Conseil depuis décembre 2016, suite à sa lourde défaite au référendum constitutionnel du 4 décembre 2016. Cependant, lors d’une consultation ouverte aux adhérents et sympathisants du PD, il a réussi à garder la tête de son parti. Ce sont plutôt les anciens dirigeants de quelque importance de ce dernier qui ont fini par le quitter. Le potentiel de cet ancien parti (presque) unique de la gauche à sa création, qui regroupe surtout l’héritage de l’aile majoritaire du PCI d’avant 1989 et de l’aile minoritaire de gauche de la DC d’avant 1993, varie selon les sondages entre 20 et 25% des voix. Il garde donc des chances de rester le premier parti italien comme en 2013 (où il l’était de peu sur l’ensemble de l’électorat, circonscriptions étrangères comprises) en assumant simplement son bilan gouvernemental depuis 2013 et en promettant la continuité du redressement économique.

A cause des conflits persistants entre M. Renzi et le reste des dirigeants du centre-gauche, s’est créé à la gauche du PD un regroupement Libres et égaux (LeU, Liberi e eguali) au discours beaucoup plus écologique, humanitaire et social. Il s’agit de plusieurs forces, à la fois formés par des anciens dirigeants dissidents du PD (comme le Mouvement Art. 1-MDP, Possible et Gauche italienne) ou d’anciens alliés traditionnels du PD (le petit parti SEL [Gauche, écologie et liberté]). Selon les sondages, cette liste aurait autour de 5/6% des suffrages. Ce regroupement n’est pas constitué par des personnalités réputées auparavant comme très à gauche dans leur action municipale, gouvernementale ou législative.L’apparition de ce nouveau protagoniste correspond plus à deux faits : d’une part, le PD, sous la direction de Matteo Renzi, s’est complètement rallié à une vision très néo-libérale de l’économie en poussant les feux des “réformes structurelles”, comme avec l’important “Job Act” de 2014, et, du coup, une partie du PD et de ses alliés ne peut plus suivre ce choix finalement bien plus thatchérien que blairiste; d’autre part, au fait que Matteo Renzi a importé à gauche depuis 2013-14 en prenant le pouvoir au sein du PD, puis en s’imposant à la Présidence du Conseil, une caractéristique fondamentale de la droite italienne (depuis les années 1920), à savoir le principe de la domination absolue du chef et de ses affidés directs sur le parti, et éventuellement sur le pays. Le nom de Libres et égaux, choisi par ce regroupement pour faire allusion aux grandes valeurs républicaines de la Constitution de 1948, avec beaucoup d’anciens leaders du PD d’origine communiste (comme Massimo d’Alema et Pierluigi Bersani par exemple), constitue aussi une revendication de maintenir une tradition (une valeur?) des partis de gauche italiens, et plus généralement des partis de l’arc constitutionnel de la “Première République” (DC-PSI, PSDI, PRI, PLI, PCI), à savoir le refus du chef omnipotent, du Duce en somme. Le candidat à la Présidence du Conseil de LeU n’est autre que l’actuel Président du Sénat, Piero Grasso. Une personnalité âgée sans grand relief, choisie surtout pour sa capacité à ne pas être un Duce. (On ne devient pas un Duce après 50 ans…)

A la droite du PD, allié avec ce dernier dans une coalition, on devrait avoir finalement trois voitures-balais, regroupant des forces centristes éparses espérant en faisant front commun atteindre les 3% des suffrages. Une de ses voitures-balais, Civique Populaire (Civica Populare), regroupe principalement autour de l’actuelle Ministre de la Santé, Beatrice Lorenzin, ce qui reste des anciens berslusconiens passés à gauche en 2013-14 (autour d’Angelino Alfano, ex-dauphin de S. Berlusconi) avec ce qui reste de l’Italie des Valeurs (IdV, Italia dei Valori) (dont des ex-élus M5S) et quelques autres centristes d’ascendance démocrate-chrétienne (comme P. Casini, ex-leader de l’UDC). Vu le nom choisi, ce regroupement vise clairement à récupérer quelques voix du côté des ex-électeurs démocrates-chrétiens, qui auraient encore des réticences à voter pour le PD, trop marqué par son héritage communiste tout de même. L’autre voiture-balais annoncée s’appelle Ensemble (Insieme). Encore moins médiatisée que la précédente, elle regroupe ce qui reste des socialistes (non-berlusconiens), la branche historique de l’écologie politique, et enfin quelques partisans égarés de Romano Prodi – autant de gens qui furent et ne sont plus. Là encore, la ligne des 3% sera bien difficile à atteindre. Enfin, il y a liste “+Europa” dont la personnalité majeure est Emma Bonnino, la leader historique des Radicaux italiens. Plus médiatisé que les précédentes en raison de la présence de cette dernière à sa tête, elle ne vaut sans doute pas non plus grand chose en terme d’électorat mobilisable. En plus, pour ces trois listes, la nouvelle loi électorale (Rosatellum 2.0) indique qu’une liste à moins de 1% des voix n’a pas de représentants, mais même qu’elle ne participe pas au score de sa propre coalition. Cette nouvelle règle explique sans aucun doute la création de ces “vastes” (en nombre de politiciens impliqués à chaque fois) listes voitures-balais à droite et à gauche pour éviter de gâcher des voix.

