Et, finalement, l’impensable advint : le gouvernement M5S/Ligue.

Tenir un tel blog suppose d’entretenir un minimum de réflexivité.

Or, en relisant le compte-rendu que j’ai fait de la journée d’étude organisée le 7 mars par Marc Lazar au lendemain même de l’élection du 4 mars 2018, il ressort clairement que personne ou presque n’a évoqué l’hypothèse d’une majorité et d’un gouvernement M5S/Ligue. Seul le professeur Fabbrini avait montré qu’il craignait cette issue, justement parce qu’il était le plus préoccupé par l’aspect européen des élections italiennes. Je dois souligner que, dans mes propres interventions dans les médias, je me suis montré très dubitatif sur une telle éventualité d’alliance entre le M5S et la Ligue en raison de leur distance programmatique et humaine. C’est pourtant cela qui a fini par se produire. Puisque, comme d’autres, je n’ai pas su prédire, est-ce que je peux au moins expliquer ex post ce résultat inattendu? Essayons.

Premier point : la situation interne du Parti démocrate, qui était vu en dépit de sa déroute électorale comme le faiseur de roi par beaucoup des intervenants du 7 mars. Le plus logique en terme de proximités programmatiques et en terme de sensibilités des dirigeants, élus et militants du M5S aurait été en effet une alliance entre le M5S et le PD. En effet, l’une des sources de la création du M5S – en 2009 – est une déception vis-à-vis de ce que le PD avait promis aux électeurs lors de sa création. Il faut ainsi se rappeler que Beppe Grillo tente d’aller porter la contestation au sein même de la primaire du PD. C’est lorsqu’il est refusé par la direction du PD de l’époque qu’il s’engage vraiment dans la création du M5S comme concurrent de ce dernier. Beaucoup d’activistes de la première heure auraient pu être classés à gauche, et ils engagent une critique de gauche de l'(in)action du PD, en particulier sur le rôle de Silvio Berlusconi dans le dernier quart de siècle. L’obsession du M5S pour la lutte contre corruption pourrait être ainsi vue comme l’écho lointain de l’échec du PD à être fidèle à l’héritage de la “Question morale” dénoncée par Enrico Berlinguer, alors secrétaire du PCI, peu avant sa mort en 1984. En 2013, il y avait d’ailleurs eu des négociations, retransmises en streaming par le M5S, entre la direction du PD (Bersani) et du M5S (Grillo) qui avaient pris le ton d’une querelle de famille. En 2018, le poids relatif des personnalités qui auraient pu s’engager à gauche en d’autres temps au sein du M5S a sans doute diminué, et le chef politique du M5S, Luigi di Maio, n’a pas vraiment un tel profil. Il faut ajouter que tout au long de la législature 2013-2018, le M5S n’a cessé d’être dans l’opposition au PD, en chargeant tout particulièrement son groupe dirigeant, et en critiquant ses choix de gouvernement. Cependant, ce qui fait basculer la situation et interdit une alliance M5S/PD n’est autre que le contrôle qu’exerce au sortir des élections de mars 2018 Matteo Renzi sur les groupes parlementaires du PD au Sénat et à la Chambre des députés. En effet, malgré sa très lourde défaite au référendum de décembre 2016, qui l’a obligé à céder sa place de Président du Conseil, Matteo Renzi a réussi à garder le contrôle du PD en s’appuyant sur une base qui lui est restée majoritairement favorable. En tant que dirigeant du PD, il a pu, vu le mode de scrutin (négocié par ses soins avec S. Berlusconi et M. Salvini…), choisir les futurs députés et sénateurs du PD. Il ne s’est guère gêné pour favoriser ses propres partisans – comme l’ont dénoncé les minoritaires au sein du PD à la veille du scrutin. De ce fait, même si la direction provisoire du PD avait accepté de négocier avec le M5S (sous la douce pression du Président Mattarella par exemple), et même si les militants du PD avaient approuvé l’accord M5S/PD ainsi négocié, Matteo Renzi aurait demandé à ses partisans de bloquer la formation d’un tel gouvernement, quitte à provoquer l’éclatement du PD.  Le contraste avec le cas allemand me parait de ce point de vue plutôt intéressant. Le SPD a fini par être “responsable”. Pas le PD – il est vrai qu’il aurait fallu soutenir un gouvernement Salvini… C’est vraiment par la volonté d’un dirigeant pourtant écarté de la direction officielle, Matteo Renzi, que le PD se trouve désormais à l’opposition, et que la formation du couple M5S/Ligue a été de fait  encouragé.