Enfin,  ce qui reste de l’extrême-gauche communiste, qui avait essayé d’exister sans succès en 2013,  tente de se regrouper dans une liste appelée Pouvoir au peuple (PaP, Potere al Popolo). Les personnes qui font office de porte-parole pour ce groupement sont complètement inconnues du grand public, contrairement à la tentative ratée de 2013. Même si la symbolique d’extrême-gauche reste fort classique, cette liste prend apparemment le plus grand soin de ne pas établir un lien direct avec les petits anciens petits partis communistes maintenus. C’est censé être la base seule qui se mobilise. Le défi pour cette liste serait de passer au dessus de la barre des 3%.

Au total, la gauche au sens large (de tous les “anti-Berlusconi”) est divisée et ne peut guère gagner les élections de 2018 – sauf si, par un coup de théâtre peu probable à ce jour, les leaders de LeU et du PD finissaient par s’entendre pour se coaliser, ou s’il se passait quelque chose de terrible dans le camp de la droite (mort subite de Berlusconi par exemple qui ferait s’évaporer le vote FI).

C. La nouveauté qui n’avance déjà plus : le M5S.

A côté de tous ces grands et petits partis dont l’histoire remonte à fort loin dans le temps, et où les carrières politiques des uns et des autres sont parfois de la durée d’une vie, il y a un parti complètement isolé à tous points de vue, le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, Movimento 5 Stelle). Créé en 2007-2009 à partir de rien, il a réussi à la faveur de la crise économique et du gouvernement Monti d’union nationale à devenir une force électorale notable en 2012-13. Grâce à un loi électorale favorable lors des élections municipales, il a réussi à prendre quelques mairies importantes en 2016 (Turin et Rome), mais il a échoué à conquérir à l’automne dernier la Région Sicile, même s’il a fait un score honorable. Sa gestion de Rome se trouve cependant en permanence sous les feux de l’actualité et donne lieu à polémiques sur polémiques. Certains commentateurs avaient parié dès la prise de Rome par le M5S qu’il s’agirait là d’un piège tendu par ses opposants. Il faut bien dire que c’est au moins un moyen pour la plupart des médias et tous ses opposants de parler en mal du M5S.

Quoi qu’il en soit, ce parti, qui à la veille des présentes élections tend à normaliser son fonctionnement sur un modèle classique de vie partisane démocratique, représente surtout le refus des deux camps précédents dans toutes leurs composantes. Il essaye de défendre les intérêts de tous les exclus du “système Italie”, en pratique prioritairement les jeunes de moins de 45 ans actifs sur le marché du travail ou essayant de l’être. Par ailleurs, il est facile de le qualifier de populiste au sens où ses positions tendent à  suivre les grands mouvements de l’opinion publique italienne. Ainsi, comme la droite, le M5S est tout d’un coup devenu bien moins critique à l’égard de l’Euro à mesure que la situation économique de l’Italie se normalisait et que toute sortie de l’Euro apparaissait de ce fait comme une aventure n’en valant pas la peine.De même, alors que ses premiers militants étaient souvent inspirés par des problématiques écologiques de défense de leur territoire, il se détache nettement de la gauche, surtout celle la plus à gauche, par sa vision très modérée pour ne pas dire plus de l’immigration.  Son actuel candidat à la Présidence du Conseil, Luigi Di Maio, qui n’a que 31 ans et qui a été promu à ce poste par Beppe Grillo, s’est fait ainsi remarquer par quelques déclarations droitières à ce sujet – dans la suite de celles de ce dernier justement. Ce parti, se revendiquant “ni de droite ni de gauche” et aussi acceptant de prendre des bonnes idées “à droite et à gauche”, se distingue donc surtout par sa bien réelle grande distance – humaine et idéologique – à la fois au communisme et à la démocratie-chrétienne, ainsi qu’au berlusconisme. Circule dans ce parti un rejet radical du passé italien récent, et il ne séduit d’ailleurs logiquement que des électeurs de moins de 50 ans. Selon les sondages, malgré cet énorme handicap auprès des électeurs âgés dans un pays de gens âgés, il serait encore aujourd’hui entre 25 et 30% des suffrages. Toujours selon les sondages, il a nettement dépassé le PD à l’automne dernier par la chute de ce dernier, mais, comme il reste isolé, et qu’il affronte deux coalitions aux prochaines élections, il est sûr de perdre – ce qui peut démotiver son électorat jeune qui aurait absolument besoin que la situation de l’Italie s’améliore vite. Le M5S s’est  en effet constitué, si j’ose dire, comme le parti des gens qui savent déjà à 40 ans que leur vie va être totalement ratée économiquement et socialement suite à la grande détresse de l’insertion des jeunes (pas de travail stable, pas de retraites assurées, pas la possibilité de se marier et d’avoir des enfants). Il est bien possible qu’en 2018 une bonne partie de ses électeurs de 2013 aient trouvé à se sauver en s’expatriant… ou qu’ils rejoignent en votant les extrêmes des deux camps historiques.