Deuxième point : l’évolution implacable de l’opinion publique telle qu’enregistré par les sondages d’opinion en faveur de Matteo Salvini. Celui qui avait repris en 2013 un vieux parti de gouvernement à l’agonie avait déjà réussi l’exploit de dépasser son allié de (presque) toujours Forza Italia le 4 mars. Or cet écart favorable (17 à 14%) s’est accentué au fil des semaines, et il a été en plus confirmé par le résultat d’élections locales dans le nord et le centre du pays. La campagne nationaliste et xénophobe de M. Salvini porte visiblement à plein, bien sûr sur les électeurs des droites, mais pas seulement. Des sondages mettent du coup la Ligue à proximité des 30% à la veille de la formation du gouvernement Conte, et, en tout cas, au dessus de 25% (pour 17% le 4 mars), et, inversement, FI se retrouve souvent en dessous des 10%. Cette évolution en ciseaux explique sans doute que S. Berlusconi finisse par donner son nulla obstat à l’ouverture de négociations M5S/Ligue – alors même que le M5S a réitéré son anti-berlusconisme fondamental en refusant de négocier avec FI.  En effet, puisque la voie d’un accord entre toutes les droites et le M5S est fermée, comme celle d’un accord M5S/PD, de nouvelles élections se profilent. Or ces dernières, qu’elles soient organisées à la fin de l’été ou à l’automne 2018, voire au début de 2019, signifieraient que FI perdra encore des parlementaires, ou, tout au moins, se retrouvera complètement vassalisé par son vassal historique, la Ligue. M. Salvini est en train de retourner une situation qui n’avait pas bougé depuis 1994. Au final, S. Berlusconi va certes faire voter ses groupes parlementaires contre l’investiture du gouvernement M5S/Ligue, mais, grâce à l’absence d’élections anticipées, il sauve encore une fois (politiquement) sa peau et peut espérer un retour à meilleure fortune. Cet affaiblissement de S. Berlusconi a été patent lorsqu’à la suite du refus de Mattarella d’entériner la présence de l’économiste euro-critique Paolo Savona au poste de Ministre de l’économie,  il a été question d’aller d’abord vers un gouvernement technique Cottarelli, puis, en raison de l’illégitimité foncière d’un tel gouvernement soutenu par aucun parti,  vers des élections (très) anticipées le 29 juillet 2018. Matteo Salvini a alors bien fait comprendre à qui de droit qu’il définirait seul le programme électoral des droites (en particulier en matière européenne) – humiliant donc S. Berlusconi – ou qu’il irait seul à la bataille (probablement avec les post-fascistes de FdI).

Ce poids de l’évolution des sondages d’opinion, favorable au meilleur démagogue du moment en Italie, finit par se voir dans la composition même du gouvernement Conte : le M5S et la Ligue  y ont le même poids politique (quasi-parité des ministres, chacun une vice-présidence pour leurs chefs respectifs), alors même que, le 4 mars 2018,  le M5S avait obtenu près du double de voix que la Ligue.