En dehors de son isolement et aussi des incessantes polémiques qui l’entoure, ce parti ne dispose pas en plus d’une stratégie économique et sociale de relance de l’Italie bien claire. Il n’est en effet pas inspiré par une partie du monde universitaire – contrairement par exemple à Podemos en Espagne.

Quel paysage désolant… me direz-vous…

De fait, pour un observateur de longue date de la politique italienne comme j’ai fini par l’être, le plus frappant en ce début de campagne électorale 2018 me parait être l’absence de nouvelles idées en matière de politiques publiques. 2013 me paraissait plus innovant, avec à la fois la présence du M5S pour la première fois, le choix de Mario Monti de se présenter au nom de l’Europe et la présence d’une liste montée par des économistes libéraux (voire libertariens), Faire. Visiblement il n’y a plus personne pour proposer un schéma un peu cohérent de relance du “système Italie”. Il y a surtout des réflexes idéologiques  de part et d’autre. La structure des liens avec la question européenne est en plus toujours la même : plus on va vers le centre, plus l’Europe sert à coder la défense du statu quo en matière de politiques publiques, et, inversement, plus on s’en éloigne. La courbe en U inversé est parfaite de ce point de vue.

On verra toutefois si la campagne électorale permet de faire émerger des thèmes de politiques publiques un peu neufs. Mais, en même temps, qu’espérer d’un pays où un Berlusconi peut oser revenir sur le devant la scène?….

 

La situation politique italienne à la veille de Noël 2017.

Comme le lecteur le sait sans doute, la présente Législature du Parlement italien, commencée en 2013 dans le bruit et la fureur, arrive finalement à son terme légal l’année prochaine: cinq années sont donc passées malgré toutes les indications prévoyant au lendemain des résultats électoraux de 2013 qu’elle serait écourtée. L’absence de dissolution anticipée des Chambres est en soi un fait majeur de la politique italienne contemporaine que personne n’aurait anticipée à la fin du printemps 2013, et, pourtant, la Législature, élue en février 2013, est allée à son terme. Ce fait lui-même demanderait à être expliqué. Maintenant, pour ce qui concerne l’avenir immédiat, tout indique que les deux Chambres seront dissoutes d’ici le Nouvel An – une fois le budget de l’État italien pour 2018 approuvé par les deux Chambres -, et que s’ouvrira alors officiellement la campagne électorale pour une élection générale, à tenir probablement début mars.

En réalité, la campagne électorale est déjà ouverte, puisque l’Italie vit sous le régime de la “campagne permanente” depuis des lustres. De fait, nous en sommes déjà aux discussions sur l’après de ces élections pas encore advenues. (Le spectre des élections redoublées en un délais court qu’on a connu en Grèce ou en  Espagne n’est pas sans jouer sur la définition médiatique de la situation italienne présente.) En effet, la combinaison entre les sondages disponibles (trois coalitions/forces à peu prés égales), les alliances connues (deux coalitions à élargir/un parti [auto-]isolé) et le nouveau mode de scrutin adopté cette année (un mixte inédit proportionnel/majoritaire) mènent presque inévitablement à une majorité introuvable. Du coup, on en vient à parler dans la presse d’une seconde élection “au cas où”, et on spécule sur le futur gouvernement de grande coalition à créer après les premières élections – ce qui veut dire continuer la formule inaugurée en 2013.

Tout cela n’est pas très réjouissant à vrai dire, mais ce blog va essayer de rendre compte de cette campagne électorale de 2018 et de ses suites, en la replaçant dans le cadre plus large de la vie politique italienne du dernier quart de siècle. Et du présent (malheureux?) de l’Italie en général.