Troisième point : l’effet repoussoir du gouvernement technique (et par delà de la gouvernance européenne). En effet, l’une des raisons pour lesquelles la Ligue et le M5S finissent par ouvrir des négociations n’est autre que la crainte d’apparaître  aux yeux des électeurs italiens comme ceux qui ont laissé faire le retour d’un gouvernement technique à la Monti. Le Président Mattarella évoque en effet cette solution pour sortir de l’impasse qu’il constate. Il faut bien comprendre en effet, que, dans l’opinion publique italienne, cette formule de gouvernement a perdu tout son prestige à la suite de l’épisode Monti (2011-2012). Le choix d’une austérité renforcée au nom de l’Europe a en effet été le moment où l’Italie retombe dans une récession plus grave que celle provoquée par la crise mondiale de 2007-08. C’est en effet cette seconde récession qui fera véritablement du mal à l’économie italienne (en particulier aux banques), et c’est d’elle dont l’Italie ne sort que très lentement ensuite. Les deux duettistes – le M5S et la Ligue – au delà de leurs divergences avaient donc un motif en béton à faire valoir pour s’allier : éviter tout retour à un gouvernement technique. Selon les sondages, une fois l’accord M5S/Ligue trouvé, les Italiens l’ont approuvé à 60%, probablement moins en raison de son contenu, qu’en raison de la possibilité ainsi offerte d’éviter un gouvernement à la Monti. Cet effet repoussoir a été encore plus évident lorsque le Président Mattarella a tenté justement d’imposer un gouvernement technique, autour d’une personnalité  caricaturant il est vrai tous les vices (ou vertus?) d’une telle solution de mise entre parenthèses de la démocratie électorale. Au bout de quelques longues journées, il est apparu qu’aucun parti important représenté au Parlement n’était prêt à lui voter la confiance: le M5S et la Ligue auraient voté contre, FI aussi pour ne pas réitérer l’erreur de 2011, et le PD lui-même s’est décidé pour l’abstention. On allait donc tout droit à un vote parlementaire inédit où une toute petite minorité parlementaire aurait été pour le gouvernement Cottarelli. De ce fait, tous les grands partis déclaraient vouloir aller à des élections le plus vite possible, pour ne laisser vraiment aucun temps d’action à ce gouvernement technique.

Maintenant, la question qui fâche : est-ce que ce gouvernement Conte peut durer plus de quelques semaines ou mois ? La seule chose que je m’en sente d’affirmer à ce stade est que les deux protagonistes ont choisi un ordre de bataille des ministères attribués leur permettant de ne pas trop se gêner en se réservant chacun ce qui leur tient à cœur et que toutes les critiques venant de l’étranger – de Bruxelles ou de Berlin en particulier – ne peuvent que conforter ce gouvernement dont le point d’accord est constitué par l’idée d’un renouveau du nationalisme italien, ou du moins par la mise en avant d’un nouvel égoïsme italien.

Par contre, l’activisme de Matteo Salvini constitue pour ce gouvernement une incertitude de tous les instants. D’une part, comme Ministre de l’Intérieur, il veut mettre en œuvre une politique migratoire et sécuritaire radicale. Il peut finir par aller dans une direction que l’opinion publique italienne, ou même les parlementaires du M5S, ne pourront pas accepter. Il s’est déjà engagé dans une perturbation de la révision en cours du Règlement de Dublin au risque de tout bloquer pour des années encore. D’autre part, toute la dynamique (électorale) de la Ligue depuis 2013 repose sur sa personne, il ne peut donc jamais s’arrêter d’être toujours dans la provocation qui lui a si bien réussi jusqu’ici. Bref, avoir une sorte de Trump – en plus subtil, et surtout plus compréhensible tout de même – au sein d’un gouvernement italien, est-ce longtemps tenable?

Or, vu l’état actuel de l’opinion italienne, une crise gouvernementale déclenchée dans quelques mois autour de sa volonté d’en finir avec l’invasion migratoire ou quelque autre question en lien direct avec l’Union européenne lui serait sans doute favorable électoralement. Il faut bien en effet tenir à l’esprit que, depuis le début des années 2000, le camp du centre-droit a été biberonné par la Ligue du Nord, mais aussi par S. Berlusconi lui-même à l’euroscepticisme (en paroles tout au moins!). M. Salvini n’innove donc pas tant que cela. Il engrange en 2018 un doute semé depuis plus d’une décennie sur les politiques européennes dans l’électorat des droites. Il aurait donc de bonnes chances de regrouper toutes les droites autour de lui dans un combat électoral contre un quelconque diktat de l’Europe et ses partisans ou plutôt complices italiens. En conclusion, l’asymétrie des perspectives de gain en cas d’élections anticipées constitue une menace pour la durée de ce gouvernement Conte.

 

 

A une semaine des élections du 4 mars 2018.

A une semaine des élections du 4 mars 2018, que devra-t-on observer le plus au moment des résultats et comment cela s’expliquera-t-il?

Premièrement, le niveau de participation. D’après ce que j’en ai suivi, la campagne de 2018 m’a paru particulièrement terne. Elle n’a vu le développement d’aucun thématique nouvelle, il n’y a pas vraiment de nouveauté non plus dans les forces en présence (LeU est un regroupement à la gauche du PD qui prend la suite d’autres initiatives en 2013, et PaP rejoue les listes de “gauche de gauche” de l’époque), elle n’a apporté aucune révélation sur les grands leaders partisans (Berlusconi, Renzi, Salvini, Di Maio) occupant le devant de la scène, et, à ce jour, je n’ai repéré aucune innovation en matière de communication politique, digne de rentrer dans les livres d’histoire. Au contraire, le revenant Silvio Berlusconi s’est laissé aller à rejouer la scène de 2001 quand il avait signé son “Contrat avec les Italiens” devant les caméras de télévision, et le tout avec le même présentateur de télévision, Bruno Vespa, en signant un autre papier sans valeur devant les caméras de télévision. Une sorte d’auto-caricature de  l’éternel présent qu’il semble vouloir offrir à ses électeurs. Et Renzi, lui aussi bien incapable de se renouveler, a utilisé un train aux couleurs du PD pour visiter l’Italie comme l’avait fait  en 2001 Francesco Rutelli l’adversaire (donné perdant lui aussi) de Berlusconi. A ce manque d’inventivité dans la communication, tout au moins celle visible dans les grands médias, il faut ajouter qu’en raison des réformes du financement de la vie politique adopté après 2013 (sous la pression de la menace alors représentée par le M5S) tous les partis politiques ont désormais les poches bien vides – il leur reste certes (sauf pour le M5S qui a tut refusé) un reliquat des sommes versées pendant la législature qui s’achève au titre du “financement des campagnes électorales” et l’argent venu du 8/1000 lié à l’impôt direct sur le revenu, mais ces sommes ne sont rien par rapport aux sommes disponibles auparavant. Bref, c’est une campagne courte (en pratique  deux mois du 28 décembre [dissolution] au 4 mars [vote]), sans idées et sans argent. On peut donc raisonnablement parier que la participation globale va être faible. Un sursaut de participation par rapport à 2013 (75%), qui elle-même marquait une baisse nette par rapport à 2008, serait vraiment une surprise. Un record à la baisse ne serait pas trop étonnant.

Deuxièmement, les rapports de force globaux droite/M5S/centre-gauche/gauche. Les derniers sondages publiés avant le black-out de 15 jours sur leur publication en Italie témoignent d’une avance de la coalition des droites (37/38%, 23/25% pour la coalition du PD, et 27/28% pour le M5S). Celle-ci s’inscrit à la fois dans un cadre plus vaste d’évolution de l’opinion italienne depuis 2013 et de déroulement de la (courte) campagne. Les thèmes sur lesquels la droite a investi politiquement de longue date sont en effet ceux qui préoccupent selon les sondages disponibles l’électorat italien, et l’actualité immédiate semble devoir en plus la servir.

D’une part, comme trois collègues britanniques l’ont montré, les sondages Eurobaromètres indiquent que, par rapport à 2013, les Italiens de 2017 sont beaucoup plus préoccupés par l’immigration. Cela profite à la droite, depuis longtemps “propriétaire” de cet enjeu, en particulier à la Ligue du Nord (LN) de Matteo Salvini (et avant lui d’Umberto Bossi, qui a fait voter la “Loi Fini-Bossi” de 2003 de régulation de l’immigration). Il n’est d’ailleurs pour s’en convaincre un peu plus que de suivre la manière dont les faits de Macerata ont animé la campagne électorale. La violence du militant de la LN (aux évidentes sympathies néo-fascistes et néo-nazies – ce qui est en soi-même un fait nouveau en ce qui concerne l’évolution droitière de la LN), qui a tiré sur des supposés dealers noirs pour venger selon lui un meurtre commis sur la personne d’une toxicomane blanche par un dealer noir, a rapidement été éclipsée dans les médias par la violence de ou des assassins noirs et étrangers de cette jeune femme, italienne de nationalité, à la peau blanche. Les leaders de la droite n’ont pas été déstabilisés du tout par la violence de l’un de leurs partisans, et, au contraire, aidés en cela par les grands médias se lançant dans des révélations sordides, ils ont surenchéri en voyant dans ces faits l’illustration de la menace de violence (sic) que fait peser l’immigration sur la société italienne. C’est à ce moment-là de la campagne que S. Berlusconi en profite pour faire son Salvini en évoquant lui aussi 600.000 expulsions à faire d’urgence. Les plus modérés sont finalement les post-néo-fascistes de FdI, qui sont eux doublés par les néo-fascistes vraiment très “décomplexés” de Casa Pound, de  Forza Nuova, ou d’autres forces encore plus mineures à tous les sens du terme. En plus, ces faits de Macerata ont provoqué la mobilisation des partis de “gauche de gauche” et des associations “antifascistes” historiques qui ont souhaité manifester leur désapprobation (à Macerata d’abord, et partout en Italie ce samedi). Certains militants d’extrême gauche s’en sont pris aux divers partis et mouvement néo-fascistes eux-mêmes à la recherche de visibilité à la droite de la coalition  des droites parlementaires, et donc prêts à toutes les provocations. Les militants d’extrême-droite étaient de fait de plus en plus activistes contre le militantisme de gauche bien avant que l’un d’entre eux passe seul à la violence armée (puisque c’est de cela qu’il s’agit). La presse a parlé du coup de retour des “extrémismes opposés” par allusion aux années 1970 quand néo-fascistes et gauchistes mettaient en danger la République. L’alarme est sans doute excessive, mais il reste que l’enjeu de l’immigration tend à donner une actualité nouvelle, voire un sens nouveau, au conflit fascisme/antifascisme. On verra qui des extrêmes droite ou gauche attirera finalement l’électorat. Là encore, la surprise serait que l’un des ces acteurs marginaux à droite (Casa Pound, FN) ou à gauche (PaP) fasse un bon score (plus de 1% des voix), et encore plus surprenant qu’il passe la barre des 3% et obtienne ainsi des élus. Là, surtout en cas de percée à droite de la droite, il serait bon de s’inquiéter.

D’autre part, l’Europe n’a pas non plus bonne presse en Italie. La Fondation Notre Europe a sorti à ce sujet une étude, Les Italiens et l’Europe, chronique d’un désenchantement (Policy Paper N°217, 16 février 2018).  Cette étude constate, à l’aide de sondages Eurobaromètres là aussi, qu’en une vingtaine d’années les Italiens sont devenus très dubitatifs sur l’intégration européenne. Ce n’est plus un scoop désormais, même s’il est difficile de l’admettre pour le pays d’Alcide de Gasperri et d’Altiero Spinelli, et les auteurs de l’étude expliquent à juste titre cet affaissement par une situation économique difficile, par des attaques continues contre l’Europe venus de la droite (qu’elle soit dans l’opposition ou même au pouvoir), et enfin par la grande solitude ressentie par les Italiens face aux problèmes migratoires depuis 2015. Comme c’est effectivement la droite qui a la première critiqué certains effets négatifs pour l’Italie de l’intégration européenne, ou plutôt de la mal-intégration européenne (comme en matière migratoire), il n’est pas du tout étonnant de la voir ressurgir de ses propres ruines en 2018, puisque ceux qui ont gouverné l’Italie depuis novembre 2011 l’ont fait essentiellement au nom de l’adaptation nécessaire de l’Italie à l’Europe (gouvernements Monti, Letta, Renzi, Gentiloni). En suivant ce que disent les grandes forces politiques et ce qu’elles écrivent dans leurs programmes électoraux, on constatera d’ailleurs que tous les partis sont critiques de l’intégration européenne actuelle. C’était un phénomène déjà visible lors des élections européennes de 2014 : le  PD de Matteo Renzi (le “PdR”[parti de Renzi], comme disait le politiste italien IIlvo Diamanti) l’avait emporté, avec un score de 40% des voix, aussi parce que Renzi se présentait alors comme le meilleur avocat de l’Italie en Europe pour changer de politique économique. Et il faut bien dire que, du coup, en 2018,  les programmes des grandes forces politiques se soucient fort moyennement des “contraintes européennes” (sur les 3% de déficit par exemple) en promettant aux électeurs force dépenses et réductions d’impôts. Les contraintes européennes sont devenues de fait invendables à l’électorat italien de 2018. Il est significatif de cette réalité de voir les éditoriaux alarmistes se multiplier dans le Corriere della sera, le journal de la bourgeoisie européiste du nord, au sujet du rapport désinvolte aux contraintes européennes des programmes électoraux de tous les partis en lice, et particulièrement de ceux dont les sondages annoncent un bon score (M5S, Lega, FI). De fait, contrairement à 2013, avec les listes Scelta Civica (Choix civique) de Mario Monti, qui défendaient au centre de l’échiquier politique une vision européiste et libérale, il n’y a pas en 2018 de parti important qui soit sur cette ligne “à la Macron” si j’ose dire. Elle n’est incarnée que par la petite liste “+Europa”, alliée au PD, dirigée par Emma Bonino (ex- Commissaire européenne), qui passera peut-être la barre des 3% et qui se défend elle-même d’être pour l’austérité à tout crin.  Du coup, la grande surprise électorale du 4 mars serait que le camp proeuropéen, incarné par le seul PD et ses petits alliés centristes, fasse un bon score. Le PD devrait pourtant logiquement rejoindre la longue cohorte des partis de centre-gauche perdant beaucoup électoralement pour en avoir trop fait en matière de conformité à l’austérité et aux réformes structurelles exigés par “Bruxelles” et “Francfort”  – alors même que, comme je l’ai déjà dit plus haut, le même Matteo Renzi  promettait en 2014 à ses électeurs de renverser la table du Conseil européen pour faire entendre les revendications italiennes. On ne pourra pas dire qu’il ne l’avait pas vu venir cette défaite.

Donc comme tout indique que la droite va gagner et le centre-gauche va perdre, qu’en sera-t-il du troisième grand larron, le M5S? Les sondages publiés à quinze jours du vote lui sont plutôt favorables, mais, est-ce que ses électeurs iront vraiment voter? En effet, cet électorat plutôt jeune que le M5S essaye de rassembler n’est pas des plus participationniste. Le M5S a aussi vu s’éloigner de la politique active son leader historique, Beppe Grillo. Ce dernier n’a pas participé du tout à la présente campagne électorale, et il ne devrait intervenir qu’au meeting de clôture de la campagne électorale du M5S. Les grands médias n’ont parlé du M5S que pour souligner ses manquements à l’éthique dont il se réclame et pour mettre en lumière le choix hasardeux par le M5S de ses candidats. (Le M5S a du coup dû exclure de ses rangs des candidats en position éligible.)  Les sondages prévoient aussi une dé-nationalisation du M5S. En 2013, ce nouveau parti avait étonné tous les observateurs par l’homogénéité de ses scores sur le territoire national italien : aucun parti entrant n’avait jamais eu cette caractéristique pendant toute l’histoire électorale italienne. En 2018, si le M5S sauve sa peau et confirme ainsi les sondages rendus publics à quinze jours du vote, il devrait faire des bons scores au sud du pays, et dans les îles (Sardaigne, Sicile). Il deviendrait donc le parti du sud en colère. (On notera en passant le chassé-croisé probable entre un M5S se-dénationalisant pour être devenue sudiste et une Ligue restée nordiste mais enfin nationale.) Son candidat à la Présidence du Conseil, Luigi Di Maio, aussi “chef politique” du M5S, est de fait un napolitain – ce qui doit nécessairement jouer sur les sympathies ou antipathies qu’il provoque dans l’électorat. (Cet élément régional de la personnalité publique des politiciens italiens et en conséquence de la part du choix électoral qui en résulte restent importants en Italie malgré plus d’un siècle d’unité politique de la péninsule.) Plus anecdotiquement, au delà de cette prise accentuée dans le sud que lui prédisent les sondages, je n’ai pas l’impression que le M5S ait réussi à se doter cette fois-ci d’un slogan accrocheur. C’est la Ligue de Matteo Salvini qui me semble être le seul parti avec un slogan qui peut marquer cet élection de 2018 : “Prima gli Italiani” (D’abord les Italiens). Cela rappelle bien sûr le très classique America First bien sûr, ou les Français d’abord du FN, mais, dans le contexte italien, ce slogan marque aussi le pari personnel de Matteo Salvini de transformer un parti nordiste xénophobe anti-sudiste (italien) en un parti xénophobe national. Il peut réussir, et s’il passe ainsi en tête de l’alliance de droite, elle-même majoritaire, cela va tanguer.

Enfin, toutes ces réflexions sont celles de la veille, sans doute y aura-t-il bien des choses que je n’aurai pas vu venir…